LeBron philosophe, le Grindfather n’est pas mort : ce qu’on a retenu de la nuit

La patience de LeBron James, l'acharnement de Tony Allen ou le manque de contrôle de Draymond Green, on vous raconte tout.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
LeBron philosophe, le Grindfather n’est pas mort : ce qu’on a retenu de la nuit
Il y a tellement de matches, d'actions et d'histoires qui se disputent et s'écrivent chaque soir en NBA qu'il est difficile de garder un œil sur toutes les performances et les anecdotes. Mais notre crew est là pour vous mettre au parfum des infos les plus pertinentes (ou non) de la nuit. - On en veut à Draymond Green de nous faire penser au navet "Incontrôlable" de Michaël Youn à chaque fois qu'il se désarticule et envoie un coup de pompe à l'adversaire... - On se demande d'ailleurs comment ça se serait passé s'il avait malencontreusement taillé la barbe de James Harden sur cette action. Adidas, qui a tout misé sur l'arrière des Rockets et son swag en cette fin d'année, aurait pu lui coller un procès... http://www.dailymotion.com/video/x54780n_draymond-green-met-un-coup-de-pied-dans-le-visage-de-james-harden_sport - Mike D'Antoni est en mode full rédemption. On le croyait vraiment has been après ses piges loupées à New York et LA, mais le nouveau coach des Rockets est en train de montrer qu'il est encore dans le coup. Son utilisation de Sam Dekker et Montrezl Harrell, entre autres, prouve qu'il a encore du flair et le coup d'oeil dans des matches de ce niveau. - C'est assez fou à quel point la présence ou non de George Hill impacte directement les résultats du Jazz. Utah était sur 4 victoires de suite avant de recevoir Miami, mais a chuté à la maison en l'absence de son meneur, touché à l'orteil. - Coeur sur Goran Dragic, en pleine bourre avec le Heat depuis qu'il n'est plus blessé et a carte blanche. 27 points et 6 passes pour le Slovène à Salt Lake City contre l'une des meilleures défenses de la ligue. - Il y a quelques années, LeBron James n'aurait pas hésité à critiquer son équipe et à jeter tout le monde sous le bus après deux défaites aussi cuisantes que celles contre Milwaukee et LA. Aujourd'hui, le "Chosen One" est un trentenaire apaisé et conscient que la saison est un marathon et tout sauf une vérité absolue à l'instant t. "C'est dommage de perdre deux matches de suite, mais tout ira mieux demain. C'est cool qu'on n'ait pas à cogiter une semaine entière comme au foot". - Ce gangster de Tony Allen a encore de l'huile dans le moteur. Si Memphis a réussi à effacer ses 14 points de retard dans le 4e quart-temps pour battre Orlando, c'est parce que le "Grindfather" a enchaîné les actions défensives de très haut niveau et pourri la vie du Magic durant ce run. - Marc Gasol à la passe, c'est quand même pas dégueu du tout hein... Le type te balance une passe dé à l'aveugle dos au panier depuis son propre camp comme s'il jetait son linge sale dans la corbeille. - Evan Fournier a sorti un super match offensif (28 points à 11/14 et 4 passes) mais sa connivence avec DJ Augustin et Elfrid Payton dans les backcourts respectifs alignés par Frank Vogel ne saute toujours pas aux yeux... - La tactique des Mavs pour éviter de prendre des roustes en attendant des jours meilleurs ? Jouer sur un tempo encore plus lent qu'avant et user les nerfs des adversaires. Les Hornets ont eu du mal à s'y faire et ça a donné un match franchement vilain. A ce rythme, Mark Cuban libère Dirk à Noël et passe en mode full tanking. - Une pensée pour Harrison Barnes et Andrew Bogut, passés de l'équipe la plus dominante de tous les temps en saison régulière à la pire équipe de la ligue (en termes de bilan) en quelques mois.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest