CQFR : Jamal Murray est un monstre, Luka Doncic va nous manquer

CQFR : Jamal Murray est un monstre, Luka Doncic va nous manquer

Voici ce qu'il fallait retenir des 3 matches de la nuit. Jamal Murray a notamment offert un game 7 à Denver après une nouvelle perf folle.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article

Les résultats de la nuit en NBA, celle de Jamal Murray

Celtics - Raptors : 112-94

Clippers - Mavs : 111-97

Nuggets - Jazz : 119-107

---

- On aura droit à un game 7 entre le Jazz et les Nuggets ! Utah, qui menait 3 à 1 dans la série, aurait probablement plié l'affaire si Jamal Murray n'était pas de ce monde. On manque clairement de superlatifs pour décrire ce qu'a encore fait le Canadien cette nuit. A nouveau, Murray s'est lancé dans un duel épique de scoreurs avec Donovan Mitchell (44 points) et a tracté son équipe jusqu'à la victoire grâce à un cocktail de volonté et de talent assez irréel.

On a toujours considéré que Jamal Murray avec les qualités pour devenir All-Star un jour. Pas qu'il serait capable d'atteindre ce niveau d'incandescence dans des matches à la vie à la mort en playoffs. Il n'y a plus de hasard lorsque l'on sauve son équipe pour la deuxième fois de suite avec ce qui restera comme l'une des performances individuelles les plus étourdissantes de ces dernières années.

Jamal Murray a rendu une copie à 50 points (17/24 au shoot, dont 9/12 à 3 points !), pour enregistrer un troisième match consécutif à 40 points ou plus, une première en playoffs depuis Michael Jordan en 1993. D'ailleurs, seuls MJ, Allen Iverson et... Donovan Mitchell ont déjà sorti deux matches à 50 pts dans la même série de playoffs. Ce que fait l'ancien joueur de Kentucky dans cette série est complètement fou.

- On ne veut pas faire flipper le Jazz et ses fans, mais 11 équipes ont déjà perdu une série de playoffs après avoir mené 3-1. Rudy Gobert (11 pts, 11 rbds) en est sans doute conscient et ça l'agace particulièrement...

- Admettons que le Jazz se résigne à voir Murray marquer encore 40 à 50 pts au prochain match. Il "suffira" - c'est plus facile à dire qu'à faire - de se concentrer un peu plus sur les autres joueurs qui leur font mal. Jerami Grant en particulier. L'ancien joueur de Syracuse a joué dans un fauteuil cette nuit, notamment au niveau du shoot extérieur (4/7) et Utah doit faire mieux défensivement pour éteindre ces sources de points là.

- On est tristes de voir Luka Doncic quitter les playoffs, surtout au sortir d'une nouvelle perf héroïque à 38 points, 9 rebonds et 9 passes. Mais c'était très certainement plus un "à très bientôt" qu'un adieu. Sans Kristaps Porzingis, ni un supporting cast très cliquant, et malgré la qualité de l'opposition, Doncic a été étincelant sur cette première série de playoffs NBA en carrière. Dans ce game 6, il a encore donné du fil à retordre aux Clippers et maintenu le suspense dans cette rencontre. On sait que le Slovène reviendra, mieux accompagné (seuls deux remplaçants de Dallas ont joué plus de 6 minutes cette nuit...), encore plus expérimenté (il n'a pas toujours su contrôler sa frustration envers le corps arbitral) et vraisemblablement encore plus fort.

Avec Luka Doncic, Dallas peut rêver d’un avenir en grand

Quelques "Luka Doncic facts" pour clore tout ça ? Sur cette série contre les Clippers, il aura tourné à 31 points, 9.8 rebonds et 8.7 passes de moyenne, avec un triple-double à 40 points dans le game 4 et la satisfaction d'être devenu le plus jeune joueur de l'histoire à avoir réussi un game winner au buzzer en playoffs. Le tout en ayant dû jouer avec une blessure à la cheville et un chien de garde prêt à tout ou presque pour le faire dégoupiller.

- Le chien de garde, justement, a encore fait parler de lui. Marcus Morris a bouclé la boucle de son "travail" sur Doncic avec une expulsion pour cette vilaine faute sur le Slovène à la fin du 1er quart-temps. C'est moins impressionnant au ralenti, mais on peut comprendre que la star des Mavs ait failli craquer et ait dû être freinée pour ne pas aller au clash.

- Si les Mavs n'ont pas pu réussir d'exploit lors de ce 1er tour, c'est aussi et surtout parce que les Clippers ont Kawhi Leonard pour franchise player. Le MVP des Finales en titre a encore été impérial et plein de sang froid pour claquer un cinquième match consécutif à 30 points ou plus, avec une précision chirurgicale en fin de match. Encore une fois, rien n'a semblé l'atteindre et il va falloir se lever de bonne heure pour l'empêcher d'aller chercher une troisième bague avec une troisième équipe différente.

- Est-ce qu'il faut déjà s'inquiéter pour Toronto, battu à plates coutures par Boston dans le game 1 ? Sans doute un peu, oui. On se demandait si les 3 victoires en 4 matches des Celtics contre les Raptors cette saison - notamment la plus récente dans la bulle - étaient à prendre en compte avant ce premier match. On en a eu la confirmation : Boston peut et va poser des problèmes aux champions en titre.

Comme lors du match précédent, les Celtics n'ont jamais couru après le score et ont affiché une maîtrise collective et défensive très supérieure. Le ballon a bien tourné, les menaces majeures des Raptors ont été verrouillées et Brad Stevens a semblé contrôler de main de maître la dynamique de cette partie. Ce n'est qu'un match, mais voir Pascal Siakam et Fred VanVleet à 8/32 en cumulé et le reste des cadres, comme Kyle Lowry, ne pas parvenir à se faire violence, n'est pas très bon signe.

- Le 17/39 à 3 points des Celtics, avec Marcus Smart (21 pts), Jayson Tatum (21 pts) et Kemba Walker (18 pts, 10 pds) capables de se répartir la tâche offensive aussi proprement, a fait la différence. Walker a incarné la confiance et la réussite de son équipe pour le moment avec ce buzzer beater avant la mi-temps.

 

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest