Les Rockets commencent à (trop) se la couler douce

BasketSessionPar BasketSession Publié

Les Houston Rockets ont clairement baissé le pied sur cette fin de saison régulière. De quoi agacer leur coach, Mike D'Antoni, qui aimerait bien que son équipe monte en puissance pour les playoffs.

Il y a les équipes qui activent le mode croisière pendant les trois ou quatre premiers mois puis montent en puissance dans la dernière ligne droite de la saison régulière pour faire le plein de confiance avant les playoffs. Puis il y a celles qui ont carburé depuis octobre et accusent légèrement le coup à partir d'avril. Les Houston Rockets ne veulent surtout pas intégrer la deuxième catégorie. Car ils savent bien que les grandes équipes, celles qui gagnent des titres, haussent leur niveau de jeu progressivement entre février et juin. S'ils sont assurés de terminer avec le meilleur bilan NBA cette saison (62 victoires en 77 matches), les Texans sont moins dedans depuis quelques jours.

Il a fallu un buzzer-beater héroïque de Gerald Green pour venir à bout des Phoenix Suns récemment. Cette nuit, ils ont carrément été balayés par les San Antonio Spurs (défaite 83-100). De quoi jouer sur les nerfs du coach Mike D'Antoni.

"Nous n'avons pas mis d'intensité. Nous n'étions pas en forme. Et ça fait déjà trois ou quatre matches que c'est le cas. Tout le monde veut se reposer, se reposer, se reposer. Mais ils doivent jouer. Sinon ils vont perdre l'avantage pour lequel nous avons bossé pendant 80 matches. Il faut se donner tous les jours."

Un petit coup de pression de la part du coach. D'Antoni n'est peut-être pas inquiet mais il a senti qu'il fallait remuer ses troupes. Notamment James Harden. Le MVP s'est sacrément relaxé depuis quelques jours. C'est peut-être simplement lié à la fatigue mais il ne se donne clairement plus à fond sur le parquet. Harden a converti seulement 37 de ses 99 tentatives, avec un horrible 6 sur 40 derrière la ligne à trois-points lors des cinq derniers matches. Il va falloir se réveiller afin d'être bien en forme au moment des playoffs. Surtout à l'Ouest.