Où se situent les débuts de Zion par rapport aux légendes NBA ?

Où se situent les débuts de Zion par rapport aux légendes NBA ?

Zion Williamson a marqué les esprits pour sa première sortie officielle en NBA avec 22 points inscrits en seulement 18 minutes contre les San Antonio Spurs.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié

Enfin. Après des mois d’attente et des débuts retardés à cause d’une opération du ménisque à la veille du coup d’envoi de la saison, Zion Williamson a enfin foulé les parquets NBA cette nuit. Le phénomène, premier choix de la draft 2019, était le joueur le plus attendu dans la ligue depuis… depuis toujours ? La comparaison n’a pas vraiment de sens puisque nous vivons aujourd’hui à l’époque des réseaux sociaux, où tout est amplifié. Mais il y a rarement eu une « Hype » aussi forte autour d’un jeune joueur. Alors, forcément, l’engouement était énorme pour son baptême du feu cette nuit.

D’abord rouillé, normal après plusieurs mois d’absence, le rookie est monté en puissance pour lâcher les chevaux dans le quatrième quart temps. Il a marqué 17 points de suite en seulement 3 minutes. Suffisant pour faire exploser les internets. Une première tonitruante bouclée avec 22 points en 18 minutes et une adresse extérieure sans doute un peu trompeuse. Mais ce qui ressort, c’est tout de même le fait que Zion a bel et bien le profil pour devenir une superstar dans cette ligue. Et pas seulement dans les médias. Ça se sent en un match, même si c’est évidemment un échantillon en réalité trop faible pour émettre un avis définitif et bien argumenté.

Par curiosité, nous avons jeté un œil aux performances de quatre superstars confirmées lors de leur première rencontre en NBA. Nous avons choisi Michael Jordan, le G.O.A.T., LeBron James, le King, Charles Barkley, une légende dont le profil fait penser à Williamson, et Stephen Curry, superstar moderne et futur Hall Of Famer. Ce n’est pas vraiment une comparaison entre le chouchou des Pelicans et les autres. Plus une occasion de situer les performances et de se replonger dans le passé.

28 octobre 2009, les débuts de Stephen Curry

Drafté en septième position par les Golden State Warriors, Stephen Curry a de suite été lancé dans le cinq majeur au côté de Monta Ellis… et de Ronny Turiaf. Les Californiens se sont inclinés de peu contre les Houston Rockets (107-108) en ouverture de la saison 2009-2010 malgré les 26 points d’Ellis justement. Mais c’est bien leur rookie qui les a remis dans le match. Curry, un peu à l’instar de Williamson hier soir, a marqué 12 de ses 14 points dans le quatrième quart temps pour ramener les Dubs au contact. Un coup de chaud après des débuts très timides. Au final, les Rockets se sont imposés grâce aux 25 points de Trevor Ariza et aux 21 points et 11 rebonds de Luis Scola. Il y avait aussi en face un certain Aaron Brooks – Steph Curry avant Steph Curry – auteur de 18 points et 12 passes avec 3 paniers primés.

Le jeune meneur de Golden State n’avait justement pas marqué derrière l’arc à trois-points. Il avait tenté sa chance juste une fois. Quelle ironie vu la suite de sa carrière. Il avait donc terminé cette première avec 14 points, 7 sur 12 aux tirs et 7 passes en 35 minutes.

29 octobre 2003, l’entrée de LeBron James

Avant Zion Williamson, la « Hype » la plus folle qui nous vient en tête est celle qui entourait LeBron James à sa sortie du lycée. Et c’était sans Twitter. Il faisait déjà la couverture des magazines. Et ses débuts n’ont pas déçu. Bombardé superstar des Cleveland Cavaliers, il a débuté… à la mène ! Gavé de ballons, le jeune King avait alors compilé 25 points à 12 sur 20 aux tirs, avec aussi 6 rebonds, 9 passes, 4 interceptions et 2 balles perdues en 42 minutes. Un match plein. Mais un match perdu. Les Sacramento Kings de Mike Bibby, 19 points, et Peja Stojakovic, 22 pions, ont désossé la franchise de l’Ohio (106-92) sans trop forcer.

Ce premier match était un avant-goût de ce qui attendait James pour le reste de sa première saison en NBA : des exploits avec une formation très faible. Le deuxième meilleur marqueur des Cavaliers ce jour-là ? L’obscure J.R. Bremer, auteur de 20 points en sortie de banc, passé par les trois quarts de l’Europe avant de finir sa carrière au CSP Limoges…

26 octobre 1984, Charles Barkley déboule en NBA

Contrairement à Curry ou James, Charles Barkley, cinquième choix de la draft 1984, n’était pas titulaire à ses débuts dans la grande ligue. Il faut dire qu’il jouait pour une équipe des Philadelphia Sixers qui comptait dans ses rangs Moses Malone, auteur de 26 points et 19 rebonds ce jour-là, et un Julius Erving en fin de carrière. Barkley a commencé sur le banc mais il a tout de même joué 27 minutes. Le temps de scorer 11 points en plus de ses 6 rebonds, 3 passes, 1 interception, 1 block et 5 balles perdues. Avec la victoire en prime (111-101) contre les Cleveland Cavaliers.

Au final, sans les trois-points, qui n’était pas à la mode en 1984, la ligne de statistiques de Zion aurait fortement ressemblé à celle de Barkley.

26 octobre 1984, Michael Jordan prend son premier envol

Le même jour que Barkley, Michael Jordan, troisième choix de la même draft, débutait sa carrière par une victoire contre les Washington Bullets. Bien que maladroit, 5 sur 16 aux tirs, il avait trouvé d’autres moyens de contribuer au succès des siens. Le rookie a inscrit 16 points mais avec 6 rebonds, 7 passes, 2 interceptions, 4 blocks et tout de même 5 balles perdues. Le début de la légende.

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest