5 recrues potentielles pour les Golden State Warriors

La Free Agency ouvre ses portes dans la nuit de samedi à dimanche. Zoom sur quelques joueurs susceptibles d'intéresser les Golden State Warriors.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié

Les Golden State Warriors sont allés chercher un troisième titre en quatre ans. Au terme d’une quatrième finale consécutive. L’équipe domine mais elle est fatiguée. Physiquement, évidemment, mais aussi surtout mentalement. Les Dubs ont parfois été poussés dans leurs derniers retranchements – notamment contre les Houston Rockets en finales de Conférence (4-3) – justement parce qu’ils peinaient à mettre la machine en route. Les blessures ont aussi été un obstacle, après plusieurs matches manqués par Stephen Curry, Kevin Durant ou Andre Iguodala.

Une dynastie est née. Mais les dirigeants vont devoir faire les bons choix pour prolonger le succès de la franchise d’Oakland. Steve Kerr a d’ailleurs promis un remaniement d’une bonne partie de l’effectif. Son banc a parfois montré ses limites. Il faut des joueurs plus frais. Plus performant. Il a ainsi assuré que les Golden State Warriors miseraient sur un peu plus de jeunesse et de potentiel athlétique. Ce ne sont donc pas des vétérans en fin de carrière en quête d’une bague qu’ils vont viser. Mais plutôt des joueurs confirmés encore dans la force de l’âge, voire à peine sortis de leur contrat rookie. Nous avons listé quelques candidats.

Les cibles potentielles des Golden State Warriors

Trevor Ariza

Bon, oui, ce serait dingue. Presque injuste (en fait, non) que les Golden State Warriors parviennent à ajouter une valeur sûre comme Trevor Ariza. Le joueur n’est d’ailleurs a priori pas, financièrement parlant, dans les cordes des doubles champions en titre. Il réclamerait autour des 50 millions sur quatre ans. Les Californiens n’auront pas autant d’argent à distribuer. On peut penser qu’Ariza, 32 ans, ira chercher un dernier contrat juteux. Surtout qu’il a déjà décroché une bague.

Le vétéran sera forcément convoité. Il a le profil PARFAIT pour les candidats au titre – ce qui justement rendrait encore plus dingue son arrivée à Golden State. C’est un excellent défenseur, long, capable de contenir plusieurs gabarits différents mais aussi un shooteur fiable à trois-points (presque 37% en presque 7 tentatives par rencontre). Il serait idéal au sein du système des Warriors. Des deux côtés du terrain.

Un « sacrifice » financier d’Ariza n’est pas complètement à exclure. Pourquoi ne pas accepter environ 14 millions sur deux ans (avec une option pour tester à nouveau le marché dans un an) et repartir à la conquête d’un titre ? Aucune équipe ne peut lui présenter plus de garanties de gagner. En revanche, Houston peut éventuellement lui proposer une somme plus intéressante… à condition que LeBron James ne se pointe pas aux Rockets.

Autres alternatives : Shabazz Muhammad, Joe Harris, Corey Brewer.

Avery Bradley

Même profil de joueur, en plus petit et avec un peu plus d’aisance en dribbles. Normal, Avery Bradley est un arrière tandis que Trevor Ariza est listé parmi les ailiers. Mais les deux remplissent à peu près le même rôle : celui du « 3 and D » polyvalent. Promis à un joli contrat, la cote de Bradley a baissé après une saison moins tranchante effectuée aux Detroit Pistons puis aux Los Angeles Clippers. Mais à 27 ans, Bradley a encore du jus. C’est même une excellente pioche potentielle pour quiconque mettra la main dessus. Surtout si, là encore, il s’agit d’une équipe ambitieuse.

Il est considéré comme l’un des meilleurs défenseurs de la ligue en homme-à-homme. Un pur chien de garde capable de ralentir les attaquants les plus prolifiques de la planète. Pratique, au moment de se coltiner du James Harden, du Chris Paul ou du Russell Westbrook. Il aussi passé un cap à trois-points depuis quatre ans. Il pointait encore à 37% de réussite derrière l’arc l’an dernier.

Avery Bradley peut remplacer Nick Young, qui touchait tout de même 5 millions de dollars par saison l’an dernier. Cela peu paraître peu, surtout qu’il percevait 8 millions annuels. Mais les équipes auront de toute façon peu d’argent pour dépenser. Il est peu probable qu’il reçoive une offre mirobolante. Alors autant accepter un rôle au sein de la meilleure équipe du monde.

Autres alternatives : Jamal Crawford, Wayne Ellington, Kentavious Caldwell-Pope, Lance Stephenson.

Seth Curry

En voilà un qui est passé sous les radars. Et pour cause, Seth Curry n’a pas joué du tout au cours de la dernière saison NBA. Il soignait une blessure à la jambe. Mais le voilà remis sur pied, à la recherche d’une nouvelle équipe. Car il ne faut pas oublier que le frère de vous-savez-qui s’était révélé au grand public – et fait un prénom – l’année juste avant sa fracture. Il plantait tout de même presque 13 points par match à 48% aux tirs et 42% à trois-points. Encore une fois, les gênes, tout ça, tout ça.

Il a évidemment le jeu pour briller à Golden State. Adroit de loin comme tous les Curry. En vraie progression sur les tirs en sortie de dribble, sortie d’écran, etc. Il serait parfait dans le rôle de Quinn Cook, intérimaire à la mène quand Stephen Curry s’est blessé l’an dernier. Tout en étant plus efficace, plus talentueux et peut-être même plus à même de contribuer en playoffs. Il a le jeu et les connexions évidentes avec les Warriors. On dit banco ?

Autre alternatives : Shabazz Napier, Shelvin Mack.

Luc Mbah a Moute

Encore un ancien des Houston Rockets. La franchise texane va évidemment chercher à conserver tous ses free agents mais elle devra gérer le dossier LeBron James (et Chris Paul ?) en même temps. Tout en veillant bien à prolonger Clint Capela. Il n’y aura peut-être pas de l’argent pour tout le monde. Dans ces conditions, essayer d’aller dénicher Luc Mbah a Moute serait un sacré coup.

Les Golden State Warriors ont trop d’intérieurs classiques. Traditionnels. Le Camerounais est un ailier-fort fuyant, capable de jouer pivot dans une configuration « small ball ». Un potentiel back-up pour Draymond Green sur certaines séquences. Une arme défensive de plus… et un shooteur supplémentaire. Mbah a Moute s’est mis aux normes NBA. Il convertissait 36% de ses tentatives derrière la ligne à trois-points l’an dernier. Il sera convoité. Les Warriors n’auront peut-être pas l’espace sous le Cap pour le recruter. Mais c’est une cible à garder en tête.

Autres alternatives : Trevor Booker, Dante Cunningham, Mike Scott.

Anthony Tolliver

Anthony Tolliver était presque une alternative à Luc Mbah a Moute. Il ne sera pas aligné pivot par exemple. Ou alors que sur certaines séquences. Les Golden State Warriors ont tout de même pris l’habitude d’aligner un poste cinq classique dans leur groupe de départ. JaVale McGee pourrait d’ailleurs éventuellement gagner sa place même s’il est lui aussi free agent. Sauf si Jordan Bell venait à être promu dans le cinq.

Tolliver serait un autre type d’intérieur. Il est capable de shooter de loin – 43% à trois-points – et étirerait donc encore un peu plus le jeu en attaque. Un poison pour des adversaires déjà obligés de contenir Stephen Curry ou Kevin Durant.

Autres alternatives : Kyle O’Quinn, Brandan Wright.

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest