Kyrie Irving a crossé les critiques

Attendu au tournant après un début de série poussif et en l'absence de Kevin Love, Kyrie Irving a marqué ce game 3 des Finales NBA 2016 de son empreinte.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Kyrie Irving a crossé les critiques
Kyrie Irving est tellement sympathique et agréable à voir jouer en général que le critiquer n'est jamais une partie de plaisir. Il le fallait pourtant après deux premiers matches des Finales NBA que le meneur des Cavs a traversé comme un fantôme en shootant à 33% sans être décisif à la passe, ni utile en phase défensive. Revenaient alors fort logiquement sur la table sa compatibilité avec LeBron James, Kevin Love et, pour les plus sceptiques, avec le haut niveau... "Uncle Drew" était attendu au tournant cette nuit, d'autant que Love, un joueur qu'il faut tout de même alimenter un minimum durant les matches pour ne pas rendre sa présence superflue, était contraint de rester en costume pour respecter le protocole médical de la NBA après son coup reçu à la tête dimanche. Une opportunité d'être la vraie seconde lame derrière LeBron qu'il a parfaitement saisie, dans le style flashy et efficace qu'on le savait capable d'adopter. [superquote pos="g"]Lue : "Personne au monde ne peut l'arrêter"[/superquote]L'air déterminé du meneur All-Star au beau milieu du rassemblement d'avant-match en disait long sur son envie de gommer les deux dernières rencontres de son CV. Dès le premier quart-temps, Irving a fait payer à Stephen Curry et Klay Thompson leurs approximations défensives en utilisant ses armes les plus dévastatrices : la vitesse d'exécution et le dribble.
"J'ai demandé à Kyrie d'attaquer ses adversaires en un contre un très rapidement. Sur ces situations de jeu et dans ces conditions, personne au monde ne peut l'arrêter", a rappelé Tyronn Lue après la rencontre.
Et Kyrie s'est exécuté. Avec 16 points dès le premier quart-temps (19 à la pause et 30 en tout à 12/25) et l'impression frappante que ses adverses étaient de simples plots, le n°1 de la Draft 2011 a rappelé qu'il n'était pas le premier venu. Il s'est aussi visiblement remémoré que Stephen Curry, tout génial attaquant qu'il est, n'est qu'un défenseur moyen pour ne pas dire plus. C'est une invective de LeBron James durant un temps mort (le "King" a demandé à ses camarades de passer le ballon à quiconque se trouverait dans la zone de Curry) qui a incité Irving à exploiter ce filon, sans foncer tête basse, avec maîtrise. http://www.dailymotion.com/video/x4fckdc_kyrie-irving-claque-16-points-dans-le-1er-quart-temps-du-game-3_sport

Enfin des passes décisives !

Ceux qui se contenteront des highlights plutôt que du match dans son ensemble retiendront évidemment deux actions plus marquantes que les autres pour mettre en lumière le réveil du #2 des Cavs : sa passe, "un peu haute parce qu'il voulait que l'action soit cool" selon ses propres termes, sur le dunk détonant de LeBron James, et son shake and bake sur Stephen Curry avec jump shot chirurgical dans la foulée. Mais c'est bien sur la copie globale rendue par Kyrie Irving qu'il faut se pencher pour trouver des motifs d'espoir pour les Cavs. Outre son agressivité décuplée à la finition, l'ancien de Duke a affiché bien plus de lucidité à la passe, un secteur où ses lacunes lui ont attiré l'inimitié des puristes du poste depuis son arrivée dans la ligue.  Après avoir cumulé 5 offrandes en 1h10 sur les deux premiers matches, le joueur de 24 ans en a délivré 8 dans ce game 3, tout en ne perdant que deux ballons en 36 minutes et en conservant une certaine activité au rebond (4 prises). Après le second match dans la Bay Area, Tyronn Lue avait pris son joueur à partie pour lui expliquer sa façon de voir les choses. Selon lui, Irving portait trop le ballon depuis le début de la série et n'apportait aucune fluidité au jeu. Les séquences ou le meneur des Cavs confisquait la balle en dribblant de manière un peu erratique pendant une dizaine de secondes étaient effectivement bien plus fréquentes qu'elle n'auraient dû l'être. C'est cette fois de manière productive et plus inspirée que l'intéressé a joué les dynamiteurs, profitant des très bons écrans de ses partenaires (Tristan Thompson en tête) pour faire des dégâts considérables. Il y a fort à parier que Steve Kerr mettra en place quelque chose pour limiter l'impact d'Irving avant le game 4. Cela semble être une condition sinequanone s'il veut voir son équipe remporter un match dans l'Ohio et être en position de fêter un éventuel back-to-back devant son public. On devrait voir, dès samedi (3h du matin), si "personne au monde" ne peut effectivement arrêter Kyrie Irving... http://www.dailymotion.com/video/x4fcik4_kyrie-irving-met-un-cross-aux-splash-bros_sport

Les highlights de Kyrie Irving dans le game 3

https://www.youtube.com/watch?v=rBOddgK4z2U

Les Finales 2016 de Kyrie Irving

Date Opp. Score Min FGM FGA FG% 3PM 3PA 3PT% FTM FTA FT% Off Def Reb Ast TO Stl Blk PF Pts
Jun 8 GS W 120-90 36:36 12 25 48.0 3 7 42.9 3 3 100.0 1 3 4 8 2 1 0 4 30
Jun 5 @GS L 77-110 33:06 5 14 35.7 0 3 0.0 0 0 0.0 1 2 3 1 3 3 0 1 10
Jun 2 @GS L 89-104 37:39 7 22 31.8 1 4 25.0 11 12 91.7 1 2 3 4 3 3 0 2 26
 
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest