Dennis Rodman pense pouvoir faire libérer Kenneth Bae par la Corée du Nord

Qui aurait cru que Dennis Rodman pourrait être l'un des derniers espoirs de la diplomatie américaine en Corée du Nord ?

Julien DeschuyteneerPar Julien Deschuyteneer  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Il y a quelques mois, Dennis Rodman passait du temps en Corée du Nord chez son « ami », le dictateur Kim Jong-un. Ami est peut-être un bien grand mot mais il semblerait que les deux soient suffisamment proches pour que Rodamn pense être capable de faire libérer Kenneth Bae, un Américain prisonnier en Corée du Nord. Bae a été condamné à 15 ans de travaux forcés pour des raisons obscures, « des crimes visant à faire tomber la République populaire démocratique de Corée ». Interrogé par le Hufftington Post (via NK News), Dennis Rodman a affirmé qu’il aborderait le sujet avec le dictateur :
« J’ai dit (à Kim Jong-un) que j’irai à Beijing bientôt – c’est juste à un saut de la Corée du Nord. Donc, vous savez, je suis assez sûr que je lui parlerai bientôt. Je vais bien évidemment demander la libération de Kenneth Bae. Je vais dire ‘Marshal, pourquoi ce gars est retenu otage ?’. Je pourrais essayer de désamorcer de cette manière. Si le Marshal dit ‘Dennis, tu sais, est-ce que tu veux que je le relâche ?’ et après, s’il le libère effectivement – et je dis ça comme ça -, je serais le mec le plus puissant du monde. »
Tout cela pourrait prêter à rire si l’on ne parlait pas d’un dictateur, dont le dernier fait d’arme serait, selon certains rapports non confirmés, d’avoir fait exécuter une chanteuse - qui avait été sa petite amie – et 11 autres membres de son groupe sous le prétexte qu’ils avaient fait et vendu une sextape. Leurs familles auraient été contraintes à assister à l’exécution. Questionné sur le sujet, Dennis Rodman s’interrogeait juste sur la véracité du rapport, avant de conclure :
« C’est juste un ami. Nous parlons et c’est tout. Je ne me soucie pas de ce qu’il fait. »
En tout cas, alors que l’ambassadeur Bob King devrait aller à Pyongyang dans les 48 heures pour tenter de négocier la libération de Bae, Dennis Rodman reste une piste que ne négligera peut-être pas la diplomatie américaine en cas d’échec de King, une solution qui pourrait néanmoins embarrassé les Etats-Unis, comme le relate le NK News. Après, ce ne serait pas non plus la solution idéale pour la Corée du Nord, qui a pour habitude d'utiliser ses prisonniers américains pour des négociations.
Afficher les commentaires (9)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest