116 PHI
102 DET
109 IND
101 WAS
113 BOS
100 NOP
89 CHI
108 SAC
108 MIL
92 CLE
122 OKC
113 UTA
101 DAL
76 ORL
105 DEN
99 MEM
119 PHO
123 LAC
108 LAL
105 MIA
116 GSW
108 MIN

Kawhi Leonard a retrouvé son niveau de MVP

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Kawhi Leonard n'avait quasiment pas joué la saison dernière mais il est à nouveau une superstar dans cette ligue. Il est même le favori pour le MVP.

C’est fou à quel point le monde avance vite. Et aussi à quel point il oublie vite. Un constat que Kawhi Leonard avait déjà fait en répondant aux propos de Gregg Popovich, quand ce dernier balançait il y a quelques semaines que l’ailier All-Star n’assurait pas le leadership aux San Antonio Spurs la saison dernière. Sans rentrer trop vivement dans la polémique, le nouveau patron des Toronto Raptors évoquait justement le fait que, quand un basketteur ne joue pas, on n’oublie qui il est. Et c’est vrai. Le peuple NBA, du moins une partie, avait aussi oublié qui était Leonard. L’un des trois ou quatre meilleurs joueurs de cette ligue en 2017. Avant sa blessure aux quadriceps qui l’a tenu éloigné des parquets pendant toute la saison dernière à l’exception de neuf petits matches.

Cet été, les analystes cherchaient le prochain régent de la Conférence Est, après le départ de LeBron James aux Los Angeles Lakers. Ils ont principalement cité Giannis Antetokounmpo et Joel Embiid. Parce qu’ils avaient déjà oublié à quel point Kawhi était capable de dominer. Le plus ironique, c’est que maintenant que ce dernier est revenu en pleine forme, la planète NBA en vient désormais à oublier qu’elle doutait encore du bonhomme il y a quelques mois. Mais bon, c’est normal. Ou plutôt c’est compréhensible. Beaucoup se demandaient dans quel état de forme il reviendrait.

« Je pense que les gens ont un peu oublié à quel point il est talentueux », constate son coéquipier Pascal Siakam. « Ils ont oublié ce dont il est capable et à quel niveau il est capable de le faire. Il ne fait pas que marquer mais il défend aussi sur le meilleur attaquant adverse. »

Deux mois après le coup d’envoi de la saison, il donne déjà des éléments de réponse. Il est toujours (ou à nouveau ?) l’une des valeurs les plus sûres de ce championnat. Il est peut-être même le grand favori pour le trophée de MVP. Ce n’est que le mois de décembre, certes, mais les candidats sont plus ou moins connus : Stephen Curry, LeBron, Giannis et donc Kawhi. Le classement exact dépendra des dynamiques, des bilans, de la régularité et de l’état de santé de chacun.  Tous facteurs confondus, le néo-Raptor semble pour l’instant avoir pris la tête.

Il est le meilleur joueur de la meilleure équipe. Toronto caracole en tête de la NBA avec 21 victoires et 5 défaites. On peut se projeter dans le futur proche et anticiper une saison à plus de 60 wins – la première de l’Histoire de la franchise – pour les Dinos. On peut même les annoncer en finales en juin prochain sans perdre en crédibilité. Klay Thompson des Golden State Warriors a même déjà fait des Canadiens les principaux rivaux des doubles-champions en titre cette saison. Parce que leur équipe est complète, profonde et performante des deux côtés du terrain. Exactement à l’image de sa superstar finalement.

Auteur de 36 points contre les Philadelphia Sixers cette nuit, Kawhi Leonard a déjà passé sept fois la barre des 30 pions depuis octobre. Et pas contre n’importe qui. Philly, donc, un concurrent direct, mais aussi Boston ou Golden State. Il se sublime dans les matches importants.

« C’est un immense talent. Et il joue un peu plus dur quand le niveau est plus élevé », commente son coach, Nick Nurse.

C’est l’un des traits de caractère qui le sépare potentiellement de DeMar DeRozan, l’ancien chef de file des Raptors. Non pas que DeRozan ne sache pas hausser son niveau de jeu. Mais il a constamment échoué dans sa quête de faire franchir un vrai palier à son équipe une fois les playoffs arrivés. Leonard est potentiellement celui qui peut mener cette organisation à ses premières finales NBA. Parce que le champion et MVP des finales 2014 est quasiment revenu à son meilleur niveau.

« Il est presque à nouveau lui-même. Il doit juste encore supporter les backs-to-back. Mais il est prêt et il évolue à son niveau habituel », confie Danny Green, coéquipier qui l’a accompagné de San Antonio à Toronto cet été.

Les dirigeants NBA interrogés par ESPN tendent à avoir le même raisonnement. Pour eux, Kawhi Leonard est quasiment le joueur qu’il était avant. Ce qui fait de plus en plus de cette saison quasiment blanche un souvenir lointain. Il a repris sa marche en avant. Il doit maintenant engranger du rythme pour continuer sa montée en puissance. Car c’est presque ça le plus excitant : il n’est pas encore vraiment à 100%. Si les Raptors sont aussi bons maintenant, qu’en sera-t-il quand il aura vraiment retrouvé toutes ses sensations ? Ils feront alors plus que jamais figure d’équipe à battre à l’Est du pays.

Leonard doit par exemple progresser à trois-points. Il affiche un correct 36% de réussite mais ce pourcentage demeure légèrement en baisse par rapport à la saison 2016-2017 (38%). Sauf qu’il s’évertue à développer son jeu. Il ne prend plus des tirs arrêtés derrière l’arc. Il mime Curry en shootant en sortie de dribble. Histoire de basculer dans une toute autre dimension quand il aura maîtrisé cet aspect. En attendant, il tourne déjà à 26,1 points (record en carrière), 49% aux tirs, 8,6 rebonds (record en carrière), 2,9 passes et 1,8 interception. Des statistiques dignes d’un MVP en puissance. Histoire qu’il ne soit plus jamais oublié.