Sam Mitchell fustige « les mauvaises habitudes » de ses jeunes Wolves

Sam Mitchell a pris le temps d'expliquer en détail quelles mauvaises habitudes empêchaient ses jeunes Wolves de jouer comme il faut... et donc de gagner.

Alexis OrsiniPar Alexis Orsini  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Sam Mitchell fustige « les mauvaises habitudes » de ses jeunes Wolves
Les Minnesota Timberwolves sont connus pour la grande jeunesse de leur effectif. Leur coach, Sam Mitchell, est d'ailleurs le premier à le rappeler afin que les attentes autour de son équipe soient proportionnées à l'âge de ses joueurs. L'inexpérience de Karl Anthony-Towns, Andrew Wiggins ou encore Zach LaVine explique en effet (partiellement) que les Wolves aient déjà perdu 4 matches cette saison après avoir mené d'au moins 17 points. Mais après la défaite à domicile contre les Milwaukee Bucks, samedi, Sam Mitchell a tenu à détailler, dans une longue tirade, les obstacles rencontrés par les coaches face à ces joueurs de moins de 21 ans :
"Si on met de côté Ricky Rubio, Tayshaun Prince et Kevin Garnett, on a uniquement des jeunes joueurs. L'exécution, les écrans, l'espacement, le timing - c'est tout ce qu'on travaille avec les jeunes. Tous les jours. Parce qu'ils ont des mauvaises habitudes. Et elles ne vont pas changer rapidement. Ce sont des habitudes qui ont été obtenues au fil des années, leurs prétendus coaches les ont laissés jouer avec pendant des années. Et nous essayons de leur faire oublier ces habitudes parce qu'elles ne permettent pas de gagner. Ce sont de mauvaises habitudes à avoir en NBA. Quand ils jouaient au lycée ou à l'université, ils pouvaient s'en tirer avec ces mauvaises habitudes parce qu'ils étaient les meilleurs joueurs sur le terrain. Mais, en NBA, tout le monde est capable de jouer, sinon ils ne seraient pas là. Donc s'ils pensent pouvoir s'en sortir avec ce qu'ils faisaient il y a un an à l'université ou ailleurs, ils se trompent gravement.".
Sam Mitchell a précisé à quelles mauvaises habitudes il faisait référence :
"J'ai joué quatre ans à l'université. Je marchais voûté parce qu'on ne faisait que des exercices [pour être constamment en position]. [...] Regardez comme nos joueurs se tiennent souvent tout droits. On leur montre sur la vidéo, on travaille là-dessus chaque jour. [...] On est revenus aux bases parce qu'on a réalisé qu'ils ne les avaient pas. Dès qu'ils ont la balle, nos jeunes joueurs la mettent au-dessus de leur tête. C'est ce qu'on fait en basket amateur. [...] On ne peut pas jouer au basket en restant droit, il faut être en position des deux côtés. Etre prêt à shooter. Ce que nos jeunes ne comprennent pas, c'est qu'en se tenant droits, si je leur passe la balle, qu'est-ce qu'ils feront avant de shooter ? Ils vont plier les genoux pour être prêts à tirer. Mais les professionnels ont déjà les genoux pliés parce qu'ils anticipent l'arrivée de la balle. Ils ont une seconde de plus pour tirer. [...] Pour les jeunes, c'est trop tard."
Heureusement, Karl Anthony-Towns et ses coéquipiers peuvent compter sur les vétérans Garnett, Prince et Andre Miller pour les rappeler à l'ordre, en cas d'oubli.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest