87 CLE
93 ORL
108 DET
101 IND
104 CHA
111 BKN
108 BOS
95 DEN
112 MIA
103 WAS
98 CHI
100 GSW
139 OKC
127 MIN
105 SAS
104 SAC
119 MIL
91 LAC
113 POR
136 LAL

Peut-on passer la balle à Giannis dans les moments chauds ?

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

C'est la problématique de la série pour les Milwaukee Bucks. Comment servir son meilleur joueur, Giannis Antetokounmpo, dans le money time.

Giannis Antetokounmpo a pris la balle sur demi-terrain. Il a foncé dans le tas, tout en étant bien orienté par un Al Horford encore une fois impérial en défense. Trois joueurs ont alors resserré l’étau sur la superstar des Milwaukee Bucks. Trop tard pour ressortir la gonfle. Le « Greek Freak » a forcé l’accès au cercle, seulement pour envoyer une brique sur la planche. Combien de fois a-t-on assisté à cette scène au cours du Game 1 perdu (90-112) contre les Boston Celtics ?

Attention, il ne faut pas se tromper de message. Antetokounmpo est un joueur exceptionnel. Il peut dominer un match à lui tout seul, essentiellement en s’appuyant sur des qualités athlétiques complètement hors-normes. Mais le futur MVP a-t-il vraiment progressé sur demi-terrain ? Nous serions tentés de dire oui. Parce qu’il maîtrise encore plus ses supers pouvoirs. Il a renforcé ses points forts. Il a un contrôle total de son corps et c’est ce qui lui permet de détruire toutes les défenses de la NBA, ou presque. Monstrueux sur transition, et en progression sur demi-terrain.

Mais en trop légère progression. Ses lacunes sont toujours les mêmes. Tout le monde sait « qu'il ne sait pas tirer ». C’est pour cette raison que son coach Mike Budenholzer l’a entouré d’une brochette de snipers. Pour lui étirer les espaces et ainsi le laisser manœuvrer jusqu’au panier. Sauf que les meilleures défenses du championnat, dont les Celtics font partie depuis la signature d’Horford, savent isoler un joueur comme lui. Aussi fort soit-il. Le Dominicain a réussi à le limiter à 22 points et 7 sur 21 aux tirs cette nuit (en revanche 3 sur 5 derrière l'arc). Une maladresse rare chez lui.

Les lieutenants de Giannis Antetokounmpo qui sont appelés à la rescousse

C’est problématique pour les Bucks. Peut-on vraiment passer la balle à Giannis Antetokounmpo dans les moments les plus chauds d’une rencontre serrée en playoffs, quand un panier est nécessaire sur une situation arrêtée sur demi-terrain ? Là, nous serions tentés de dire non. D’ailleurs, les joueurs de Milwaukee ne le font pas. Quand c’est tendu, ce sont souvent Eric Bledsoe et Khris Middleton qui sont sollicités pour débloquer la situation. Deux très bons joueurs. Mais, sans leur manquer de respect, ce ne sont pas des superstars. Et même pas vraiment des All-Stars (Middleton a été invité pour la première fois en février dernier).

Prenons l’exemple de la série contre Boston. Quand le match sera en jeu, est-ce que vous préféreriez donner la balle à Kyrie Irving ou à Bledsoe ? C’est peut-être là que ce fera toute la différence. En faveur des Celtics, du coup. Après, il ne faut pas voir cette question, « peut-on passer la balle à Giannis ? », comme une conclusion définitive. La superstar va rebondir. Et sûrement avec la manière. Il y aura des matches qu'il fera gagner en claquant 45 points sans que la partie soit serrée. Mais une série se gagne sur des détails. Et celui-là, le fait que les Bucks peuvent difficilement mettre la balle dans les mains de leur meilleur joueur sur quelques possessions clés, peut avoir un vrai impact sur l'issue de cette demi-finale.