108 DET
116 NOP
99 TOR
104 MIL
110 SAS
97 UTA
107 NYK
119 CHA

LeBron James commence à montrer des signes de fatigue

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

C’était inévitable. Maître à jouer de son équipe, constamment sollicité, LeBron James a connu quelques moments difficiles cette nuit. Le King accuse (au moins un peu) le coup.

LeBron James a grandi dans un milieu où montrer des signes de faiblesse est proscrit, lui qui, paradoxalement, aime tant grimacer après un choc ou boitiller deux minutes avant de repartir en cavalant après une mauvaise chute. Il était donc hors de question pour lui d’invoquer la fatigue après la défaite de ses Cleveland Cavaliers lors du Game 5 des finales de Conférence disputé cette nuit.

« J’ai eu quelques moments moins bons. Mais tout le monde est fatigué à ce stade de la compétition. Je vais bien. Je n’ai pas parlé de fatigue, ce sont les médias qui l’ont fait », assurait le King en conférence de presse.

Il n’a pas tort. La très large majorité des joueurs encore engagés sont exténués, cramés ou vraiment fatigués par la longue saison NBA qu’ils ont dans les jambes. Plus les batailles intenses depuis le début des playoffs. Mais certains le sont plus que d’autres. Et James a de nombreuses raisons d’être fatigué.

« Il fait plein de choses pour son équipe – marquer, passer, prendre des rebonds – donc oui, je pense qu’il est fatigué à un moment », note Marcus Morris.

L’ailier des Boston Celtics précise que ses coéquipiers ont senti que LeBron James était cuit. Et ils ne sont pas les seuls. Tyronn Lue est aussi de cet avis.

« Il m’avait l’air un peu fatigué. Mais je ne m’inquiète pas », résume simplement le coach des Cavaliers.

Lue a tout de même pris quelques dispositions. Il a sorti son meilleur joueur en fin de second quart temps, ce qui est inhabituel. Il l’a laissé se reposer en fin de troisième dans le but de le relancer dès le début du quatrième. K.O. James est resté quelques minutes de plus sur le banc. Il a quand même été aligné 39 minutes. Ses statistiques sont même flatteuses même si en-deca de ses standards : 26 points, 11/22, 10 rebonds, 5 passes. Mais il a quand même donné l’impression de manquer de jus. Notamment dans les dernières minutes. Il n’a marqué qu’un seul panier – en quatre petites tentatives – dans le quatrième quart. Il n’était plus en mesure d’amorcer un ultime comeback.

Normal. LeBron James a disputé sept finales NBA de suite. Rendez-vous compte. Sept ! Sept saisons à plus de cent matches, avec presque 40 minutes à chaque fois ! Cette année encore, il est, et de loin, le joueur qui passe le plus de temps sur le parquet en playoffs. Déjà 649 minutes. Klay Thompson, le premier joueur des Golden State Warriors, en a joué 533 (cinquième). Un écart conséquent avec les efforts répétés à ce niveau.

Le prodige d’Akron est moins entouré et il a donc encore plus à faire. Il ne peut presque pas se permettre de se reposer. Car son équipe est tellement habituée à jouer pour lui qu’elle ne tourne plus quand il n’est pas là. Seulement 94,3 points marqués (sur 100 possessions) pour 100,7 encaissés en son absence (-6,4). La fatigue ne suffit pas à expliquer la défaite de Cleveland, évidemment. Tous les joueurs sont éreintés. Mais c’est un élément à prendre à compte. Et un problème de plus pour les Cavaliers, très dépendants de LeBron James. Il va devoir aller puiser dans ses réserves la force de gagner deux matches de plus pour s’offrir une huitième finale consécutive. Nous verrons bien s'il a les ressources nécessaires pour créer un nouvel exploit.

LeBron James, épuisé sous l'oeil des caméras