NBA Awards : Le groupe ABC/ESPN

BasketSessionPar BasketSession Publié

Voici notre trophée. Le groupe ABC/ESPN ne l’a pas volé.

NBA awards

Chaque soirée NBA a son lot de surprises, de perfs, de dégringolades, d’humiliations et/ou de révélations. Comme ce n’est pas toujours simple de s’y retrouver en un coup d’œil, voici ceux qui, selon nous, se sont le plus distingués… pour le meilleur ou pour le pire. Ce sont les NBA awards de BasketSession.

Trophée "France Télévisions", Mention Nelson Monfort de l'indigence cathodique : Le groupe ABC/ESPN

Vous ne le savez peut-être pas et, si vous ne ne le savez pas, c'est qu'on a oublié de vous le dire (notre manière de rendre hommage à Stephane De Groodt, le magicien des mots de Canal Plus... Non, il n'est pas mort mais vu le niveau du trophée, on avait envie de commencer avec quelque chose de sympa...) mais, en ce moment sur France Televisions, ce sont les Jeux de Putin (oui, ca s'écrit comme ça se prononce..), enfin délocalisé à Sotchi pour l'occasion à la faveur de quelques pots-de-vin et d'une visite de chef d'Etat au congrès du CIO au Guatemala en 2007. Bref, du bonheur pour les aficionados des sports de neige et de glace, une médaille d'or aux Jeux Olympiques representant le summum d'une carrière de sportif dans la totalité de toutes ces compétitions (au contraire du football lors des Jeux d'été, par exemple. Quoique, avec ceux de 2016 à Rio, certains Bleus pourraient avoir envie d'y revenir...).

A événement exceptionnel, dispositif exceptionnel, c'est le slogan de France Télévisions qui retransmet les épreuves de 7h à 19h tous les jours, zappant allègrement entre France 2, 3 et 4.
Malheureusement pour les spectateurs, France Télévisions n'a pas connu de problèmes à la frontiere russe pour l'acheminement de ses "commentateurs" historiques jusqu'aux sites olympiques. Alors qu'Alexandre Boyon arrive à être raisonnable dans son mix de chauvinisme ("dans le bon sens du terme" © tous les sportifs parlant d'agressivité) et de connaissances techniques, le bien trop maquillé Laurent Luyat et le très sénile vénérable Gerard Holtz jonglent entre les différentes épreuves, toutes commentées par un "spécialiste" accompagné d'un consultant technique.

Certes, être consultant technique vous amène de réelles connaissances (Par exemple, le remarquable Bruno Thomas pour la luge, comme l'a noté Clement Guillou sur Rue89 ce matin) mais peut également vous amener, comme Vincent Jay hier au biathlon, à annoncer une médaille de bronze à une athlète (Anaïs Bescond) tandis que, au même moment, une Russe vous déloge du podium. Quand la nouvelle est délivrée par PATRICK "OHLALALALILAPRISUNTERRIBLECOUPDEBAMBOU" MONTEL, on ne peut que sentir le désarroi dans les yeux de l'athlète ainsi que l'incompréhension chez le téléspectateur français, bien habitué à l'adage "ne pas célébrer la victoire tant que le dernier athlète n'a pas passé la ligne...".

Néanmoins, si se réjouir trop vite d'une éventuelle médaille n'était que le pire péché de France Televisions, on aurait encore plaisir à regarder les Jeux sur le Service Public. Mais, de tous les dinosaures exerçant encore sur le Sévice Public (sic), le pire reste Nelson Monfort.

Le multilinguiste de France Télévisions est LA veritable plaie de ces JO. Mis au placard (des placards qu'il ne tient pas en haute estime, Patrick Montel et ses cassettes vidéos auraient pu en témoigner, si elles n'avaient pas terminé dans une décharge de région parisienne...) en commentant du patinage de vitesse (Telle une scène d'X-OR, revoyons la scène au ralenti dans le cerveau âgé de Daniel Bilalian, le chef de Sports de France TV: "Il nous manque quelqu'un pour commenter le patinage de vitesse. Qui va-t-on pouvoir mettre ? Mais oui, mettons Nelson Monfort puisqu'il commente déjà le patinage artistique ! Pas très grave si les deux disciplines n'ont rien à voir, les téléspectateurs sont trop bêtes pour s'en apercevoir...Tu es génial, Daniel !").

L'osbéquieux traducteur Francais/Anglais du Sévice Public se retrouve donc à nous commenter les épreuves de patinage de vitesse et de short-track depuis deux jours, au grand désespoir de tout ceux ayant le malheur de vouloir regarder une épreuve diffusée seulement tous les 4 ans.

Dès hier, il a commencé par un superbe "le forfait du patineur français, même pas sur maladie ou sur blessure mais...si, sur maladie..." à propos du Francais Contin, souffrant de la maladie de Basedow (maladie de la thyroide, source Wikipédia) après avoir chanté (oui, oui, chanté...) "Le Pas du Patineur" de Julien Clerc, au grand plaisir d'un Gérard Holtz proche de l'orgasme en studio. Un lyrisme de pacotille ("Une glace vive, une glace pure, une glace blanche à l'extérieur et bleue au centre"), une méconnaissance totale des sportifs ("La Tchèque Sablenikova"...alors que la double championne olympique en titre du 3000m et 5000m s'appelle Sablikova) et des règles (Les coureurs courent par deux sans que ce soit un duel entre eux... Monfort n'a toujours pas compris qu'il n'était pas important de gagner sa course, l'important étant le temps général de tous les coureurs, puisqu'il n'y a qu'une course...) avant de nous assèner aujourd'hui un superbe "C'est pas un sport de fillettes, enfin si, puisque des filles y participent" à faire frémir les FEMEN du monde entier. On vous passera le florilège de réflexions douteuses sur les patronymes des participants. Disons seulement que Thierry Roland doit voir en Nelson un digne héritier...

Si mettre Nelson au micro pour créer le buzz et que la sphère internet française parle des retransmissions des JO sur France Télévisions, Daniel Bilalian est tout simplement un génie. Plus sûrement, l'indigence du Sévice Public et le non-renouvellement des générations sur France TV explose une nouvelle fois en plein jour lors de ces JO...

Face à tant d'incompétence, le groupe ABC/ESPN n'est pas très heureux de se retrouver ainsi lié à une telle gabégie audiovisuelle mais franchement... Denzel Washington??