Stoudemire : « A New York, nous étions des rock stars »

Désormais un joueur de l'Hapoel Jérusalem, Amar'e Stoudemire se souvient l'année de son arrivée aux Knicks, lorsque l'équipe avait réveillé la ferveur de New York.

Tom LansardPar Tom Lansard  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Stoudemire : « A New York, nous étions des rock stars »
Fraîchement retraité de la NBA, Amar'e Stoudemire, comme beaucoup de joueurs, aime à jeter des coups d'oeil dans son rétroviseur, raviver quelques souvenirs de sa belle carrière dans la grande ligue. Le désormais joueur de l'Hapoel Jérusalem, dont il est copropriétaire, a notamment de jolis mots pour la période 2010-2011, saison où l'intérieur monté sur ressorts a posé ses valises à New York pour enfiler le maillot des Knicks. Lorsqu'il arrive, Carmelo Anthony est encore à Denver, et la transaction chez les Knicks ne se fera qu'en cours de saison, contre une belle brochette de jeunes joueurs prometteurs (Danilo Gallinari et Wilson Chandler entre autres). Et selon Amar'e, cette saison revêt d'un parfum particulier :
"Nous étions le 15 décembre 2010. Je venais juste de scorer 30 points ou plus pour le neuvième match d’affilée - un record aux Knicks. Le Madison Square Garden était vivant - Je veux dire vivant - à m'encourager, encourager l'équipe. Je n'avais jamais entendu une telle chose. Je n'ai jamais ressenti de l'amour à ce point. Pour la première fois depuis très longtemps, les Knicks étaient une équipe sur laquelle il fallait compter. On a perdu de deux points ce soir-là (et seulement parce que mon shoot à trois-points fut refusé au buzzer) contre les Celtics. Mais le plus important, c'est qu'il y avait un réveil. Pas juste au MSG, dans la ville entière. Tout le monde allait à nos matches. Et s'ils ne pouvaient pas s'y rendre, ils allaient les voir dans les bars. Les gens prenaient du plaisir avant et faisaient la fête ensuite. Je vous assure que l'on a, à nous seuls, revigoré l'économie de New York. Nous étions des rock stars - moi, Raymond Felton, Danilo Gallinari, Timofey Mozgov et tout le reste de l'équipe. Évidemment, être des célébrités n'était pas notre rôle. C'était fun, mais notre job n°1 c'était d'être de très bons joueurs de basket - pour gagner. Il n'empêche, rien n'égal le fait d'être une rock star." s'est livré Amar'e Stoudemire sur The Players Tribune
Malheureusement pour Stoud, cette même année l'équipe sera démantelée pour attirer Chauncey Billups et finira sa course par un premier tour des playoffs à l'Est, sweepé par les Boston Celtics de Paul Pierce et ses copains.  
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest