Pourquoi la NBA Cup est déjà une franche réussite

Pourquoi la NBA Cup est déjà une franche réussite

L'engouement autour de la NBA Cup, aussi bien de la part des fans que des joueurs, semble valider l'idée du nouveau tournoi.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article

La NBA Cup a déjà trouvé son public : les superstars de la ligue. Elles ne sont pas les seules à se prendre au jeu de la dernière trouvaille d’Adam Silver pour booster encore plus les audiences et les revenus du championnat de basket le plus relevé et le plus lucratif au monde. Les amateurs de balle orange, les journalistes et les franchises dans leur ensemble semblent plutôt convaincus par le tournoi dont la formule rappelle les coupes nationales dans le football européen. Un modèle non dissimulé par la NBA.

Mais pour qu’une innovation concernant le jeu porte ses fruits, elle se doit d’être validée par ceux qui sont tout en haut de la chaîne alimentaire entre les quatre coins du terrain. Donc les superstars. Allaient-elles vraiment jouer le coup à fond, sachant que les saisons régulières sont déjà longues et l’attrait financier – 500 000 dollars de prime pour les vainqueurs – peu intéressant pour ceux qui ont les salaires les plus massifs ?

Pour l’instant, la réponse est positive. Il y un engouement qui se crée autour de la NBA Cup et il est palpable, notamment auprès des principaux acteurs de la ligue.

« J’ai hâte de voir [la suite du tournoi] », déclarait par exemple Kevin Durant même après que son équipe, les Phoenix Suns, soit éliminée au stade des quarts de finale. « Le niveau d’intensité de ces matches a été incroyable. Au début, je n’étais pas forcément emballé par le tournoi quand ils ont commencé à en parler. Maintenant je suis un grand fan et j’ai hâte de voir la suite. »

LeBron James veut marquer le coup avec la NBA Cup

Des propos qui font écho à un autre All-Star, Damian Lillard, dont les Milwaukee Bucks se sont qualifiés pour le Final Four en battant les New York Knicks (146-122) mardi soir.

« Je pense que tout le monde commence à apprécier le format. On ne savait pas trop à quoi s’attendre quand ça a commencé, on savait juste qu’il y avait de l’argent à gagner. Maintenant, c’est vraiment du basket compétitif et on sent qu’on joue pour quelque chose », confie le meneur.

Ça se voit en observant LeBron James tout donner sur un match de début décembre pour emmener les siens. Ça se ressent quand les Indiana Pacers célèbrent chaque panier dans le money time d’une très belle victoire contre les Boston Celtics avec un Tyrese Haliburton électrique, déterminé à ramener un trophée à une franchise qui n’en compte aucun en NBA. Le palmarès de ce tournoi sera probablement plus ou moins anecdotique – les bagues garderont leur suprême importance – mais le simple fait que les joueurs aient envie de gagner est une victoire pour la ligue et ses dirigeants.

Surtout que ceux qui ont fait l’impasse ou ne se sont pas dépassés lors des soirs de NBA Cup doivent forcément être tentés de faire mieux l’année prochaine en voyant l’atmosphère spéciale qui se dégage des matches couperets disputés récemment. Il y a une énergie, une vibe, qui est contagieuse. Après c’est évidemment sur la durée qu’il faudra juger l’intérêt de ce tournoi et son éventuelle réussite. Mais il faut reconnaître que ça part fort.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest