On n’a plus les mots pour Curry mais, p*****, on kiffe !

On n’a plus les mots pour Curry mais, p*****, on kiffe !

Stephen Curry a encore une fois marché sur l'eau cette nuit. Le double-MVP a planté 51 points en trois quart temps contre les Wizards.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Sur un terrain de basket, rien n’est plus excitant, enivrant et impressionnant qu’un coup de chaud de Stephen Curry. Et ce depuis quatre ou cinq ans. Les triples-doubles de Giannis Antetokounmpo, les démolitions puissantes de Russell Westbrook, les performances chiffrées historiques d’Anthony Davis, les records de LeBron James… tout ça, c’est sympa. Mais il n’y a pas de « LEAGUE PASS ALERT » plus importante qu’une montée de chaleur du double-MVP des Golden State Warriors. Quand il prend feu, on se branche sur le match, peu importe le score, et on kiffe. On reste parfois bouche-bée. On se lève de la chaise. On lâche des « mais non ». Ou plutôt des « mais noooooooon ». On sourit. Bordel. Quel joueur.

Le public de la mythique Oracle Arena – où les Dubs jouent leur dernière saison avant un déménagement à San Francisco – sait certainement la chance qu’il a. Les abonnés se font plaisir. Déjà parce qu’ils sont témoins de l’une des meilleures équipes de l’Histoire, peut-être même la plus forte, avec deux des basketteurs les plus doués de tous les temps. Dont le meilleur shooteur. Un phénomène qui révolutionne complètement la ligue, comme d’autres légendes avant lui. Un jour, on se posera tous et on appréciera tout ce que Mr Curry a réalisé en NBA.

Pour l’instant, on retient son souffle à chaque fois qu’il met un pied sur un parquet. On ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre. Mais on sait qu’il y a des chance que ce soit époustouflant. Dingue. Culte. Et cette nuit, c’était juste fou. On ne sait même plus quels superlatifs ou adjectifs il faut utiliser pour décrire ses performances. Certains trouveront que c’est exagéré, et ça l’est peut-être vu que nous sommes encore à chaud, réveillés après une nuit quasi-blanche et maintenus en haleine par un homme qui maîtrise tellement les aspects de son sport. Ses points forts sont devenus plus que des points forts. Ce sont des armes de destructions massives.

Une statistique qui illustre ce propos un peu flou : Stephen Curry a claqué cette nuit son sixième match avec 11 paniers à trois-points ou plus. Tous les autres joueurs NBA – TOUTES ÉPOQUES CONFONDUES – en cumulent sept. Il a étendu sa zone de confort dizaine de centimètres après dizaine de centimètres pour être aujourd’hui une menace crédible à neuf putains de mètres du cercle. C’est juste du jamais vu. On a parfois tendance à banaliser les exploits. Quand il marque de loin, ça devient normal. On s’y attend. Et c’est quelque part le propre des très grands joueurs.

Mais malgré ça, il était difficile de ne pas bondir de sa chaise cette nuit. Ou de bouger la tête. Soit d’étonnement, soit d’enthousiasme. Ou de rester sur le cul. Il était déjà très chaud pendant les deux premiers quarts temps puis il a pris feu d’un coup, pour atteindre un niveau encore supérieur, en l’espace de deux ou trois minutes. Avec trois paniers primés de plus, sortis de nulle part. Avec la faute. De très loin. Plus que des points forts.

Curry a donc terminé avec 51 points en trois petits quart temps. Une nouvelle prestation hallucinante pour un joueur décidément en forme depuis le coup d’envoi de la saison. Peut-être qu’il chasse le MVP, un trophée qui lui échappe depuis que Kevin Durant l’a rejoint à Oakland. Peut-être juste qu’il atteint petit à petit le sommet de son art. Mais toujours est-il qu’il est revenu au niveau qui était le sien quand il était élu meilleur joueur de la saison à l’unanimité en 2016. Hey, peut-être même qu’il est encore plus fort que ça. En tout cas, on le remercie pour ces moments.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest