Libérez Kevin Love !

Kevin Love vit peut-être ses dernières semaines sous le maillot des Cleveland Cavaliers. Le Californien mérite autre chose qu'un rôle effacé dans une équipe qui ne respire pas la joie de vivre.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Libérez Kevin Love !
Kevin Love rêvait de jouer pour une franchise capable de se battre pour le titre tous les ans. Impossible de lui en vouloir, lui qui a enchaîné les saisons statistiques indécentes dans le Minnesota sans jamais parvenir à se qualifier pour les playoffs. En étant tradé contre Andrew Wiggins à l'été 2014, le Californien a été exaucé. Cela dit, il n'envisageait probablement pas cette nouvelle étape dans sa carrière de cette manière... Love aurait probablement accepté d'être un lieutenant à la Chris Bosh lorsque ce dernier, à peu près dans la même situation, avait quitté Toronto pour Miami et pris du recul pour que LeBron James et Dwyane Wade puissent prospérer. Mais aujourd'hui, l'intérieur de 27 ans tient un rôle hybride à mi-chemin entre le role player et le titulaire dont on se demande parfois s'il n'est pas là uniquement grâce à son statut de All-Star. L'idée n'est pas de blâmer Kevin Love, qui n'a d'ailleurs pas fait la moindre déclaration tapageuse pour se plaindre de son utilisation curieuse ou de la vampirisation du ballon par Kyrie Irving et LeBron James. Il aurait d'ailleurs pu le faire de manière assez légitime, tant la première place des Cavs à l'Est est l'arbre qui cache une forêt de soucis qui ont coûté sa place à David Blatt. Ce sont plutôt les Cavs et leur façon de fonctionner qui sont ici en cause. Voir celui qui tournait à 26 points et 13 rebonds en scorant d'à peu près partout sur le terrain réduit à une fonction de shooteur fait un peu mal au coeur et on regrette presque que ce trade assez sensé à l'époque ait eu lieu... [superquote pos="g"]Boylan : "LeBron-Love, ça rendait bien sur le papier..."[/superquote]Coincé dans un système au sein duquel il ne se sent pas particulièrement à l'aise et commet parfois quelques erreurs de placement, particulièrement en défense (ça n'a de toute façon jamais été sa grande passion), Love suscite l'agacement de fans qui l'ont rapidement pris en grippe malgré des stats extrêmement honnêtes (voir la pétition créée pour demander son départ l'été dernier) et, plus problématique, de l'homme qui a milité pour sa venue : LeBron James. La moindre petite erreur de Love est en ce moment suivie d'une moue dubitative ou carrément exaspérée du "Chosen One", loin d'être un leader positif et modèle ces dernières semaines. On ne sent pas le plaisir de partager la balle ou même de voir l'autre marquer.
"Les Cavs envisageaient la collaboration entre Kevin Love et LeBron James comme un ballet sur pick and roll absolument indéfendable. Trappez LeBron et Love se retrouve en position ouverte à 3 points. Mettez un autre défenseur sur Love et il distillera une passe à un autre coéquipier ouvert", explique Zach Lowe d'ESPN.
"Ça rendait bien sur le papier, mais on n'a jamais réussi à tirer profit de ce schéma. Les adversaires le contrent facilement en switchant et on se retrouve dans l'obligation de jouer l'isolation", confirme Jim Boylan, l'un des assistants de Tyronn Lue.
Désolé pour les fans, mais on a presque envie que les Cavs échouent à nouveau cette saison pour que la situation de Kevin Love se décante. Au cas où la franchise de l'Ohio butterait à nouveau sur les Warriors ou, plus improbable, sur une équipe de l'Est, il parait évident que Love serait immédiatement mis sur le trading block. Et tant mieux ! Juste avant la deadline de février, Boston avait tenté le coup en proposant un deal (dont les détails n'ont pas filtré) visiblement peu avantageux pour Cleveland, afin de récupérer l'intéressé. On peut imaginer que la transaction aurait impliqué l'un des nombreux tours de Draft du trésor de guerre de Danny Ainge, mais ceux-ci n'intéressent pas franchement une organisation qui souhaite gagner rapidement. Quelle plus-value ç'aurait été pour Brad Stevens et ses C's ! Que l'on ait la moindre espèce d'affection pour les Celtics ou non, voir le stretch 4 ou 5 qu'est Kevin Love dans ce groupe qui respire l'entente et la bonne humeur aurait été très intéressant. On l'aurait revu au coeur du jeu, comme chez les Wolves, et moins expatrié à l'un ou l'autre coin du terrain en attendant que LeBron James, Kyrie Irving ou même JR Smith (qui prend presque autant de tirs que Love cette saison) décident d'abandonner l'un de leurs tickets shoot. Sa venue aurait probablement fait de Boston un concurrent extrêmement sérieux pour les Cavs, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, faute d'individualités suffisantes. Car c'est là le paradoxe. Cleveland a beau ne pas afficher la même alchimie ou la même cohésion, que les Celtics, l'équipe est sauvée par des individualités hors-norme, dont Kevin Love, qui tourne tout de même à 15.8 points et 10 rebonds de moyenne en 30 minutes de jeu sans être recherché en priorité par ses camarades. Pas de quoi, néanmoins, permettre au numéro 0 d'être indiscutable et de faire partie du futur de cette équipe malgré un contrat qui court jusqu'en 2020. Dans quelques semaines, viendra peut-être une nouvelle opportunité de carrière pour Kevin Love, avec la perspective de gagner sans être la cinquième roue du carrosse ou de s'effacer complètement sans retirer la moindre satisfaction des rencontres. C'est tout le mal qu'on lui souhaite.

Le meilleur match de Kevin Love avec Minnesota vs OKC

https://www.youtube.com/watch?v=Vzvc3U_4iqg

Les stats en carrière de Kevin Love

ear Team G Min FGM FGA FG% 3PM 3PA 3PT% FTM FTA FT% Off Def Reb Ast TO Stl Blk PF Pts
2008-09 MIN 81 25:16 3.9 8.5 45.9 0.0 0.2 10.5 3.3 4.1 78.9 3.4 5.7 9.1 1.0 1.5 0.4 0.6 2.5 11.1
2009-10 MIN 60 28:33 4.9 10.8 45.0 0.6 1.8 33.0 3.8 4.6 81.5 3.8 7.2 11.0 2.3 2.0 0.7 0.4 2.3 14.0
2010-11 MIN 73 35:45 6.6 14.1 47.0 1.2 2.9 41.7 5.8 6.8 85.0 4.5 10.7 15.2 2.5 2.1 0.6 0.4 2.0 20.2
2011-12 MIN 55 39:00 8.6 19.3 44.8 1.9 5.1 37.2 6.9 8.4 82.4 4.1 9.2 13.3 2.0 2.3 0.9 0.5 2.8 26.0
2012-13 MIN 18 34:19 5.8 16.6 35.2 1.1 5.1 21.7 5.6 7.9 70.4 3.6 10.4 14.0 2.3 2.2 0.7 0.5 1.9 18.3
2013-14 MIN 77 36:19 8.4 18.5 45.7 2.5 6.6 37.6 6.8 8.2 82.1 2.9 9.6 12.5 4.4 2.5 0.8 0.5 1.8 26.1
2014-15 CLE 75 33:45 5.5 12.7 43.4 1.9 5.2 36.7 3.4 4.3 80.4 1.9 7.9 9.7 2.2 1.6 0.7 0.5 1.9 16.4
2015-16 CLE 70 31:46 5.3 12.7 41.5 1.9 5.6 34.4 3.3 4.1 81.8 2.0 7.9 9.9 2.4 1.8 0.8 0.6 2.0 15.8
Totals 509 32:47 6.1 13.7 44.4 1.4 3.9 36.0 4.7 5.8 81.4 3.2 8.4 11.6 2.4 2.0 0.7 0.5 2.1 18.3
 
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest