Rookie of the Year Race : Donovan Mitchell prend le pouvoir

Rookie of the Year Race : Donovan Mitchell prend le pouvoir

Les choses sont encore loin d'être jouée dans la Rookie of the Year Race, mais Donovan Mitchell a frappé fort ces dernières semaines et a pris les devants à nos yeux.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Préc.1 / 3Suiv.
Nous voilà arrivés à la pause du All-Star Game. Les rapports de force sont plus qu'établis et on aborde même le sprint final, aussi bien au classement général que pour les distinctions individuelles. La course pour le titre de Rookie of the Year est toujours aussi intéressante à suivre. Deux candidats sont toujours au coude à coude en tête, mais dans l'optique d'un power ranking plus concis, on a cette fois décidé de ne pas mettre Ben Simmons et Donovan Mitchell ex-aequo. On a décidé, blessure oblige, de sortir provisoirement Lonzo Ball du classement. Idem pour Frank Ntilikina, plus assez utilisé, ni performant depuis quelque temps, et OG Anunoby dont le temps de jeu et les prestations sont en chute libre à Toronto. Ca ne veut en aucun cas dire que ces joueurs seront hors du top 10 en fin de saison lorsqu'ils seront jugés sur l'ensemble de leur année rookie. Voici ce qu'il en est.

Mention honorable

10- De'Aaron Fox (Sacramento Kings) 

On attendait bien plus de De'Aaron Fox cette saison, mais le meneur des Kings prend confiance en son jeu ces derniers temps, tout en n'abandonnant pas l'intensité qui a fait sa réputation en NCAA. Depuis un peu moins d'un mois, on le sent vraiment sur le bon chemin, malgré une adresse toujours incertaine. Entre des claquettes dunks décisives, une défense améliorée et une activité qui ne dément pas, Fox méritait bien d'intégrer ce classement à ce moment de la saison.

9- John Collins (Atlanta Hawks) et Jarrett Allen (Brooklyn Nets)

L'intérieur des Hawks a toujours droit à sa vingtaine de minutes en sortie de banc et il continue d'en tirer autant profit que possible. Sur le plan athlétique et au rebond, Collins est un petit phénomène qui prendra très probablement une part importante dans l'avenir de la franchise. Son scoring est irrégulier, mais on sent aussi que Mike Bundeholzer limite son temps de jeu par peur qu'il n'améliore drastiquement les résultats de l'équipe... Dès qu'il dépasse son temps de jeu habituel, ses stats s'en ressentent et ça finit fréquemment en double-double. Idem pour Jarrett Allen, qui a intégré le cinq des Nets et mérite qu'on signale ses belles performances. Comme Collins, le pivot au look rétro a un potentiel de machine à double-double et il est l'un des jeunes intérieurs les plus divertissants de la ligue.

8- Josh Jackson (Phoenix Suns)

On commence enfin à voir le Josh Jackson qui respirait le basket à Kansas l'année dernière. Depuis fin janvier, il tourne à presque 18 points de moyenne et fait un peu plus étalage de ses qualités de rebondeur, de playmaker et de contreur jusque-là bien dissimulées. On se fait nettement moins de souci pour lui et avec un peu de bouteille et de matches au compteur, tout ira bien.

7-Bogdan Bogdanovic (Sacramento Kings)

Le Serbe grimpe les échelons à chaque version de ce ranking. Plus de 13 points de moyenne à 43% d'adresse globale et 45% à 3 points sur le mois et demi écoulé, c'est très respectable. Le voilà à 30 minutes de temps de jeu par match, avec une influence grandissante dans le jeu des Kings.

6- Dennis Smith Jr (Dallas Mavericks)

Le meneur des Mavs est un attaquant très divertissant, sans doute le plus mature des young guns dans ces secteurs d'ailleurs. Sur janvier et février, Dennis Smith a 16 points et 6 passes un peu en dessous des 40% de moyenne. C'est très honorable pour un rookie, mais on ne peut s'empêcher de penser qu'il en a encore davantage dans le moteur et qu'il pourrait livrer des copies similaires à celles de Donovan Mitchell.

Lire la suite

Préc.1 / 3Suiv.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest