CQFR : LeBron vs Luka, c’était du très lourd !

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Voici ce qu'il fallait retenir des 8 matches de la nuit en NBA.

Les résultats de la nuit en NBA

Rockets @ Nets : 116-123

Cavs @ Pacers : 95-102

Bucks @ Magic : 123-91

Knicks @ Celtics : 102-104

Pistons @ Bulls : 106-112

Lakers @ Mavs : 119-110 après prolongation

Jazz @ Kings : 101-102

Spurs @ Warriors : 127-110

---

- Le match entre les Mavs et les Lakers a été le plus chaud de la nuit avec une victoire de L.A. en prolongation. Dallas n'aurait jamais dû perdre ce match, puisque les Texans menaient de trois points dans les dernières secondes et avaient une faute à donner. Rick Carlisle n'a pas su faire passer le mot et Danny Green a été létal pour offrir l'overtime à son équipe. Néanmoins, c'est le duel entre deux hommes, un jeune adulte et un briscard, qui a marqué les esprits. Luka Doncic vs LeBron James. Le Slovène idolâtre le "King" depuis son enfance et sa saison rookie a ressemblé comme deux gouttes d'eau à celle de l'adolescent qu'était le "Chosen One" en 2003. LeBron est ressorti vainqueur avec une performance insolente pour un basketteur qui a 17 saisons NBA dans les jambes : 39 points, 16 passes et 12 rebonds. La passe d'armes avec Doncic a été magnifique, puisque l'ancien Madrilène a constamment répondu et a lui aussi fini en triple-double (31 points, 15 passes et 13 rebonds), sans pouvoir faire basculer la prolongation en faveur des Mavs.

- Une preuve que cet affrontement avait quelque chose d'unique ? Luka Doncic est devenu, à 20 ans, le plus jeune joueur de l'histoire à réussir un match à au moins 30 points, 15 passes et 10 rebonds. LeBron James est lui devenu, à un mois et demi de ses 35 ans, le plus vieux à sortir cette même ligne de stats. L'étreinte entre les deux à la fin du match était belle. Les quelques mots de LeBron, tout sourire, aussi : "You're a fucking bad motherfucker".

Mais aussi

- Dans la catégorie des jeunes "bad motherfuckers", Jayson Tatum n'est pas mal non plus. L'ailier des Boston Celtics a tué les Knicks avec un shoot sensationnel à 1.3 seconde de la fin du match. L'ancien Dukie n'a pas exulté et a même déclaré après coup que les joueurs qu'il adulait étant jeune faisaient ce genre de choses tout le temps et qu'il lui fallait en faire autant. On commence doucement à retrouver le Tatum rookie sans peur, ni stress, qui avait affolé la planète NBA lors des playoffs 2018.

- Dans ce match, Frank Ntilikina était titulaire pour la première fois de la saison. Aucun autre meneur de métier n'était disponible et David Fizdale a compris que placer RJ Barrett au poste 1 était improductif. S'il n'avait pas la vue brouillée cette nuit, le coach des Knicks devrait retenter l'expérience. Au-delà de toute considération statistique (10 points à 4/9, 3 rebonds, 3 interceptions, 2 passes, 1 contre en 38 minutes), le Français a apporté une intelligence défensive et une capacité à faire circuler le ballon qu'aucun autre membre du roster ne possède. On a envie de croire qu'avec l'accumulation des matches et des minutes, le backcourt qu'il forme avec Barrett a de l'avenir.

- Très rapidement dans le match, Ntilikina a montré aux Celtics qu'il ne comptait pas se faire marcher dessus. Marcus Smart l'a appris à ses dépens sur ce chasedown block que n'aurait pas renié LeBron.

- Les Rockets se sont inclinés à Brooklyn et James Harden n'arrive toujours pas à mettre dedans à 3 points. Si le MVP 2018 a encore marqué 38 points en passant la moitié de sa soirée sur la ligne (14/15), son 2/16 à 3 points fait tâche et porte son total, pour le moment, à 14/70 from downtown.

- Pour s'assurer que ses hommes continueraient de défendre le plomb sur Harden sans perdre sa voix, Kenny Atkinson s'est montré inventif en brandissant un panneau avec une photo de Dennis Scott (un autre ancien n°3), barré d'un signe d'interdiction de passer.

- Derrick Rose a été fêté comme il se doit par les fans des Bulls pour son retour au United Center. Le MVP 2011 avait beau porter un maillot de l'ancien ennemi juré, Detroit, la foule a applaudi son entrée en jeu dans le premier quart-temps à coups de "MVP ! MVP ". Ses 23 points en sortie de banc ont fait nettement moins plaisir aux locaux, qui s'en sont quand même tirés grâce à un Zach LaVine clutch et auteur de deux paniers à trois points et de quatre lancers consécutifs dans le money time.

 

- Les Kings ont enfin lancé leur saison ! Après un départ catastrophique (0-5), Sacramento a décroché son premier succès lors de la réception du Jazz. Tout n'a pas été parfait, mais le panier d'Harrison Barnes après un rebond offensif à 3 secondes de la fin a permis au  Golden One Center d'exulter. De'Aaron Fox a retrouvé son agressivité (25 points) et le tandem Hield-Bogdanovic un peu de son adresse (14/24 en cumulé). Voilà un succès salutaire pour Luke Walton, qui commençait déjà à avoir chaud pour son job...

- Donte DiVincenzo, héros du titre de Villanova en NCAA il y a deux ans, est sorti du placard avec la manière cette nuit. Alors que Giannis Antetokounmpo n'a eu besoin que de 30 minutes pour compiler 29 points, 14 rebonds et 6 passes contre Orlando, DiVincenzo a exploité au mieux le premier temps de jeu décent qui lui a été offert cette saison. Ses 14 points à 4/7 à 3 points avec 3 passes et 2 interceptions en 17 minutes ont fait beaucoup de bien aux Bucks.

- Malcolm Brodgon et Domantas Sabonis continuent de tracter les Pacers vers un retour du bon côté de la ligne de démarcation. Le meilleur passeur NBA de ce début de saison (25 pts, 8 rbds et 6 pds) et le fils d'Arvydas (18 pts, 17 rbds) ont encore fait le job pour aider Indiana à dominer Cleveland.

- Les 30 points et 8 passes de D'Angelo Russell et les 20 points de l'intéressant Jordan Poole n'ont pas permis à Golden State d'éviter la défaite à San Antonio. Tout ça est bien trop léger contre une équipe aussi rodée que les Spurs. Surtout quand Patty Mills passe en mode FIBA et claque 31 points en sortie de banc.