107 CHA
122 ATL
110 MIA
105 CHI
110 PHI
104 TOR
119 WAS
135 LAC
106 DAL
110 SAC
96 POR
108 OKC
142 LAL
125 MIN

Le banc des Sixers, déjà un problème ?

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

S’il ne faut évidemment pas tirer de conclusions trop hâtives d’une simple rencontre, on peut se demander si le deuxième cinq des Philadelphia Sixers n’est pas un peu léger.

Les Philadelphia Sixers nourrissent de grandes ambitions pour la saison à venir. La franchise de Pennsylvanie a fini troisième de la Conférence Est l’an dernier avant de sortir au second tour des playoffs. Elle vise désormais la marche (ou les marches) au-dessus. Pourtant, nous sommes tentés de penser que les Milwaukee Bucks vont finir sur le podium, devant Philly. C’est l’une de nos prédictions d’avant-saison.

Les Sixers ont du talent. Des talents. Mais le banc ne nous rassure pas. Le premier match de la saison nous a confortés dans notre opinion. En effet, les remplaçants n’ont pas été au rendez-vous et l’équipe de Brett Brown a encaissé une défaite assez sévère (87-105).

Joel Embiid et Ben Simmons avaient pourtant fait le boulot. 23 points pour le Camerounais et 19 points, 15 rebonds et 8 passes pour l’Australien. Les autres n’ont pas suivi le mouvement. Le reste du cinq majeur a compilé seulement 19 points et c’est évidemment un problème. Mais des garçons comme Dario Saric, Robert Covington et Markelle Fultz ont le talent et le potentiel pour rebondir. Sur le banc, c’est plus compliqué.

Boston a justement fait la différence sous l’impulsion de son deuxième cinq au retour des vestiaires. Avec Terry Rozier à la baguette (11 points). Les remplaçants des Celtics ont dominé ceux des Sixers, assez nettement (44-26). L’écart de points – 18 – correspond à celui du tableau d’affichage au score final. Mine de rien, ça manque franchement de peps. T.J. McConnell est hargneux mais il a besoin d’être entouré de scoreurs. Amir Johnson, Furkan Korkmaz et Landry Shamet font presque de la figuration.

J.J. Redick a surnagé avec ses 16 points à 7/17 aux tirs. On peut d’ailleurs se demander combien de temps Brown va mener son expérience avec Fultz dans le cinq majeur. Les Philadelphia Sixers possédaient l’un des meilleurs groupes de départ de la ligue l’an dernier. Avec justement Redick pour étirer le jeu autour de Simmons et Embiid. Le coach veut sans doute mettre Fultz en confiance en le lançant dans le cinq majeur. Mais il serait peut-être plus performant dans le rôle d’un sixième homme scoreur au côté de quatre joueurs de devoir. On est tenté de parier que le premier choix de la draft 2017 ne gardera pas longtemps sa place de titulaire si Philly démarre la saison mollement.

Il faut aussi rappeler que le nouvel arrivant Wilson Chandler (et Mike Muscala) n’était pas disponible cette nuit. Sa présence peut aussi contribuer à changer la donne en renforçant le deuxième cinq. Un groupe avec Fultz, Chandler, Muscala, McConnell et Johnson a déjà bien plus d’allure. Il reste vrai que les Sixers ont perdu gros avec les départs d’Ersan Ilyasova et Marco Belinelli, deux vétérans clés qui sortaient du banc l’an dernier. Ils chercheront peut-être à se renforcer pendant la saison. C’est l’une des clés pour atteindre leurs objectifs.