87 MIN
100 MEM
131 ORL
117 NYK
109 WAS
119 POR
104 SAS
92 GSW
97 MIA
113 LAL

Nobel Boungou Colo au Quai 54 avec « Child of Africa »

Barbara YouinouPar Barbara YouinouPublié

Nobel Boungou Colo est de retour au Quai 54 avec l'équipe « Child of Africa », qui a dans ses rangs un certain Bismack Biyombo.

Les amateurs de basket ont depuis longtemps coché les dates du 7 et 8 juillet sur leur calendrier. Comme l'an dernier, le plus grand tournoi de streetball mondial prendra ses quartiers du côté de la Pelouse de Reuilly. Parmi les équipes en lice, on retrouvera notamment « Child of Africa ». « Dans l'équipe il y aura des joueurs comme Ferran Bassas, qui joue en Espagne, Andrew Albicy, Christian Eyenga, Bismack Biyombo, Shekinah Munanga, Paul Rigot, Earvin Bassoumba » explique Nobel Boungou Colo, qui en est le capitaine et l'architecte. Les profils n'ont pas été choisis au hasard, mixant jeunesse et expérience dont le style de jeu pourrait coller à ce que nécessite le Quai 54. «  On a pris des joueurs qui sont prêts à défendre. Le Quai ça joue assez dur, c'est street. C'est différent des championnats. Après on est certains, comme moi et Andrew, à l'avoir déjà fait, à avoir l'expérience ».

Ce week-end Nobel Boungou Colo et ses coéquipiers défendront aussi un peu plus qu'un nom d'équipe. Car « Child of Africa » est un projet initié par Bismack Biyombo visant à fédérer les actions humanitaires en Afrique par ses enfants. L'ailier, lui, s'investit déjà au Congo, dont il est originaire. « Le faire, c'est quelque chose qui est venu progressivement. Je suis né à Brazzaville. A chaque fois que j'ai l'opportunité de rentrer et de faire des choses, je le fait. C'est important de le faire. Les jeunes d'Afrique n'ont pas les mêmes opportunités au niveau du sport, pour avoir l'accès à un terrain de basket, de foot etc C'est vraiment très différent. Si on peut les aider là-dessus, je suis le premier à essayer de faire quelque chose ». Car pour ces jeunes, Nobel Boungou Colo et d'autres basketteurs font office de modèles. «  On sent qu'ils nous regardent, qu'ils nous suivent. Ils ne savent pas comment, mais ils aimeraient aussi essayer de faire carrière. On sent qu'on est des exemples, qu'ils sont fiers. C'est pour ça que ça nous donne encore plus envie de les aider.et de leur redonner quelque chose ».

L'objectif sera aussi sportif avec une équipe qui, sur le papier, a plutôt fière allure. « Elle est quand même bien montée. On a des chances. Après c'est comme pour tout le monde ; c'est un tournoi. On ne sait pas qui on va rencontrer mais on veut se donner touts les chances d'aller au bout ». S'ils veulent aller jusqu'au bout, ils croiseront certainement des équipes mythiques du Quai 54 comme La Fusion ou La Relève. Mais pas de quoi inquiéter Nobel Boungou Colo. «  La Fusion ils essayent de s'accrocher mais je pense que maintenant ils sont un peu trop vieux (il se marre). On est une équipe du moment. C'est différent d'une équipe qui est tout le temps là à le jouer. On sait qu'avec un joueur comme Bismack ça va nous mettre en lumière, et que l'on sera attendu. On est prêt à ça et on sait que tout peut arriver ».

Crédit photo : Mercieca