117 CHA
119 MEM
112 ORL
97 PHI
140 BOS
133 WAS
102 HOU
93 LAC
129 MIN
114 SAS
120 LAL
94 GSW
106 POR
114 TOR

Jaren Jackson Jr mérite notre attention

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Rookie parfois oublié au profit des plus médiatiques Luka Doncic ou Trae Young, Jaren Jackson Jr réalise pourtant un début de carrière très intéressant.

Il n’a suffit que de quelques minutes dans le troisième quart temps pour apercevoir ce que Jaren Jackson Jr apporte déjà sur la table aux Memphis Grizzlies et pour comprendre pourquoi il était perçu comme l’un des prospects incontournables de la riche cuvée 2018. Moins flashy que Luka Doncic, moins scoreur que Trae Young ou moins dominant que Deandre Ayton, JJJ est tout de même l’un des meilleurs rookies de ce début de saison. L’intérieur formé à Michigan State n’a pas été drafté en quatrième position par hasard.

C’est donc au cours de ce troisième quart que le jeune homme a montré l’étendue de sa palette des deux côtés du parquet. D’abord la défense. Le basketteur longiligne – 2,11 mètres avec une envergure pointée à 2,24 – est extrêmement mobile pour sa taille. Il peut donc, théoriquement, switcher sur des porteurs de balle plus petits sans se laisser croquer. En pratique, ça marche aussi. Il y a un moment où il s’est donc retrouvé sur Jeff Teague. L’ancien All-Star n’a pas réussi à le déborder malgré un avantage de vitesse hypothétique. Jackson est constamment resté entre le meneur des Minnesota Timberwolves et le panier. Il a même fini par bloquer son tir.

C’est exactement ce que le staff attend de lui. Exactement ce qui est recherché en NBA aujourd’hui. Modernité toujours, le joueur de 19 ans a aussi enfilé une perle à trois-points au cours de ce troisième quart temps. Une arme devenue quasiment obligatoire, même pour les grands. Il faut étirer le jeu. Et pour ça, il faut savoir faire mouche de loin. Il a dégainé sans hésiter lorsqu’il était ouvert.

Une dernière action a retenu notre attention sur ce run de quelques minutes. Jaren Jackson Jr s’est retrouvé en tête de raquette, derrière l’arc, sans vraie possibilité de shooter car sans aucun rythme. Il a patienté et a bien lu la coupe de Garrett Temple dans le dos de la défense. Il l’a servi avec une très belle passe à rebond qui a permis à son coéquipier de marquer avec la faute. C’est très simple. Et pourtant trop peu d’intérieurs de son âge sont capables de détecter ces passes-là. Il a pris la bonne décision. Il a délivré dans le bon timing. Un aspect de son jeu qu’il est susceptible de développer, surtout au côté d’un Marc Gasol, pivot doté d’un excellent QI basket.

Jaren Jackson Jr a terminé ce match – gagné par les Grizzlies – avec 13 points en 19 minutes. Rien d’extraordinaire. Il pointe à 12,7 points, 50% aux tirs, 4,7 rebonds, 1,2 interception et 1,8 block en 24 minutes depuis le début de la saison. C’est vraiment encourageant. Il confirme ce que les scouts pensaient de lui – en bon – avant la draft : il a le profil idéal pour s’imposer comme un intérieur dans la NBA actuelle. Et c’est vraiment rare. Un Ayton fait de meilleures statistiques mais ses pauvres instincts défensifs l’empêchent de rester sur le terrain quand ça compte réellement (même si, en vérité, ça ne compte jamais réellement à Phoenix).

Il contribue déjà au sein d’une équipe classée deuxième à l’Ouest. Contrairement à Doncic, il n’est pas la star de sa formation. Mais un rookie vraiment important qui mérite d’être suivi de près, un peu plus que l'espace d'un troisième quart temps.