Evan Turner ne veut pas entendre parler de « tanking » à Philadelphie

Evan Turner est conscient que les Philadelphie Sixers ont décidé de repartir à zéro mais le joueur ne veut pas cumuler les défaites.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Evan Turner ne veut pas entendre parler de « tanking » à Philadelphie
Evan Turner a connu les playoffs dès ses premières saisons NBA au sein d'une équipe des Philadelphie Sixers compétitive, demi-finaliste de Conférence en 2012 face aux Celtics. L'ancien deuxième choix de draft (en 2011) pourrait encore prendre du galon cette saison au sein d'un groupe privé de leader depuis le départ de Jrue Holiday. Si son rôle change, les ambitions de la franchise ont cependant été revues à la baisse. Les Sixers ne le cachent qu'à moitié, ils lorgnent déjà sur le premier choix de la draft 2014. Le natif de Chicago comprend l'intérêt de son équipe mais n'adhère pas à cet objectif :
"Je l'ai dit à Brett Brown (le nouveau coach des Sixer). Tout le monde veut que nous soyons en mode 'tanking' et tout le monde pense que nous allons perdre. Mais moi je veux gagner autant de matches que possible car c'est trop facile de perdre", raconte Evan Turner au Courrier Times. "Il m'a répondu : 'Très bien, ils n'ont pas pris le bon coach s'ils veulent perdre. On veut gagner des matches et progresser'."
Connaissant le passé de Brett Brown, champion dans différentes ligues mineures et champion NBA avec les San Antonio Spurs, on comprend que le néo-coach des Sixers n'ait pas envie d'enchaîner les revers. On peut également se douter que les joueurs eux-mêmes n'ont pas envie de perdre à tout va. Malgré cela, ESPN prévoit l'enfer à Philadelphie avec une saison à 20 victoires et 62 défaites... En revanche, Evan Turner pourrait bien passer un cap sous les ordres de Brett Brown. En constance progression depuis son arrivée dans la ligue, le joueur formé à Ohio State n'était cependant pas très à l'aise avec le coaching de Doug Collins. Libéré d'une certain pression, il devrait s'imposer comme le leader des jeunes Sixers.
"Je pense que j'ai progressé chaque année. Je ne veux pas me dire que je vais être plus fort parce que Doug Collins est parti. J'aimerais penser que c'est la maturité."
S'il explose, Evan Turner sera sans doute la plus grosse valeur marchande de l'effectif à Philadelphie. Il a déjà prévenu qu'il ne laisserait pas les rumeurs de transferts le perturber, lui qui sera restricted free agent l'été prochain. Mais avant de penser à la prochaine inter-saison, Turner et les Sixers ont une longue saison qui les attend...
Afficher les commentaires (5)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest