Luguentz Dort, la kryptonite de James Harden ?

Luguentz Dort, la kryptonite de James Harden ?

Luguentz Dort est en train de se tailler une réputation de défenseur d'élite. Le Canadien d'OKC pourrit la vie de James Harden en playoffs.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Les Français ont pour habitude de se moquer de l'accent québécois et des expressions de leurs cousins d'Amérique du Nord. James Harden ne parle pas notre langue et n'a aucune raison de rire au contact de Luguentz Dort. A vrai dire, c'est tout le contraire. Le Montréalais est un sacré poil à gratter pour la superstar des Houston Rockets dans cette série du 1er tour entre les Texans et Oklahoma City. Non-drafté à sa sortie d'Arizona State à l'été 2019, Dort s'est accroché au gré d'un passage en G-League et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il a bien fait. Le voilà devenu en l'espace de quelques semaines un élément que l'on imagine partie intégrante de l'avenir prometteur du Thunder.

Alors que la série semblait partie pour être une promenade de santé pour les Rockets, la défense de Luguentz Dort dans son match-up avec le barbu en chef a contribué à changer la donne. Les deux derniers matches, remportés par OKC, ont bien mis en lumière l'importance de l'arrière de 21 ans. Ses exceptionnelles qualités défensives aussi.

Devoir défendre sur James Harden est sans doute la mission la plus désagréable qui soit pour un joueur NBA. Le challenge peut paraître excitant quand on veut montrer qu'on a sa place dans la ligue. Mais la virtuosité du MVP 2018 dans l'art de provoquer des fautes et de faire danser son vis à vis peuvent vous tuer mentalement. Pas Luguentz Dort.

Chris Paul livre ses vérités sur sa relation avec James Harden

Comme tous ceux qui s'essayent à l'exercice, le Canadien est prêt à accepter le deal : Harden marquera inévitablement entre 25 et 40 points dans la soirée. Le tout est de dérégler autant que possible la machine et de faire sortir le crack de sa zone de confort et de ses positions préférentielles. On l'a vu dans le game 3, Dort a géré à merveille les écrans, tantôt en passant en dessous, tantôt en les devançant pour constamment gêner la vision de James Harden. A d'autres instants, lorsque la star des Rockets a tenté de driver, l'arrière d'OKC a très souvent réussi à éviter les mouvements qui permettent si souvent à Harden de déclencher le contact et donc la faute pour aller sur la ligne. Parfois même s'est-il permis de jouer avec lui et de lui laisser assez de marge pour venir le contrer derrière.

Le décryptage en vidéo de BBall Breakdown ci-dessous est édifiant. Vous pouvez vous contenter des premières minutes pour voir de quelle manière, rien que sur le game 3, Luguentz Dort a donné du fil à retordre à l'attaquant le plus indéfendable de planète.

La nuit dernière, Dort a de nouveau été chargé par Billy Donovan de limiter autant que possible l'arme généralement létale de Houston. James Harden a beau avoir fini avec 32 points et 15 passes, il n'a pas échappé à la tenaille imposée par son garde du corps, qui a réussi à lui interdire l'accès à la ligne des lancers (Harden n'y est allé que 5 fois). Les Rockets n'ont ni réussi à contraindre OKC au switch, ni à sanctionner le Thunder de ce refus. Alors qu'il avait déjà été pénalisé de 5 fautes à l'entame du dernier quart-temps, Luguentz Dort a été suffisamment habile et malin pour ne pas être éjecté, tout en étant un empêcheur de tourner en rond pour James Harden. En lui enlevant son lieu de villégiature préféré et les tirs faciles près du cercle

La statistique la plus éclairante est sans doute le pourcentage d'adresse de James Harden lorsque Dort est le défenseur principal sur lui. Depuis le début de la série, le "Bearded One" est à... 17% lorsqu'il prend sa chance avec le Québécois dans son sillage. Il faudra voir si cette tendance est amenée à durer dans la série et dans les saisons à venir, mais on a peut-être trouvé là ce qui se rapproche le plus d'un "Harden stopper".

Sur son maillot n°5, Luguentz Dort a choisi de faire apparaître le message "Respekte Nou", en créole haïtien, le pays d'origine de ses parents. Si après avoir vu ce dont il est capable les adversaires du Thunder, qui l'a fait signer pour 4 ans et un peu plus de 5 millions de dollars, ne le respectent pas, c'est à n'y rien comprendre.

 

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest