L’épouse du proprio des Warriors menacée de mort par des fans de Beyonce

BasketSessionPar BasketSession Publié

Une interaction banale au bord du terrain entre l'épouse du propriétaire des Golden State Warriors et le couple Jay-Z-Beyonce a dégénéré sur les réseaux.

Une scène a brièvement fait le buzz pendant le game 3 des Finales NBA. Assis courtside, Jay-Z et Beyonce ont vu une femme inconnue du grand public s'asseoir près d'eux, se pencher par-dessus la chanteuse et discuter avec le rappeur. La moue de Beyonce a rapidement été interprétée et surinterprétée par ses fans les plus... dérangés. Ils ont ainsi identifié la femme comme étant Nicole Curran, l'épouse du propriétaire des Golden State Warriors, et supposé qu'elle draguait ouvertement "Hova". Celle-ci a malheureusement été harcelée, menacée de mort et traitée de tous les noms par une horde de trolls sur les réseaux sociaux. Elle l'a extrêmement mal vécu, comme le raconte Ramona Shelburne d'ESPN.

"Je viens de parler à Nicole Curran à propos de 'l'incident' avec Beyonce. Elle était en larmes. Elle dit avoir reçu des menaces de mort et a désactivé son compte Instagram pour que cela cesse. Curran ne savait même pas que les gens parlaient d'elle jusqu'à ce qu'elle reçoive des SMS d'amis et qu'elle ouvre ses comptes sur les réseaux. Elle a déjà invité Jay-Z et Beyonce trois ou quatre fois par le passé. Elle leur a demandé s'ils voulaient des boissons et Beyonce a demandé de l'eau. Jay-Z voulait un vodka soda et elle lui a simplement demandé s'il voulait un citron avec. La salle était très bruyante et elle s'est penchée pour entendre ce qu'il lui disait. C'est de cet instant que proviennent les photos où Beyonce a l'air de la regarder d'un air désapprobateur. Curran est ensuite allée chercher les boissons. Elle explique qu'il n'y avait aucune hostilité et qu'elle voulait simplement être une bonne hôte. Je la cite : 'Je n'avais jamais vécu de cyber-harcèlement. Je n'arrive pas à croire que les joueurs doivent vivre ça tous les jours. Ou que des gamins puissent vivre ça".

Beyonce n'a pas encore communiqué sur le sujet, ni demandé à la "BeyHive" comme se surnomme sa communauté de fans les plus assidus, de cesser leurs exactions. Son attachée de presse a timidement évoqué le sujet sur Instagram.

La "scène" en question