Avis de recherche : Le banc du Thunder a disparu

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Force du Thunder pendant la saison régulière, le banc d'Oklahoma City se troue complètement depuis le début de la série face aux Memphis Grizzlies.

OKC-bench-jackson-fisher-butler

Caron Butler 0/5. Reggie Jackson 2/9. Derek Fisher 1/3. Jeremy Lamb et Steven Adams ? DNP. Soudainement, le banc du Thunder a disparu. Envolées, les pénétrations redoutables de Reggie Jackson. Invisible, l’apport de Caron Butler, censé renforcer une franchise candidate au titre. Criantes, les limites de papy Derek Fisher. Pour la deuxième fois de suite, les réservistes d’Oklahoma City n’ont eu aucun impact sur la rencontre cette nuit. A l’inverse, ceux des Memphis Grizzlies font le boulot. En plus de sa défense sur Kevin Durant, Tony Allen a mis 16 points en prenant 9 rebonds (avec aussi 2 interceptions). Beno Udrih a parfaitement suppléé Mike Conley en inscrivant 12 points à 5/6 aux tirs. Lors du match précédent, Mike Miller avait planté un panier à trois-points très important. La statistique parle d’elle-même : lors des deux dernières rencontres, les remplaçants des Grizzlies ont inscrit 67 points contre 23 pour ceux du Thunder.

« Notre stratégie défensive consiste à ralentir Kevin Durant, Russell Westbrook et Serge Ibaka. Nous sommes concentrés sur ces trois-là. Les gars comme Derek Fisher, Thabo Sefolosha et Caron Butler, ce sont à eux de nous battre », explique Tony Allen à The Oklahoman.

Il existe plusieurs philosophies défensives. L’une d’entre elles consiste à laisser plus de liberté à la superstar adverse, quitte à ce qu’elle inscrive 50 points, tout en la coupant complètement de ses coéquipiers. Les Dallas Mavericks, par exemple, sont prêts à laisser Tony Parker marquer 45 points à mi-distance du moment que les shooteurs à trois-points des Spurs sont bien gardés (Cf. La leçon de coaching de Rick Carlisle). Une autre stratégie – peut-être plus logique pour un fan – consiste à resserrer la pression sur le(s) meilleur(s) joueur(s) adverse(s) afin de forcer les role player à prendre leurs responsabilités. Une tactique notamment adoptée par les Spurs face aux Grizzlies lors des finales de Conférence la saison dernière (4-0 pour San Antonio). Pour en revenir à la série entre Memphis et Oklahoma City, les guerriers du Tennessee ont donc décidé de narguer les remplaçants du Thunder en les incitants à shooter. De loin si possible.

« Je ne veux pas dévoiler nos plans mais Reggie Jackson est l’une de nos priorités. On veut le repousser le plus loin possible de la ligne », assure Dave Joerger, le coach des Memphis Grizzlies.

Un seul être vous manque…

jackson-butler-625Si percutant pendant la saison régulière, Reggie Jackson est pour l’instant transparent face aux Grizzlies. On a tendance à l’oublier, mais le meneur remplaçant du Thunder est encore jeune. Il ne dispute là que ses deuxièmes playoffs. Et c’est peut-être là le problème d’Oklahoma City. La franchise a des joueurs extrêmement talentueux et elle a une vraie chance de jouer le titre. Mais on le répète une fois de plus : Jeremy Lamb, Reggie Jackson et Steven Adams ne sont pas prêts de remplacer James Harden. Cela ne sert à rien de revenir une fois de plus sur le transfert, ce qui est fait est fait. Mais les jeunes joueurs du Thunder sont encore trop tendres. Pendant la saison régulière, nous vous donné notre point de vue à ce sujet. Nous pensions que la franchise se devait de renforcer son banc avec un vrai joueur d’impact capable d’avoir un rôle en playoffs, quitte à se séparer de Reggie Jackson, Jeremy Lamb et d’un tour de draft. Imaginez seulement le Thunder avec Aaron Afflalo à la place de Lamb et/ou Jackson. Il manque une pièce au puzzle. Pas forcément Harden mais un autre joueur capable de faire la différence en sortant du banc. L’intensité et la pression en playoffs n’ont pas d’égales. Ce n’a plus rien à voir avec la saison régulière. Mais Sam Presti et l’organisation dans son ensemble à des principes auxquels ils se sont accrochés : jeunesse, économie, etc. Pour quelques dollars de plus, le Thunder serait peut-être aujourd’hui en pole position pour jouer le titre…

Enfin, c’est malgré tout toujours plus ou moins le cas. Oklahoma peut très bien remporter le Game 4 et relancer la série (et Indiana aussi !). Les playoffs sont fous et il ne faut rien prendre pour acquis, encore moins une élimination de Kevin Durant et ses coéquipiers. Dos au mur, les remplaçants du Thunder n’ont plus le choix. Ce sont sans doute eux qui feront la différence. Mais pendant encore combien de temps ?