Preview Finale de Conf : Golden State Warriors vs Houston Rockets

Avant le game 1 de la finale de Conférence Ouest entre Golden State et Houston, voici un décryptage de cette alléchante affiche.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Analyse
Preview Finale de Conf : Golden State Warriors vs Houston Rockets
  La NBA est quand même foutrement impitoyable. Après un jour de repos seulement et au sortir d'un game 7 contre les Clippers, les Rockets doivent déjà remettre le couvert. Et ce n'est pas du menu fretin qui arrive au menu des Texans, puisqu'ils devront tout simplement écarter de leur route la meilleure équipe de la ligue cette saison, les Golden State Warriors. A première vue, la fatigue et la maigre profondeur de banc des hommes de Kevin McHale n'incite pas à l'optimisme, mais la dynamique positive et le rayonnement du trio Harden-Howard-Smith sont intéressants. De là à dire que cela suffira à malmener la machine californienne... Après avoir été mis en danger par une équipe de Memphis toujours aussi accrocheuse, les Warriors ont retrouvé la formule gagnante et laissé le talent de Stephen Curry faire le reste. En dehors de Marreese Speights, Golden State n'a d'ailleurs aucun blessé de taille, ce qui n'est pas le cas des Rockets, toujours privés de Patrick Beverley et Donatas Motiejunas, probablement jusqu'à la fin des playoffs. On se dit que malgré l'expérience inégalable du combo Jet Terry-Pablo Prigioni à la mène, les matches-up vont être compliqués dans ce secteur pour les Texans, qui devront prendre le dessus à l'intérieur et sur les ailes pour espérer combler ce déficit. On attend bien sûr des merveilles de l'affrontement entre les deux premiers au classement du MVP, Stephen Curry et James Harden, qui pourrait bien décider quelle équipe atteindra les Finales NBA.

Les forces en présence

Houston Rockets

Cinq majeur Jason Terry : Il a un peu de mal à faire l'avion pour célébrer ses paniers mais le voir titulaire à ce niveau malgré son âge est bluffant. Il reste un sacré joueur de basket, même si on peut douter de sa capacité à freiner Steph Curry. James Harden : On n'a pas l'impression d'avoir vu un Harden au sommet de sa forme en 1/2, ce qui est plutôt bon signe pour les Rockets. Il en a encore dans la barbe et devrait hausser le ton dans cette finale de conf'. Trevor Ariza : Son expérience de champion et son sang froid sont précieux. Bien plus que ne l'était le côté sympa de Chandler Parsons. Josh Smith : Après tout ce qu'il s'est pris (à juste titre) dans la tronche, le revoir s'éclater et jouer à ce niveau-là fait plaisir. Sa connivence avec Howard est un atout indéniable. Dwight Howard : Il n'est pas tout à fait encore redevenu le monstre qui dominait tout le monde à Orlando, mais il fait exactement ce que lui demande Kevin McHale sans surjouer. S'il passe la vitesse supérieure, le rapport de force pourrait rapidement s'équilibrer entre les deux équipes. Banc Terrence Jones : Il est sorti du 5 mais sa présence dans la rotation est fondamentale. Corey Brewer : L'un des remplaçants les plus utiles de toute la ligue. Polyvalent et précieux des deux côtés du terrain. Clint Capela : Si D12 a encore des problèmes de faute, on devrait revoir le "petit" Suisse quelques minutes. Ses entrées sont souvent intéressantes. Pablo Prigioni : Back-up de Jet Terry, l'Argentin apporte une science du jeu précieuse à défaut de pouvoir lutter avec les meilleurs meneurs sur le plan physique. Attention aux chevilles (Irving les avaient amochées en saison régulière...) si Curry est face à lui... Kostas Papanikolaou : McHale ne le fera jouer qu'en cas de pépin. Nick Johnson : Le rookie n'entrera en jeu qu'en cas d'avantage conséquent ou de garbage time. Joey Dorsey : De la viande utile dans la raquette vu la rotation limitée dans ce secteur.

Golden State Warriors

Cinq majeur Stephen Curry : Il a alterné le "curryesque" et le moyen contre Memphis, notamment lors des 3 premiers matches. On le sait capable de déclencher le mode "injouable" à peu près quand il le souhaite. Klay Thompson : Il n'a pas encore réussi de carton, mais ça n'a pas empêché son équipe de l'emporter. Il en a sous le pied et devra prendre le relais si Curry a un coup de moins bien. Harrison Barnes : On en parle peu mais il réussit des playoffs aboutis dans un rôle discret mais précieux. Lui aussi peut encore passer un pallier et rendre les Warriors encore plus durs à vaincre. Draymond Green : Il fait le job et le spectacle en dehors du terrain. On l'a moins vu à la passe ces dernières semaines, ce qui est une autre corde à son arc à sortir en cas de besoin. Andrew Bogut : Après avoir dû défendre sur le combo Gasol-Z-Bo, voilà que c'est Dwight Howard qui se pointe... Heureusement, l'Australien est tenace et résistant. Banc Shaun Livingston : Kerr sait qu'il peut toujours compter sur 20 minutes de qualités de la part de Livingston, excellent back up de Curry. Andre Iguodala : Never forget about Dre. Avoir un joueur de ce professionnalisme et de cette trempe sur le banc, quel atout ! Marreese Speights : Il manquera au moins le premier match de la série. Le bulldog du banc est extrêmement utile lorsqu'il faut faire souffler un peu Draymond Green. David Lee : Même constat que pour Iguodala. On parle d'un joueur All-Star il y a deux ans... Par contre, il ne sera utilisé que lorsque Golden State aura besoin de scorer. Festus Ezeli : Ses apparitions sont brèves mais généralement pas dénuées d'intérêt à l'intérieur. Leandro Barbosa : Leandro do Brazil est toujours capable d'apporter l'étincelle si on le lui demande.

La star à suivre : Dwight Howard

Forcément, tout le monde attend monts et merveilles de l'affrontement entre Stephen Curry et James Harden, rien de plus normal. Mais c'est un peu vite oublier que Houston a dans ses rangs un joueur de la trempe de Dwight Howard. Il a agacé tout le monde depuis son départ d'Orlando, c'est vrai. Il n'est pas au même niveau que lorsqu'il portait le maillot du Magic, c'est vrai aussi. Mais on peut le voir par séquences, dès qu'il est bien en jambes et qu'il ne fait rien de stupide en termes de fautes, D12 reste une bête et un élément capable de dominer à peu près n'importe qui. Il y a fort à parier qu'il subira du hacking durant cette série, et sa capacité à surmonter mentalement ses probables échecs sur la ligne sera cruciale.

Le duel à suivre : Draymond Green vs Josh Smith

On s'est bien payé la tronche de Josh Smith, flop incontestable du côté de Detroit. Il faut dire que le gars envoyait brique sur brique à 3 points en pensant qu'il était la réincarnation de Reggie Miller, délaissant les aspects de son jeu qui en avaient fait un joueur très apprécié des fans à l'époque d'Atlanta. Depuis qu'il est à Houston, et particulièrement durant ces playoffs, on a retrouvé J-Smoove. Il ne shoote plus pour rien, a compris qu'il n'était pas la première option de l'équipe et prend du plaisir à combiner avec James Harden et, surtout, son pote d'enfance Dwight Howard. S'il veut vraiment que l'on considère qu'il est à nouveau un joueur important de cette ligue, Josh Smith va devoir remporter son duel avec Draymond Green. Un sacré client, qui tentera d'entrer dans sa tête à chaque panier marqué ou stoppé. Si ces deux joueurs ne sont pas les éléments phares de leurs équipes respectives, il y a fort à parier qu'une partie du sort de cette série se jouera dans ce duel qui devrait regorger d'impact et d'énergie.

L'avis de l'expert des Warriors

Thomas, gérant du compte @GSWarriorsfr : "Les Warriors ont eu un tour précédent bien plus compliqué qu'imaginé avec les Grizzlies. Malmenée durant la première partie de la série, l'équipe de Steve Kerr a montré que sa domination en saison régulière n'avait rien d'une anomalie. Golden State a les joueurs pour gagner, avec un effectif ultra-complet et en bonne forme - ce qui n'est pas le cas de Houston -, et un staff autour de Kerr lui aussi excellent. La défense de Houston sera clé sur cette série. Que Beverley revienne ou non, je ne pense pas que son impact sera aussi important qu'imaginé. Quid de James Harden ? Il ne défendra pas sur Thompson, mais sur Barnes, un joueur toujours en mouvement derrière les écrans, à 3 points. Ne soyez pas surpris si Barnes est le deuxième meilleur marqueur des Warriors sur cette série.
A l'intérieur, le combat sera acharné entre Bogut et Howard, Green et Smith dans un duel de "stretch 4" facteur X. Au final, je pense que Golden State ne se laissera pas surprendre comme cela a été le cas face aux Grizzlies. Avec l'avantage du terrain, et un adversaire qui leur a réussi cette saison (4-0), je ne donne pas cher des Rockets. Warriors en 5."

Les confrontations en saison régulière

8 novembre 2014. Houston Rockets 98-87 Golden State Warriors. Après une belle première mi-temps, Houston s'effondre sous les coups de Stephen Curry, qui plante 34 points et permet aux Californiens de rester invaincus après 5 matches. Golden State 1-0 Houston. https://www.youtube.com/watch?v=FSx1fDoyeNw 10 décembre 2014. Golden State Warriors 105-93 Houston Rockets.  Encore un 4e quart-temps de feu pour des Warriors qui ont pu s'appuyer sur les 61 points combinés du trio Curry-Thompson-Barnes. James Harden fait lui aussi un petit récital avec 34 points, mais c'est insuffisant. 14e victoire de suite pour Golden State. Golden State 2-0 Houston. https://www.youtube.com/watch?v=T3mdKe2QA7k 17 janvier 2015. Houston Rockets 106-131 Golden State Warriors. 54 points pour les Splash Brothers, une raclée et, plus important, les 11 petits points de James Harden à cause de la bonne défense de Klay Thompson. Golden State 3-0 Houston. https://www.youtube.com/watch?v=1J2s3tSI3yw 21 janvier 2015. Golden State Warriors 126-113 Houston Rockets. Le fait marquant de ce match encore une fois remporté par Golden State ? L'altercation entre le généralement calme Stephen Curry et Trevor Ariza. Golden State 4-0 Houston. https://www.youtube.com/watch?v=v5CT2aSvaLY

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest