Comment la raquette des Cavaliers a dominé les Spurs de Victor Wembanyama

Comment la raquette des Cavaliers a dominé les Spurs de Victor Wembanyama

DE NOTRE CORRESPONDANT À SAN ANTONIO — Le secteur intérieur a été la clé de la victoire des Cavaliers face aux Spurs ce samedi (101-117).

Benjamin MoubèchePar Benjamin Moubèche  | Publié  | BasketSession.com / NEWS / Récap

Ce samedi, les Spurs se sont pris un mur. Un mur que même Victor Wembanyama et ses 2,24 m ne pouvaient pas enjamber. Dans la défaite de San Antonio face à Cleveland (101-117), l’essentiel de la rencontre s’est tenu dans un rayon d’un mètre autour du panier.

Les Cavaliers ont fait du secteur intérieur leur fer de lance cette saison. Armée de leurs deux géants de 2,11 m, Evan Mobley et Jarrett Allen, leur raquette est une forteresse en défense et un bélier de guerre en attaque. Leurs adversaires peinent à marquer sous le cercle depuis le début de l’exercice, avec un faible pourcentage de 61,4 % — le deuxième taux de réussite le plus bas de la NBA, selon Cleaning The Glass. L’un va avec l’autre : les hommes de JB Bickerstaff concentrent leurs offensives sur ce point, en prenant 35,6 % de leurs tirs à proximité du panier.

Face aux Spurs, dont la défense intérieure reste fragile malgré la présence du meilleur contreur de la ligue, la stratégie était donc toute trouvée. Dès les premières minutes de jeu, ils ont tenté d’emporter le ballon à l’intérieur à chaque possession ou presque, à coup de pick and rolls, de pénétrations et de jeu au poste.

Victor Wembanyama ne suffit pas contre la raquette des Cavaliers

Mobley et Allen représentaient un défi insurmontable pour Wembanyama et ses coéquipiers. Les deux intérieurs ont cumulé 54 points à 23/33 aux tirs, ainsi que 26 rebonds sur l’ensemble de la rencontre.

Le premier a tiré à 6/6 sous le panier. Le second a fini à 7/10. Avec les 5/5 de Donovan Mitchell (31 points, 8 rebonds et 7 passes ce samedi), les trois joueurs ont rentré plus de shots dans cette zone (18/21) que toute l’équipe adverse (16/30).

« Leur longueur et leur intensité physique posent un gros problème », a reconnu Gregg Popovich après la rencontre. Il n’y a que Victor Wembanyama, avec ses 14 rebonds, 2 contres et sa grande activité défensive, qui s'est montré à la hauteur du défi. S’il n’a marqué que 19 points à 5/16 aux tirs, dont 1/6 sous le cercle, le rookie a tout de même eu un immense impact.

Seul véritable rempart entre les intérieurs des Cavaliers et le panier, il a arrêté et dissuadé de nombreuses tentatives. Si bien que l’équipe a gagné de 10 points lors des 27 minutes qu’il a passées sur le terrain (66-56), tandis qu’elle a été dominée 35 à 61 pendant ses 21 minutes d’absence.

La dépendance des Spurs à leur star a rarement été aussi claire que dans cet affrontement, lors duquel il apparaissait comme la seule réponse aux assauts des visiteurs. Devin Vassell, avec 22 points, a livré une performance honorable. Keldon Johnson, auteur de 17 points en 22 minutes, a insufflé une énergie précieuse en sortie de banc. Mais « Wemby », avec sa taille et ses capacités défensives, était le seul qui pouvait empêcher l’adversaire de déployer son jeu dans une certaine mesure. Pas assez pour l'emporter.

Podcast – Sur les traces de Wembanyama : Le voyage de la Spurs Nation France à San Antonio

Une question de fatigue pour les Spurs

La dernière rencontre, à Cleveland, avait été plus clémente avec les Texans. Celle-ci s’était jouée à la dernière seconde, sur une passe de Wembanyama et une perte de balle de Jeremy Sochan. Cette fois, le coup de massue est arrivé plus tôt, et a été plus brutal. La fatigue, avec sept matches en onze jours et un quatrième samedi consécutif en back-to-back, y a certainement contribué.

« Nous n’avions pas autant de jus que la nuit dernière (face aux Pelicans) », a souligné Popovich. « Nous avons joué trois matches en quatre jours, trois week-ends d’affilée, et ça commence à se voir. On va prendre un peu de repos et passer à autre chose. »

Les Spurs devront profiter des prochains jours pour faire le plein d’énergie compte tenu de l’épreuve qui les attend. Ils partiront mardi pour le « Rodeo Road Trip », pendant que le Frost Bank Center accueille le rodéo annuel de San Antonio, et disputeront leurs neuf prochaines rencontres sur la route. Ils ne reviendront à domicile que le 29 février, après le All-Star Break, pour y affronter le Thunder.

[ITW] Bilal Coulibaly : « Il y a toujours un concours avec Wembanyama »

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest