Tony Parker tiendra-t-il sa place contre Miami ?

En délicatesse avec sa cheville, Tony Parker n'a pas joué de toute la deuxième mi-temps contre OKC cette nuit. Les quatre jours de repos qui s'annoncent seront-ils suffisants pour lui permettre d'affronter le Heat ?

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Tony Parker tiendra-t-il sa place contre Miami ?
Malgré la perte de son leader offensif, accessoirement l'un des meilleurs joueurs de la ligue, San Antonio a tenu bon et dominé Oklahoma City. Un petit exploit que peu d'autres équipes auraient accompli et qui tient en partie à la cohésion et à l'esprit collectif instaurés par Gregg Popovich. Limité à une mi-temps à cause de douleurs trop vivres à la cheville gauche, Tony Parker n'a pu aider ses partenaires autant qu'il l'aurait souhaité dans ce game 6 sur le parquet du Thunder. Après 19 minutes de jeu, 8 points et des signes visibles de gêne sur ses drives et déplacements, le meneur des Bleus a dû opter pour la sagesse et laisser Manu Ginobili, Patty Mills et Corey Joseph assurer l'essentiel de l'orchestration texane. A vrai dire, TP n'a pas vraiment eu le choix. Après une première torsion dans le game 4 et des douleurs dans le game 5, Gregg Popovich n'a pas souhaité que son maître à jouer tente le diable.
"Les 19 minutes qu'il nous a données ont été énormes. On n'aurait pas pu tenir tout le match sans lui je pense. Il a montré qu'il avait des tripes en étant sur le terrain malgré la douleur. A la mi-temps, je suis allé lui parler. Sa cheville était raide et j'ai pris la décision. Il voulait y retourner mais je lui ai dit non", a expliqué le coach des Spurs.
Comme Manu Ginobili l'a expliqué après coup, le groupe a été prévenu trois minutes avant le coup d'envoi que Parker serait limité et aurait sans doute du mal à jouer tout le match. En conséquence, l'Argentin a pris ses responsabilités et joué les facilitateurs plutôt que de chercher à scorer en pénétration comme il aime tant le faire. Durant les 7 minutes que lui a offert "Pop", Corey Joseph s'est lui fondu du mieux qu'il a pu dans le groupe, à l'instar de Patty Mills, qui n'a pris qu'un seul tir en 18 minutes. Grâce à ses caractéristiques particulières, Boris Diaw a également joué les meneurs de circonstance sur plusieurs séquences avec un certain succès, même si "Babac" a davantage brillé à la finition cette nuit (26 points). Fort heureusement pour les Spurs, TP va désormais bénéficier de quatre jours complets pour récupérer et soigner sa cheville. On l'imagine mal renoncer, quelle que soit la douleur, alors que la possibilité de prendre sa revanche sur le Heat va se présenter à lui. Son match-up avec Mario Chalmers devrait en plus être nettement moins épuisant que celui des derniers jours avec l'intenable Russell Westbrook.
Afficher les commentaires (17)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest