Des Knicks 2012 historiques !

La franchise de New York bat des records de futilité en cette postseason 2012.

Benoît JametPar Benoît Jamet  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Des Knicks 2012 historiques !
Même les fans les plus fervents des Knickerbockers avaient peu de doutes quant au sort réservé à leurs favoris lors de ces playoffs 2012, le Heat semblant trop puissant et concentré pour être réellement mis en danger par une équipe bancale et diminuée. Néanmoins, une victoire arrachée lors des trois premiers games n'aurait pas été un résultat si surprenant, tant New York compte de talents individuels qui, sur un match, peuvent être capables de porter leur équipe à la victoire. C'est pourtant dans la lignée de leurs prédécesseurs que ces Knicks version 2012 se sont placés, en se mettant sous la menace d'un sweep dès le Game 4 (Dimanche à 21h30, heure de Paris). En effet, avec cette 3ème defaite de rang, ils ont battu deux records historiques de la NBA, celui du nombre de matches de playoffs perdus consécutivement et celui du nombre de matches de playoffs sous la barre des 100 points (depuis l'instauration de l'horloge des 24 secondes). On pourra surement trouver une relation de cause à effet entre le premier et le deuxième d'ailleurs. Avec cette défaite 70-87 au Madison, les joueurs de Mike Woodson ont donc dépassé les Memphis Grizzlies au rayon du nombre de matches perdus consécutivement en playoffs. les Grizzlies de 2004 à 2006 en avaient perdu 12, rejouant à l'epoque le refrain, maintenant appliqué aux joueurs universitaires, du "one and done". Mais si Memphis avait porté ce record à 12 en 2 ans, les Knicks ont réalisé ce monument de "lositude" ((c) Ségolène Royal) en plus de 11 saisons. En effet, entre leur apparition en 2004 (contre New Jersey) et leur retour en playoffs l'année dernière (contre Boston),  la dernière victoire d'une équipe des Knicks en postseason remonte au 29 avril 2001 lors du match 3 de la série contre Toronto (perdue 3-2). Allan Houston avait fini meilleur marqueur du match avec 24 unités, bien aidé par Sprewell (20) et Glen Rice (18) tandis que, du côté des Canadiens, ce fut Antonio Davis avec ses 21 pts qui avait mené la danse suivi par Vince Carter (20 pts à 5/21 aux tirs). Bref, une autre époque... Une raison à cette série historique de défaites ? Surement le fait que depuis plus de 38 matches de playoffs, les Knicks n'ont pas marqué plus de 100 points dans un match. C'est leur adversaire du soir, le Heat de Miami, qui détenait le précédent record de 37 qu'ils avaient "réalisé" entre 1997 et 2004. Les Knicks ont accompli la nuit dernière cet exploit pour la 38ème fois consecutive depuis 1999, leur victoire 101-94 contre les Pacers lors du match 5 de la finale de la Conférence Est étant la dernière fois que la centaine d'unités fut depassée. Avec pourtant des scoreurs de la trempe de Houston, Sprewell, Marbury ou encore Melo, il est étonnant qu'une telle série d'indigence offensive ait pu se perpétuer au cours de 38 matches consécutifs de postseason. Ou peut-être peut-on y voir les déficiences des équipes des Knicks depuis une décennie, construites souvent autour d'une ou deux stars capables d'atteindre des sommets de scoring sans impliquer leurs partenaires. Recette miracle pour perdre plus de 13 matches consécutifs de playoffs et pour ne pas marquer plus de 100 pts dans un match depuis plus de 13 ans, elle est aussi le meilleur moyen de finir dans les livres d'histoire au chapitre "Perdants".  
Afficher les commentaires (28)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest