San Antonio Spurs : vieux tout puissants !

Les San Antonio Spurs défient les lois du temps qui passe et continuent d'être au sommet de la ligue malgré un Big Three de plus en plus vieux...

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Les San Antonio Spurs ont-ils percé le secret de la Fontaine de jouvence ? On pourrait se poser la question tant la franchise texane maintient un tel niveau d'excellence, et ce en dépit du temps qui passe. Depuis les arrivées conjointes de Tony Parker et Manu Ginobili, au côté de Tim Duncan, les éperons peuvent se targuer d'être l'une (la seule ?) équipe au monde à avoir conservé les trois mêmes meilleurs joueurs et le même entraîneur pendant une dizaine d'années. La franchise a beau être méritante, elle est pourtant décriée outre-Atlantique, qualifiée "d'ennuyeuse", alors que la troupe de Gregg Popovich pratique un basket collectif parfaitement léché. Souvent, on pense les San Antonio Spurs au bout du rouleau. Vieux, usés, fatigués... pourtant, ils sont toujours présents au plus haut niveau.
"Si on vous écoutait les gars, nous serions déjà finis depuis 2008", chambre Tony Parker auprès de la presse US. "On ne pense pas comme ça. On essaye de progresser saison après saison et on a le sentiment d'être un candidat au titre chaque année, des fois on tombe de peu, des fois nous sommes champions."
Depuis l'arrivée de Tim Duncan en 1997, les San Antonio Spurs ont disputé quatre finales, pour autant de titres (1999, 2003, 2005 et 2007) et n'ont jamais manqué les playoffs. Sans aucun choix de draft parmi les 15 premiers (hormis Kawhi Leonard, échangé contre George Hill en 2011), les Texans ont toujours su se renouveler tout en s'appuyant sur le même noyau, le Big Three et Gregg Popovich. Si les jeunes pousses (Leonard principalement, Danny Green, voire Tiago Splitter, 28 ans) apportent énormément dans le succès de l'équipe, le Big Three conserve un rôle primordial durant ces playoffs (Manu Ginobili, un peu en baisse durant la saison régulière semble avoir repris du poil de la bête). Or les trois joueurs majeurs de l'effectif - écartons volontairement Leonard - sont tous âgés de plus de 30 ans. [superquote pos="d"]"Ça fait déjà huit ans que nous sommes vieux." Ginobili[/superquote]Tony Parker, 31 ans, est au sommet de sa carrière depuis déjà deux saisons, Tim Duncan, 37 ans, est "incroyable" selon son coach, on pourrait même dire époustouflant, bref les superlatifs manquent pour décrire le niveau de jeu actuel du futur Hall of Famer, encore capable de dominer tous les secteurs du jeu. Enfin, Manu Ginobili, 35 ans, est toujours aussi clutch (souvenez-vous face à Golden State) et apporte son brin de folie.
"Oui, nous sommes vieux", plaisante El Manu. "Ça fait déjà huit ans que nous sommes vieux. Je me souviens qu'en 2007 après notre dernier titre, on disait de nous que nous étions trop vieux. Je pense que c'est vrai, on est vieux. Mais on joue en équipe et chaque année on se bat pour le titre."
En effet, qui dit vieux, dit expérience, du moins pour le coup. Contrairement à de nombreuses équipes dans la ligue, les San Antonio Spurs ont un fond de jeu, des systèmes connus sur le bout des doigts par les stars et récités à merveille par les rôles players. A force de travail, l'équipe est en route pour une nouvelle finale NBA. La dernière ?
"Oui, c'est la dernière... jusqu'à la prochaine", résume Tim Duncan. "Je ne suis pas inquiet, on ne se préoccupe que de maintenant."
Les San Antonio Spurs seraient-ils donc éternels ?
Afficher les commentaires (39)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest