Christian Wood, Bradley Beal : Les 5 performances marquantes de la nuit en NBA

Christian Wood, Bradley Beal : Les 5 performances marquantes de la nuit en NBA

De Christian Wood à Bradley Beal, un point sur les cinq performances et contre-performances marquantes de la nuit en NBA.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Christian Wood (Houston Rockets)

C’est parfois un peu difficile de comprendre comment Houston est passé de la pire équipe NBA à celle qui est lancée sur la plus longue série de victoires du championnat. 15 défaites de rang suivies de 6 succès consécutifs. Le jour et la nuit. Ou plutôt la nuit puis le jour. Mais parmi les nombreux facteurs d’explications, impossible d’écarter la montée en puissance de Christian Wood.

Enfin, son retour en puissance. Star en devenir après sa révélation aux Rockets, l’intérieur a débuté la saison timidement. Mais le voilà à nouveau percutant en attaque. Encore 23 points dimanche soir. Il tourne à 19 pions et 11 rebonds sur les 6 matches gagnés par la franchise texane. Avec d’excellents pourcentages : 51% aux tirs et 56% à trois-points.

Pour la petite comparaison, Wood compilait 14,4 points à 42% aux tirs et 27% à trois-points lors des 15 revers de suite des Rockets entre octobre et novembre. L’évolution est réelle.

Bradley Beal (Washington Wizards)

Les Wizards font une belle saison. Ils sont descendus à la cinquième place après leur défaite contre les Raptors hier soir mais la franchise de la capitale fédérale squattait le podium depuis un moment. Et pourtant, paradoxalement, leur meilleur joueur est un peu à côté de la plaque. Bradley Beal peine à trouver son rythme.

Ses 14 points à 4 sur 12 aux tirs n’étaient évidemment pas suffisant pour venir à bout de Toronto. Le problème, c’est que ce n’est a priori par juste un soir sans. L’arrière All-Star est nettement moins prolifique que l’an dernier, quand il avait été coiffé au poteau par Stephen Curry au classement des meilleurs marqueurs NBA.

De 31,3 points à 21,9 points. Ça s’explique aussi par l’émergence et l’arrivée d’autres joueurs capables de scorer à ses côtés. Les Spencer Dinwiddie, Kyle Kuzma, Montrezl Harrell, etc. Il fait d’ailleurs plus de passes que l’an passé (6 cette saison). Mais Beal est aussi à la masse aux tirs avec une réussite qui le fuit (42% et 26% derrière l’arc). Dommage, les Wizards pourraient prendre encore une autre dimension s’il commençait à mettre dedans.

Miles Bridges (Charlotte Hornets)

Les Hornets sont l’une des équipes les plus touchées par le COVID-19 en ce regain d’épidémie. Quatre joueurs en quarantaine, dont LaMelo Ball et Terry Rozier. Un coup dur pour la franchise de Caroline du Nord, qui cherche à s’accrocher dans le haut du tableau à l’Est. Heureusement, elle peut compter sur Miles Bridges.

Les Hornets, nouvelle équipe décimée par le COVID-19

Le jeune ailier de 23 ans fait vraiment une très belle saison. Et sans son meneur, c’est lui qui a pris les choses en main contre Atlanta hier soir. 32 points, 11 sur 15 aux tirs, 4 sur 6 derrière l’arc. 4 paniers primés dans le money time pour 13 points. Une performance de patron pour mener Charlotte à la victoire et à la sixième place de la Conférence.

Un match dans la lignée des premières semaines de compétition. Il tourne désormais à plus de 20 points et 7 rebonds de moyenne.

Timothé Luwawu-Cabarrot (Atlanta Hawks)

L’absence de Bogdan Bogdanovic (et de Cameron Reddish) fait du bien au Français. Il peut enfin se mettre un peu en valeur sous l’uniforme des Hawks. Timothé Luwawu-Cabarrot a joué 39 minutes hier soir. Le temps d’inscrire 12 points. Rien d’extraordinaire, bien sûr, mais c’est peut-être le signe que son coach va lui donner un peu plus de temps de jeu lors des prochains matches.

Et là, TLC va devoir capitaliser. Saisir l’opportunité. Parce qu’en multipliant les bonnes performances dans le cinq majeur, il gagnera peut-être des minutes en sortie de banc une fois les cadres d’Atlanta revenu dans la rotation. C’est un triste, dramatique et un brin exagéré dit comme ça mais c’est sa carrière en NBA qui se joue un petit peu chaque soir de match.

Darius Garland (Cleveland Cavaliers)

Le nouveau patron des Cavaliers. L’explosion de Darius Garland était pressentie avant même le coup d’envoi de la saison. Et le jeune meneur ne déçoit pas. Encore 31 points pour lui hier soir, même s’il a raté le tir pour la gagne. Rien de grave. L’essentiel, c’est tout ce qu’il y a autour. Il vient par exemple d’enchaîner deux rencontres à plus de 30 points pour la première fois de sa carrière.

Garland comprend de mieux en mieux le jeu. Et donc il trouve plus facilement des solutions pour aller marquer des paniers ou servir ses coéquipiers. 19,7 points de moyenne, 47% aux tirs, 39% à trois-points et 7,2 passes. Des stats dignes d’un All-Star, tout simplement. Surtout après le très bon début de saison (surprenant, il faut le dire) des Cavaliers.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest