Lillard – Parker, Aldridge – Duncan, duels de générations

La demi-finale de Conférence entre les Blazers et les Spurs s'annoncent explosive. On suivra de près les duels entre Damian Lillard et Tony Parker, LaMarcus Aldridge et Tim Duncan.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Lillard – Parker, Aldridge – Duncan, duels de générations
Chaque duel de la Conférence Ouest est un choc. Chaque franchise possède son lot de stars ou de superstars. Mais la série qui débute ce soir entre les Portland Trail Blazers et les San Antonio Spurs a tout de même une saveur particulière. Si les oppositions en playoffs ne se résument évidemment pas à des duels individuels, on a hâte de voir Damian Lillard et LaMarcus Aldridge dans leurs œuvres face à Tony Parker et Tim Duncan. Présentation.

Damian Lillard vs Tony Parker

A ma gauche, Damian Lillaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaard, 23 ans, originaire d’Oakland, Rookie Of The Year l’an passé, All-Star cette saison, meneur vedette des Portland Trail Blazers et spécialiste des tirs assassins au buzzer. Après une très belle première saison dans la ligue, « Dame » s’impose de plus en plus comme l’un des futurs grands joueurs à son poste. Discret en dehors des terrains et inarrêtable sur le parquet, il ne recule devant aucun challenge. Ça tombe bien, un défi de taille l’attend. Damian Lillard se retrouve face à Tony Parkeeeeeeeeeeeeeeeeeer, l’un des meilleurs meneurs de la NBA depuis une décennie maintenant, triple champion NBA, éternel oublié du trophée pour le MVP.
« Je ne plaisante pas quand je raconte que je regardais ces gars-là (les Spurs) lorsque j’étais gamin. Je me souviens de Manu Ginobili, de ses euro-step et de ses dunks, de Tony Parker et de ses « flotteurs ». Je me souviens de tout ça. »
Tony Parker avait 22 ans lorsqu’il s’est frotté à Gary Payton lors des playoffs 2004, l’idole d’enfance de Damian Lillard mais aussi celle du meneur français. Bien qu’inexpérimenté, « TP » a fait souffrir  « The Glove », alors aux Los Angeles Lakers. Presque dix ans plus tard, le jeune joueur des Blazers risque bien d’avoir la même rage de vaincre que Parker à l’époque.
« Je sais qu’il sera très motivé comme je l’étais lorsque j’ai affronté Gary Payton. Je connais ce sentiment et je vais devoir me donner autant que lui. »
Cette demi-finale de Conférence a des airs de test pour Damian Lillard. Le garçon a prouvé qu’il était capable de faire gagner son équipe. Même si les Blazers sont éliminés, il sortira vainqueur de ces playoffs. Mais pour frapper encore plus fort, il doit dompter Tony Parker, meneur de jeu titulaire de la meilleure franchise de la ligue sur ces quinze dernières années. Lillard a pris l’habitude de faire souffrir les Spurs cette saison, comme en témoigne ses 25 points (à 46,7%), ses 5,3 rebonds et ses 6,3 passes de moyenne en quatre rencontres face aux Texans. A l’inverse, Parker était à la peine contre les Blazers (12,7 pts à 35,6%, 5 rebonds et 6 passes en trois matches). Le Français devra contenir du mieux possible le jeune prodige de Portland. D’autant plus qu’il sera difficile de le « cacher » en défense, Wesley Matthews et Nicolas Batum étant deux extérieurs capables de prendre l’avantage au poste bas face à un adversaire plus petit. Parker devrait donc débuter les rencontres sur Lillard en défense. Mais le crack des Blazers n’est pas non plus un as dans sa moitié de terrain. Si l’on se réfère aux données fournies par Synergy Sports, ni Tony Parker, ni Damian Lillard ne sont des stoppeurs. La star de Portland souffre sur les pick&roll, l’arme favorite des San Antonio Spurs. « TP » pourrait donc lui aussi aller chercher ses points, à moins que Terry Stotts décide d’aligner Wesley Matthews sur Parker et de laisser Lillard sur Danny Green. « Dame » a les armes pour s’imposer comme le meilleur meneur de la série. Mais Tony Parker a l’expérience de son côté. Et il sait se sublimer quand son équipe a le plus besoin de lui, les Mavericks en savent quelque chose…

LaMarcus Aldridge vs Tim Duncan

D’un côté Tim Duncan, anciennement connu sous le nom de « Mr. Big Fundamentals », l’un des intérieurs les plus techniques de l’histoire… l’un des meilleurs intérieurs de l’histoire tout court. De l’autre, LaMarcus Aldridge jeune star arrivée à maturité et devenue superstar cette saison, l’un des deux meilleurs postes 4 de la ligue et sans aucun doute l’intérieur le plus technique de la ligue actuelle. Un superbe duel de génération, un passage à témoin entre deux joueurs méritants. Enfin… pas tout à fait un duel. A priori, Tim Duncan sera chargé de contenir Robin Lopez, un aimant à rebonds offensifs. « Timmy » ne s’éloignera pas de la raquette afin d’apporter sa présence aux rebonds et c’est donc Tiago Splitter qui se coltinera « LMA ». Au tour précédent, le Brésilien a effectué un très bon travail défensif sur Dirk Nowitzki, un joueur au profil similaire à celui d’Aldridge.
« Tiago est l’un des meilleurs intérieurs de la ligue en défense mais il va avoir fort à faire contre Aldridge », prévient déjà Brent Barry, ancien joueur des San Antonio Spurs. « C’est un jeune Dirk. Il est athlétique, il crée des espaces, il provoque des fautes et il rentre des tirs. Il va poser des problèmes aux Spurs. »
La défense sur LaMarcus Aldridge sera l’une des clés de la série. Boris Diaw et Tiago Splitter vont se relayer en espérant faire mieux qu’Omer Asik, Terrence Jones et Dwight Howard au tour précédent. Les jeunes stars des Blazers sont prêtes à prendre la place des anciens… mais il ne vaut mieux pas sous-estimer les vieux papys texans. Première manche ce soir !
Afficher les commentaires (22)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest