87 CLE
93 ORL
108 DET
101 IND
104 CHA
111 BKN
108 BOS
95 DEN
112 MIA
103 WAS
98 CHI
100 GSW
139 OKC
127 MIN
105 SAS
104 SAC
119 MIL
91 LAC
113 POR
136 LAL

Charles Barkley a dérapé avec une journaliste politique

BasketSessionPar BasketSession Publié

Une journaliste politique a évoqué sa discussion houleuse avec Charles Barkley, qui n'en est pas à sa première sortie gênante au sujet des femmes.

Charles Barkley est l'un des personnages les plus divertissants du paysage sportif américain depuis des années. Cela s'accompagne malheureusement d'excès de langage et de comportement qui ne peuvent plus passer en 2019. A l'antenne comme dans la vie, "Chuck" a souvent eu des propos déplacés à l'encontre des femmes, notamment sur leur capacité à coacher ou même arbitrer en NBA. En 1990, Barkley avait aussi déclaré après un match contre les Nets : "Si vous perdez un match comme celui-là, vous rentrez  chez vous et vous battez femme et enfants. Vous avez vu ma femme bondir à la fin du match ? C'est parce qu'elle savait que je ne le frapperais pas". Il avait alors invoqué une blague et s'en était sorti sans souci, aidé par une époque plus permissive. Charles Barkley a cette fois dépassé les bornes avec une journaliste politique.

Alexi McCammond d'Axios a révélé sur Twitter ce que lui avait répondu Barkley lorsqu'elle l'a interrogé, en off, sur son revirement dans la course à la primaire démocrate (il soutient Deval Patrick après avoir affiché sa préférence pour Pete Buttigieg).

"Juste pour que vous sachiez : Ce soir Charles Barkley m'a dit : 'Je ne frappe pas les femmes, mais si je le faisais, je vous frapperais'. Quand j'ai objecté, il m'a expliqué que je ne savais pas encaisser une blague". 

La journaliste n'avait pas pour objectif de révéler sa conversation avec l'ancienne star des Phoenix Suns, mais a considéré que les propos du consultant de TNT étaient "inacceptables". Il est probable que Charles Barkley soit obligé de faire acte de contrition et d'évoquer ce dérapage dans les médias ou sur le plateau d'Inside the NBA. Turner Sports voudra sans doute éviter une publicité négative autour de l'un de ses deux analystes phares.