Grant Hill, futur président des Etats-Unis ?

BasketSessionPar BasketSession Publié

Grant Hill n'a jamais caché ses orientations politiques ni l'intérêt qu'il avait pour la chose publique. Pourrait-il devenir le grand espoir du futur pour les démocrates ?

Invité du dernier podcast d’Adrian Wojnarowski, Grant Hill est revenu sur sa carrière, ses blessures et ses activités actuelles. Mais l’un des passages les plus intéressants concerne ses projets d’avenir. L’ancienne superstar NBA - et futur Hall-Of-Famer - a expliqué qu’elle s’était intéressée à de nombreux domaines depuis sa retraite, mais qu’il en restait un dans lequel elle n’avait pas encore pu se donner totalement : la politique.

« C’est quelque chose qui m’a toujours intéressé. On peut participer à la vie politique sans pour autant se présenter pour un poste, mais je me suis toujours efforcé de vivre ma vie avec dans l’idée qu’un jour je me présenterai à des élections.

Je ne sais pas si ça se produira, mais c’est quelque chose qui m’intéresse foncièrement et que je suis prêt à explorer. »

Woj s’est alors permis de rappeler à Grant Hill que, depuis l’élection de Donald Trump, l’intégrité et la probité étaient devenues de peu d’importance au moment de se faire élire. Blague à part, il a également rapporté qu’en parlant avec Bobby Hurley, l’ancien coéquipier de Hill à Duke, celui-ci lui avait confié qu’il avait toujours pensé que Grant Hill deviendrait un jour président des Etats-Unis.

Celui-ci n’a d’ailleurs pas démenti penser à un tel poste, mais a tenu à préciser qu’il n’avait pas encore pris de décision irrévocable sur la question.

« Le climat politique est très différent de ce qu’il était quand j’étais gamin, dans les années 80. Les choses ont changé et pas forcément dans le bon sens. Je pense que, dans notre pays, notre rapport aux athlètes est différent de celui que nous entretenons avec nos hommes politiques. J’en ai conscience. Je sais que, si je devais me présenter à une élection, il y a d’office une certaine frange de la population qui ne m’aime pas et qui me méprise.

Mais je pense également que nous avons besoin de gens bien, avec des qualités de leadership et qui sont prêts à montrer qu’ils ont une vision pour nos communautés ou pour notre pays. Et je pense que je suis de ceux-là. Je peux travailler de concert avec d’autres gens.

Je n’y ai pas encore pensé sérieusement, mais c’est quelque chose qui a toujours été en moi, un objectif à long terme. J’arrive à un point où il va falloir que je me décide : c’est soit je le fais, soit je ne le fais pas. […] Honnêtement, je suis encore partagé. […] Mais je pense avoir fait suffisamment pour qu’on me voit avec bienveillance et j’ai clairement les ressources nécessaires et mon parti de me demande de m’impliquer d’avantage. […]

Pour être tout à fait honnête, je ne sais pas encore si je suis prêt à me lancer, mais je pense que je serais capable d’y arriver si jamais je choisissais cette voie. »

En attendant ce savoir si Grant Hill osera sauter le pas pour de bon, il a confié que l’état actuel des Etats-Unis l’inquiétait sérieusement, notamment en raison de la manière qu’a Donald Trump de se conduire et d’attiser les tensions qui divisent le pays.

« Je pensais qu’on avait progressé, que les choses allaient mieux… On se sentait même presque fier de notre pays pour avoir réalisé quelque chose qu’on n’aurait jamais cru possible (élire Barack Obama – ndlr). Et de ce point de vue, j’ai l’impression qu’on a régressé. »

On ne sait pas quelle décision prendra Grant Hill, mais il a effectivement probablement tous les atouts nécessaires pour faire un candidat crédible, quel que soit le mandat qu'il pourrait briguer.