Après huit échecs de suite, les Bucks ont enfin passé un tour

BasketSessionPar BasketSession Publié

Vainqueurs expéditifs des Detroit Pistons, les Milwaukee Bucks ont passé le premier tour des playoffs pour la première fois depuis 2001.

Malika Andrews a trouvé une belle formule, même si c’est surtout un simple constat, pour résumer la longue période d’attente des supporters des Milwaukee Bucks : la dernière fois que leur équipe favorite avait remporté une série de playoffs, Giannis Antetokounmpo n’avait encore jamais joué au basket. Dix-huit ans après Ray Allen, Glenn Robinson, Sam Cassell et leur bande en 2001, le dieu grec a porté la franchise du Wisconsin au-delà du premier tour.

Une qualification validée avec une quatrième victoire consécutive (127-104 cette nuit) – un sweep donc – contre des Detroit Pistons plusieurs tons en-dessous. Avec 41 points d’un « Greek Freak » monstrueux. D’ailleurs, la dernière fois qu’un joueur des Bucks avait inscrit autant de pions sur un match de playoffs, c’était déjà en 2001. 41 de Ray Allen.

« C’est une bonne soirée pour Milwaukee et pour les Bucks », commentait Mike Budenholzer aussi précis qu’un commissaire de police qui indiquerait que c’est « une bonne journée pour les gentils » après l’arrestation d’un chef du cartel de la drogue.

Les Bucks ont battu les Pistons par 15 points d’écart ou plus lors de chacun des quatre matches de la série. Un carnage. Plus que le niveau de Detroit, certes pas vraiment armé pour l’événement (en plus avec un Blake Griffin absent sur les deux premiers matches), c’est surtout révélateur de la domination de Milwaukee. Une équipe qui était déjà la référence de la ligue pendant la saison régulière. Giannis et sa bande vont désormais affronter les Boston Celtics en demi-finale de Conférence. Une série prometteuse.

Milwaukee restait donc sur huit éliminations de suite au premier tour. La dernière fois qu’ils ont passé ce cap, ils avaient atteint les finales de Conférence Est avant de s’incliner 4-3 contre Allen Iverson et les Philadelphia Sixers.