L’Awards Race de BasketSession, épisode 1

Tous les mois, retrouvez notre point sur l'état de la course aux récompenses individuelles en NBA. Voici le premier épisode.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
L’Awards Race de BasketSession, épisode 1
Après un mois de compétition, quelques tendances se dessinent en NBA pour les récompenses individuelles. On a beau n'être qu'à l'aube de cette saison, voilà les joueurs qui, selon nous, sont le plus dans le coup dans les catégories respectives. Une rubrique à retrouver tous les mois sur le site. Pour les plaintes et les insultes, merci de vous adresser à Antoine Pimmel et Shaï Mamou, les infâmes auteurs de ces distinctions.

MVP

On est les premiers à décoller au plafond devant les prestations surnaturelles de Russell Westbrook et la métamorphose de James Harden en meneur de jeu d'élite. Mais pour nous, aucun des deux anciens compères d'OKC n'est pour l'instant le MVP 2017. Il nous semble que deux joueurs ont été aussi dominants et influents qu'eux, tout en réussissant à faire de leur équipe une référence après un mois de compétition : Blake Griffin et LeBron James. Le nom de l'intérieur des Clippers n'est peut-être pas le premier qui vous vient à l'esprit en songeant au successeur de Stephen Curry. Pourtant, "Quake" est tout simplement le meilleur joueur de l'équipe qui possède le meilleur bilan de la ligue à l'heure actuelle. Au-delà de ce bel élan collectif, Griffin est en train de réussir un début d'exercice épatant et prouve qu'il a bien tourné la page des derniers mois difficiles de sa carrière. A chaque sortie, il prouve un peu plus qu'il n'est pas qu'un athlète surdoué, mais aussi un attaquant très polyvalent, un taffeur forcené (il encore gagné 7% d'adresse sur la ligne), un passeur redoutable et un défenseur en progrès. Il est presque certain qu'il ne sera pas en aussi bonne position au mois d'avril, mais sa régularité et son impact méritaient d'être salués.  Juste derrière Griffin, LeBron James est plus sûr de sa force que jamais. Le "Chosen One" n'a pas besoin de forcer pour que les choses aillent dans le sens des Cavs et les champions en titre déroulent dans le sillage de leur star. Avec un petit effort en cours de route, LeBron pourrait presque être en triple-double de moyenne. Si Cleveland affiche le meilleur bilan de la ligue en fin de saison, il y a fort à parier que James gravira une marche et brandira un 5e trophée de MVP. Pour compléter le podium, on préfère pour le moment le rayonnement positif et assez fun de James Harden, dont les Rockets pointent à la 5e place à l'Ouest, à celui plus agressif et polarisant de Russell Westbrook. Ce n'est qu'une question de point de vue et si le Thunder retrouve une dynamique positive et vient se mêler à la lutte pour le podium, "Russ" sera à nouveau dans la discussion. 1 - Blake Griffin (21.9 pts, 9.3 rbds, 4.4 pds et 1.3 stls à 49%) 2 - LeBron James 3 - James Harden 4 - Russell Westbrook 5 - Kevin Durant ----------------------------------------------------------------------------------------------- 6 - Nik Stauskas ("Stauskas ? Stauskas ? Stauskas !") https://www.youtube.com/watch?v=jEK_d-SFfCQ

Rookie of the Year

Vous avez dû remarquer depuis le début de la saison, et même un peu avant, qu'on était assez sensibles aux charmes de Joël Embiid. Il faut dire que le type fait tout pour se faire aimer, entre une personnalité fun et un niveau de jeu assez déroutant pour un type qui a si peu d'années de basket derrière lui. Même avec un temps de jeu limité par le staff médical des Sixers, celui qui s'est lui-même surnommé "The Process" a réussi à marquer les esprits et à créer une émulation à Philadelphie. La cuvée 2016 étant pour le moment très discrète, il nous semble que son coéquipier Dario Saric est le plus intéressant après lui, même si le Croate peut évidemment faire encore mieux. Sur la forme récente, Jamal Murray, très adroit à 3 points depuis 15 jours et naturellement doué pour scorer, fait gentiment son trou à Denver en sortie de banc. Si ses débuts ont pu inquiéter, on décerne quand même une mention "encourageant" à Brandon Ingram, dont les progrès sont très visibles au-delà de toute considération statistique. En termes d'intelligence de jeu et de flair défensif, le maigrichon de Duke est déjà très au point. 1 - Joël Embiid (18.4 pts, 7.3 rbds à 49.2% et 50% à 3 pts) 2 - Dario Saric 3 - Jamal Murray 4 - Brandon Ingram 5 - Domantas Sabonis --------------------------------------------------------------------- 6 - John Wall (comment ça il est dans la ligue depuis 6 ans ? Pas possible avec 4.3 TO/match...) http://www.dailymotion.com/video/x52qww3_le-record-en-carriere-de-joel-embiid-26-pts_sport

MIP

Kemba Walker avait déjà passé un cap la saison dernière. L'ancien meneur de UConn fait encore plus fort depuis la reprise avec une augmentation dans tous les secteurs ou presque (+4 pts, +4% d'adresse globale et +4% à 3 points) et une vraie sensation de leadership technique chez les Hornets. Walker a de bonnes chances d'être sélectionné par les coaches pour le prochain All-Star Game. Derrière lui, on peut souligner les gros progrès d'Andrew Wiggins, plus incisif et prolifique, même à 3 pts (44% pour l'instant), sous les ordres de Tom Thibodeau, et la montée en puissance de Julius Randle chez les Lakers. Parmi les candidats qui seront encore très certainement dans la course au bout du compte, citons Rodney Hood, Otto Porter Jr ou TJ Warren. 1 - Kemba Walker (24.7 pts, 5.2 pds à 47%) 2 - Andrew Wiggins 3 - Julius Randle 4 - Rodney Hood 5 - Otto Porter Jr --------------------------------------------------------------- 6 - Nicolas Batum (enfin, MIP par rapport à sa prestation aux JO...) http://www.dailymotion.com/video/x51b4b5_kemba-walker-plante-un-trois-points-apres-l-ecran_sport

Defensive player of the year

Il y a déjà eu beaucoup trop d'actions gogo-gadgetesques et morpionesques de la part de Kawhi Leonard cette saison pour qu'on ne reconnaisse pas qu'il fait la course en tête à sa propre (double) succession. Draymond Green a beau clamer qu'il vendrait père et mère pour décrocher cette récompense, la relative perméabilté des Warriors nous incitent pour le moment à considérer qu'il est même derrière le revenant Dwight Howard (trois fois sacré par le passé) dans la hiérarchie. "D12" est redevenu un protecteur de cercle plein d'assurance et dissuasif, au point d'avoir un temps permis à Atlanta de posséder la défense la plus intraitable de la ligue. DeAndre Jordan prend moins de rebonds et réalise moins de contres que la saison passée, ce qui ne l'empêche pas d'être assez efficace, au même titre que Paul Millsap, lui aussi responsable du début de saison intéressant des Hawks. 1 -  Kawhi Leonard (24.8 pts, 6.4 rbds, 2.3 stls) 2 - Dwight Howard 3 - Draymond Green 4 - DeAndre Jordan 5 - Paul Millsap -------------------------------------------------------- 6 - James Harden, pour l'ensemble de son oeuvre https://www.youtube.com/watch?v=lm4RAFM-oN0

6th man of the year

Non seulement "Z-Bo" n'a pas râlé quand David Fizdale lui a expliqué qu'il allait le mettre sur le banc pour que le cinq des Grizzlies ait plus de pep's, mais il s'est parfaitement accommodé de son nouveau job. Difficile de faire plus efficace que l'ancien All-Star, qui tourne à plus de 14 points et 8 rebonds en... 21 minutes de temps de jeu moyen. Pouvoir compter sur un joueur de ce niveau dans leur second unit est l'une des raisons du bon début de saison des Grizzlies. Derrière, ça se tire la bourre entre plusieurs joueurs très prolifiques en sortie de banc comme Eric Gordon, Wilson Chandler, le vrai polygame MVP Lou Williams ou Enes Kanter. 1 - Zach Randolph (14.4 pts et 8 rbds en 21 minutes) 2- Eric Gordon 3- Wilson Chandler 4- Lou Williams 5- Enes Kanter --------------------------------------------- 6- Jamal Crawford, par principe

Coach of the year

A priori, Luke Walton n'est pas qu'un vulgaire Roger Lemerre  à la sauce NBA. Il s'est certes inspiré des préceptes de Steve Kerr, mais ce qu'il est en train de faire en dehors de Golden State montre que ses capacités vont au-delà de la simple imitation. La pédagogie et la philosophie de jeu offensive du plus jeune coach en activité font merveille auprès des Lakers, qui adhèrent parfaitement au projet alors qu'on les attendait bien plus bas à l'Ouest. Après un peu moins de 15 matches, Doc Rivers est également bien placé puisque ses Clippers sont en mode rouleau compresseur, alors que Mike D'Antoni est en train de prouver qu'il n'est finalement pas has been à Houston. Le bon boulot de David Fizdale à Memphis et celui, plus discret vu la qualité de l'effectif, de Tyronn Lue, sont dignes d'être salués. 1 - Luke Walton 2- Doc Rivers 3- Mike D'Antoni 4- David Fizdale 5- Tyronn Lue ----------------------------------------------------------------- 6- Gregg Popovich, parce que ça devrait toujours être lui quoi qu'il arrive.

Awards annexes

La déception

1- Boris Diaw 2- Rajon Rondo 3- Greg Monroe

Le premier coach qui pointera à Pole Emploi

1- Earl Watson 2- Alvin Gentry 3- Nate McMillan

L'homme qu'on veut voir succéder à Donald Trump

1- Gregg Popovich 2- Stan Van Gundy 3- Joël Embiid

Sortez moi de là, je suis une célébrité

1- DeMarcus Cousins 2- Anthony Davis 3- John Wall

Most Valuable Papy (+35)

1 - Vince Carter 2- Zach Randolph 3- Jamal Crawford

Cocorico Award du meilleur francophone

1- Rudy Gobert 2- Joël Embiid 3- Clint Capela  
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest