Shai Gilgeous-Alexander, les Lakers : Les 5 performances marquantes de la nuit NBA

Shai Gilgeous-Alexander, les Lakers : Les 5 performances marquantes de la nuit NBA

De Shai Gilgeous-Alexander à Trae Young, un point sur les cinq performances et contre-performances marquantes de la nuit en NBA.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Shai Gilgeous-Alexander (Oklahoma City Thunder)

Imaginez une grosse paire de couilles. Ouais, ça démarre fort. Imaginez une grosse paire de couilles que Shai Gilgeous-Alexander vient de poser sur la table tout en regardant dans les yeux Anthony Davis, Russell Westbrook et tout le Staples Center. Et bien c’est un peu une métaphore de son tir à trois-points, en première intention, du logo, sans réfléchir, en début de possession, à un peu plus d’une minute de la fin du match la nuit dernière.

Un choix complètement absurde à +3 mais un panier primé décisif pour la gagne. Les Lakers ont encore craqué contre le Thunder. Et les jeunes joueurs d’Oklahoma City ont remonté un déficit de 19 points pour décrocher leur deuxième victoire de la saison, à chaque fois contre Los Angeles.

SGA était au cœur de cette remontée fantastique et de ce succès. Avec 28 points et 6 passes décisives du meneur canadien. Plus que les stats, on retiendra comme souvent l’attitude. Un peu comme Ja Morant, Gilgeous-Alexander est une jeune star qui se comporte déjà comme un patron. Avec des « let’s go » hurlés après chaque action clutch pour maintenir ses coéquipiers sous tension. En revanche, le petit plus, c’est qu’il sait aussi quand alterner scoring et création pour les autres. Très intéressant. Il ne lui manque plus qu’un effectif correct à ses côté pour choquer la ligue.

La majorité des joueurs des Los Angeles Lakers

Purée que c’est dégueulasse. Ça ne fait que deux semaines et des poussières mais on peut presque déjà juger l’effectif des Lakers. Et il est vilain. Enfin, mal construit. Deux joueurs sur trois donnent l’impression qu’ils n’ont rien à faire là. Anthony Davis, Russell Westbrook et Anthony Davis ont compilé 87 des 104 points marqués par Los Angeles la nuit dernière. Assez parlant.

Alors, attention, il ne s’agit pas de remettre la faute sur le supporting cast. On ne va pas demander à Kent Bazemore de faire le boulot à la place de Westbrook – encore un ballon perdu bêtement dans les dernières minutes et une erreur défensive catastrophique (soupirs…) – ou à Rajon Rondo de mettre des tirs de loin. Mais les dirigeants vont devoir rapidement songer à un remaniement ministériel d’ici avril.

Tyrese Maxey (Philadelphia Sixers)

Il ne fait pas de bruit mais le jeune homme fait une très belle deuxième saison jusqu’à présent. Et sa progression pourrait représenter un renfort de poids pour les Sixers. Un joueur performant en plus dans la rotation. En marquant 9 de ses 20 points dans le troisième quart-temps, il a mené Philly vers une cinquième victoire consécutive.

Tyrese Maxey est déjà chaud, assez pour faire oublier Ben Simmons ?

Tranquillement, Tyrese Maxey rapporte ses 15 points et 4 passes de moyenne à 51% aux tirs et 35% à trois-points. Les dirigeants des Sixers n’auront probablement plus du tout envie de le transférer, sauf si une franchise propose du lourd en échange.

Trae Young (Atlanta Hawks)

Ça grimace à Atlanta. Et ça grimace parce que Trae Young est en difficulté. Impacté par les changements de règle – parce qu’il avait tendance à aller chercher des lancers-francs de manière pas très catholique – le meneur des Hawks peine à retrouver son rendement habituel en attaque.

En fait, pour le dire autrement : il est a côté de la plaque depuis 5 matches. Et, comme par hasard, son équipe s’est inclinée à 4 reprises sur cette même période. Dont jeudi soir contre le Jazz pourtant privé de Donovan Mitchell. Avec un 8 sur 20 de la star et pas le moindre panier primé.

Young pointe à 19 points, 35% aux tirs et 20% derrière l’arc sur ces 5 matches. Et du coup les Hawks ne marquent que 107 points sur 100 possessions – toujours sur la même période – contre 118 la saison dernière. Il va falloir corriger le tir.

Dennis Schröder (Boston Celtics)

Après s’être essayé en tant que titulaire, notamment à Los Angeles, Dennis Schröder retrouve un rôle de sixième homme à Boston. Et sans surprise, ça marche mieux. L’Allemand va devoir comprendre et accepter que c’est un statut qui convient bien à ses qualités. D’ailleurs, il sait avoir un impact en sortie de banc !

Les remplaçants des Celtics ont fortement contribué à la victoire contre le Heat (95-79) jeudi soir. Avec un Schröder performant sur 30 minutes : 14 points, 5 rebonds et 6 passes décisives. S’il continue, Boston devrait petit à petit se porter de mieux en mieux.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest