Lance Stephenson, le temps fait du bien à « Born Ready »

Après des débuts compliqués, Lance Stephenson se sent de plus en plus à l'aise avec les Charlotte Hornets et il espère confirmer dès ce soir.

Damien Da SilvaPar Damien Da Silva | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Quand on se fait surnommer "Born Ready", c'est tout de même un comble d'avoir besoin de temps. Mais Lance Stephenson est au fond un joueur comme les autres, un tout petit peu plus fou, mais il a besoin de s'adapter et de s'ajuster comme tout le monde. Diminué suite à une blessure à l'aine, il n'avait pas réussi une très bonne préparation et il a continué sur la même lignée lors des deux premiers matches de la saison régulière. Des mauvaises performances qui avaient d'ailleurs forcé Steve Clifford à le laisser sur le banc lors du dernier quart-temps contre les Memphis Grizzlies. Un rappel à l'ordre visiblement payant puisque Lance Stephenson s'est repris dès la rencontre suivante contre les New York Knicks en compilant 14 points, 9 rebonds et 8 passes décisives. L'arrière est revenu sur son adaptation et il se sent de mieux en mieux :
"Je deviens plus à l’aise maintenant, je dois simplement me montrer plus régulier. Je pense que j’ai mieux défendu sur Carmelo, mais avec lui vous espérez juste qu’il rate ses shoots. J’ai essayé de créer des choses, alors que lors des deux premiers matches, j'ai laissé le jeu venir à moi et au final je n’ai rien fait. J’ai besoin d’être agressif, d’être en mode attaque", a expliqué Lance Stephenson au Charlotte Observer.
C'est sûrement la clé de sa réussite aux Charlotte Hornets. C'est peut être malheureux à dire, mais Lance Stephenson ne doit pas s'adapter aux autres, ce sont les autres qui doivent s'adapter à lui, il doit continuer de jouer comme il le faisait aux Indiana Pacers pour donner sa pleine mesure. D'ailleurs, l'arrière semble tenir le même discours :
"Être un professionnel, c'est apprendre un nouveau système, apprendre à jouer avec d'autres gars. On doit jouer malgré les erreurs, je pense qu'une fois que les autres joueurs auront compris ma façon de jouer, on sera une équipe plus forte."
Encore une fois, c'est terrible, mais si les Hornets veulent tirer le maximum d'un joueur signé pour 27 millions de dollars sur 3 ans, ils vont devoir s'adapter à ses qualités. Bien sûr, Al Jefferson restera l'option offensive numéro 1 et Kemba Walker va conserver son influence, mais il faut aussi laisser Lance Stephenson s'exprimer s'ils veulent avoir un véritable retour sur investissement.
Afficher les commentaires (2)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest