Kevin Love, Reddish : Les 5 performances marquantes de la nuit en NBA

Kevin Love, Reddish : Les 5 performances marquantes de la nuit en NBA

De Kevin Love à Cameron Reddish, un point sur les cinq performances et contre-performances marquantes de la nuit en NBA.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Kevin Love (Cleveland Cavaliers)

Le retour de Kevin Love au premier plan forge le respect et surtout il fait tellement plaisir. Le vétéran ne s’est pas toujours bien comporté ces dernières années, avec quelques sauts d’humeur qui témoignait de son envie de se barrer loin de Cleveland, franchise qui semblait enlisée dans son processus de reconstruction. Sa situation et ses blessures à répétition devaient aussi frustrer le bonhomme.

Mais tout va mieux. Les Cavaliers gagnent des matches. Plein de matches. 7 victoires au cours de leurs 8 dernières sorties après leur succès contre les Knicks (95-93) lundi soir. Un bilan de 29-19, du jamais vu dans l’Ohio depuis 2018. C’est à la fois récent et, pourtant, ça paraît parfois tellement loin. Ce temps où LeBron James, accompagné de Love (et de Kyrie Irving jusqu’en 2017), menait la franchise à quatre finales de suite ainsi qu’à son premier titre en 2016.

Hier, l’ancien All-Star a senti comme un flashback de ces belles années en entendant la foule en extase après ses 3 paniers primés inscrits en à peine 67 secondes dans le troisième quart-temps. Parce que maintenant qu’il reprend goût au jeu, Kevin Love rappelle aussi pourquoi il a été un temps l’un des meilleurs intérieurs du championnat. 20 points et 11 rebonds en seulement 24 minutes. Il a le double-double tellement facile. Des fois, c’est presque comme si rien n’avait changé.

Cameron Reddish (New York Knicks)

Il n’a pas pu se mettre en valeur parce qu’il n’a… pas joué. Mais pas à cause d’une blessure ou autre. Non, juste par choix de Tom Thibodeau. Le coach se passe ouvertement de la dernière recrue des Knicks. Il préfère une rotation serrée à 10, malgré les performances en dent de scie de Kemba Walker et Evan Fournier et malgré l’absence de Derrick Rose.

Cameron Reddish était frustré de son rôle à Atlanta. Pour l’instant, c’est encore pire à New York. Il n’a joué que 5 minutes depuis son arrivée dans la grosse pomme ! Sa place, il va devoir aller la chercher à la sueur de son front. Difficile de comprendre le raisonnement du coach, encore plus quand Alec Burks lâche un 0 sur 4 aux tirs en 18 minutes.

Ayo Dosunmu (Chicago Bulls)

Encore un bon rookie. Cette cuvée de draft regorge de talents, mine de rien. Ayo Dosunmu ne fait pas toujours parler de lui mais c’est l’un des hommes importants de la rotation des Bulls cette saison. Encore plus maintenant que la franchise jongle avec les blessés. Il sait élever son niveau de jeu. 24 points pour lui la nuit dernière, à 10 sur 14 aux tirs. Mais aussi 5 rebonds et 8 passes décisives !

Dosunmu ne peut pas rivaliser avec les Evan Mobley, Cade Cunningham et Scottie Barnes mais c’est un vrai bon joueur de basket qui donne de la profondeur inattendue à l’effectif de Chicago. Belle pioche.

Rookie Race Vol. 3 : A mi-saison, notre RoY est…

Bismack Biyombo (Phoenix Suns)

Mais quel retour tonitruant. Quand on voit ses performances récentes, c’est assez dingue de se dire que Bismack Biyombo ne trouvait pas de franchise avant que les Suns lui donnent sa chance en cours de saison. Le Congolais est chaud ! Et il enchaîne les double-doubles en sortie de banc. 16 points (7 sur 10) et 13 rebonds précieux lors de la courte victoire de Phoenix sur Utah (115-109) hier soir.

Biyombo a joué 9 matches et il a scoré plus de 10 points à 5 reprises, dont 4 fois en dépassant la barre des 15 unités. Ses statistiques sur 36 minutes parlent d’elles-mêmes : presque 19 points et 13 rebonds. Un double-double ambulant qui brille au côté de Chris Paul et même de Cameron Payne. Encore un oublié que les Suns ont su relancer.

Chris Paul (Phoenix Suns)

Le maître du money time. 27 points pour Chris Paul hier soir, dont 14 dans le dernier quart-temps pour éviter à Phoenix une défaite gag contre Utah – qui jouait sans ses titulaires. Le meneur a aussi ajouté 9 rebonds et 14 passes décisives. Quel boss. En revanche, il a perdu 7 ballons et c’est tellement rare que ça méritait d’être souligné.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest