Victor Wembanyama marque l’histoire de la NBA, mais perd à nouveau

Victor Wembanyama marque l’histoire de la NBA, mais perd à nouveau

Malgré la 12e défaite consécutive des Spurs, dominés par les Nuggets à Denver (132-120), Victor Wembanyama a tout de même marqué l'histoire de la NBA.

Benjamin MoubèchePar Benjamin Moubèche  | Publié  | BasketSession.com / NEWS / Récap

Victor Wembanyama entrait pour la première fois dans l’arène de la «Mile High City» ce dimanche, un défi singulier en NBA. La particularité de la ville, perchée à plus de 1600 mètres d’altitude, n’a cependant pas altéré sa constance et celle de San Antonio. Réglés comme une horloge, les Spurs ont subi leur douzième défaite consécutive face aux Nuggets (132-120), tandis que le rookie français a enregistré une nouvelle performance remarquable.

De son propre aveu, le manque d’oxygène de Denver a fini par le freiner en seconde mi-temps. Pourtant, cette épreuve notoire pour les non-initiés n’a pas semblé troubler Wembanyama au début de la rencontre. L’intérieur a inscrit les sept premiers points de son équipe de manière spectaculaire : un fadeaway à mi-distance, un tir à trois points par-dessus Nikola Jokic et deux lancers francs. Un superbe démarrage qui a offert aux Spurs un bref avantage (5-7).

Presque instantanément, la réalité a rattrapé les visiteurs. Les Nuggets, champions NBA en titre, ont repris les rênes en moins d’une minute. Et ne les ont plus lâchées. Nikola Jokic, avec ses 39 points (record personnel de la saison), ses 11 rebonds et ses 9 passes décisives, s’est imposé comme le meilleur joueur sur le parquet. Sur l’ensemble, la logique a été respectée. Mais dans les nuances, «Wemby» reste une anomalie.

Podcast : Wembanyama vs. Chet Holmgren : qui sera Rookie of the Year ? Les étoiles montantes en NBA

Victor Wembanyama dans l’histoire de la NBA

Les prouesses du premier choix de la draft adoucissent l’échec collectif, dont l’amertume est exacerbée par la blessure au genou de Jeremy Sochan, sorti après la mi-temps. En 25 minutes, Victor Wembanyama a griffonné sur la feuille de match : 22 points (7/17 aux tirs), 11 rebonds, 2 offrandes, 6 interceptions (record personnel) et 4 contres.

«Qu’est-ce que c’est que ça, bordel? C’est une ligne de stats de fou», s’est exclamé Devin Vassell, après la rencontre. Il s’agit, en effet, d’une perle. Quatre joueurs seulement avaient déjà enregistré une telle ligne de statistiques (≥) dans l’histoire de la NBA : James Harden (2019), Karl Malone (1989), Hakeem Olajuwon (trois occurrences entre 1986 et 1987) et Robert Parish (1981). Wembanyama est le premier à le faire en moins de 35 minutes, et le premier rookie.

«Je suis heureux de pouvoir déjà inscrire un peu mon nom dans l’Histoire», a confié l’intéressé. «C’est une sensation agréable.» Un sentiment qui ne lui est pas étranger, et qu’il retrouvera certainement à plusieurs reprises cette année. Un éclat de lumière dans le sombre début de saison des Spurs.

Victor Wembanyama, les Spurs, et le test du marshmallow

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest