Tous les records du cinquième titre des Spurs

Ce cinquième titre de l'histoire des San Antonio Spurs est sans doute le plus beau. Les hommes de Gregg Popovich ont dominé leur sujet de bout en bout, la preuve en chiffres.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Tous les records du cinquième titre des Spurs
Les San Antonio Spurs nous ont régalé cette saison. La franchise texane est revenue plus forte que jamais de son échec l’an passé et Gregg Popovich et ses assistants ont profité de cette saison écoulée pour parfaire encore un peu plus le magnifique jeu collectif de l’équipe. Une fois arrivée en finale, il n’y a même pas eu de revanche. Les Spurs n’ont fait qu’une bouchée d’une valeureuse équipe du Miami Heat rouillée par quatre finales successives et des centaines de matches disputés chaque saison depuis quatre ans maintenant. Le succès et la qualité de jeu proposée par Tony Parker et ses coéquipiers ont séduit au-delà de la planète basket. Mais pour résumer cette domination texane, il y a des chiffres. Voici donc quelques-unes des statistiques les plus impressionnantes des San Antonio Spurs, sortis vainqueurs de leur périple dans la quête d’un cinquième titre NBA.

15 ans, comme l’écart entre le premier et le cinquième titre de Tim Duncan

Tim Duncan est un modèle de longévité, un futur Hall Of Famer et aussi sans doute le meilleur joueur de sa génération. Il est aussi le deuxième joueur de l’histoire à avoir décroché au moins un titre sur trois décennies différentes. En effet, il a d’abord été sacré pour la première fois à l’aube des années 2000 (en 1999), puis à trois reprises entre 2000 et 2010 (2003, 2005, 2007) avant de remporter sa cinquième bague dimanche soir. Quinze ans d’écart, trois décennies. Le premier joueur à avoir réalisé un tel exploit est John Salley, ancien membre des Bad Boys des Detroit Pistons (champions en 89 et 90), des Chicago Bulls de Michael Jordan (1996) et des Los Angeles Lakers de Shaquille O’Neal et Kobe Bryant (2000). Mais Salley n’était qu’un role player et même un joueur du bout du bout du banc lors de ses derniers titres. A l’inverse, Tim Duncan est titulaire depuis le premier jour et il a une nouvelle fois été impérial lors des dernières finales. A 38 ans. « Timmy » est une légende.

17,4 comme la moyenne de points de Tony Parker en playoffs

Le plus faible total de l’histoire des finales NBA pour le meilleur marqueur de l’équipe sacrée championne. « TP » a assuré au scoring et il aurait également pu prétendre au titre de MVP des finales s’il n’avait pas manqué son dernier match. A noter que trois autres joueurs de l’équipe (Manu Ginobili, Tim Duncan et Kawhi Leonard) tournaient à plus de 14 points de moyenne sur l’ensemble des playoffs. Une statistique qui démontre une nouvelle fois l’altruisme et la polyvalence des Texans.

119 comme le rating offensif des San Antonio Spurs pendant la finale

Petite définition Rating Offensif : nombre de points inscrits par une équipe sur 100 possessions. Avec 119 points marqués en moyenne sur 100 possessions, les San Antonio Spurs ont explosé un record vieux de 25 ans. Aucune attaque n’avait été aussi efficace depuis les Detroit Pistons de 1989… réputés pour leur défense rugueuse (117,2 pts sur 100 possessions). Les Spurs ont pratiqué un basket total et leur jeu collectif a fait exploser la défense du Miami Heat, exposée aux coupes, aux paniers en transition, aux pénétrations, aux shoots longue distance, etc, etc. Le danger vient de partout à San Antonio et les hommes de Gregg Popovich ont prouvé que l’on pouvait aussi gagner un titre en s’appuyant sur un arsenal offensif très développée.

52,8% comme l’adresse aux tirs des Spurs en finale

Ce record est lié aux deux statistiques déjà évoquées ci-dessus. Les Spurs font tourner la balle et ils ont pour objectif de trouver le partenaire dans la meilleure position possible. Les Texans ont rarement pris des mauvais tirs (4 ou 5 par rencontres ?) et même les shoots contestés ont trouvé la cible. Ce qui nous donne une adresse ahurissante de 52,8%. Le record des Chicago Bulls de 1991 (52,7%) est battu. Les San Antonio Spurs ont également battu à deux reprises le record du pourcentage de réussite aux tirs dans un QT (87,5% dans le Game 1 notamment) et le pourcentage de réussite aux tirs sur une mi-temps (75,8% dans le Game 3). Une adresse insolente qui a donné des cauchemars aux fans du Miami Heat et qui a impressionné les autres.

14,5 comme la marge moyenne des victoires des Spurs en finale

Evidemment, aucune équipe n’a fait mieux. Le Miami Heat restera l’une des plus belles équipes de l’histoire mais on retiendra que LeBron James et sa bande ont pris une fessée. Les Spurs ont infligé des corrections aux Floridiens dans les trois derniers matches de la série, d’où cet écart moyen de 14,5 points. Un record. Encore plus fort, les Texans ont remporté huit matches de suite à domicile – au cours des playoffs – avec plus de 15 points d’écart ! Une série stoppée justement par le Heat lors du deuxième match des finales. San Antonio est la seule équipe depuis les Portland Trail Blazers (1977) à remporter deux matches de suite par au moins 19 points d’écart. Au total, ils auront battu leur adversaire de plus de 15 points à 12 reprises durant les playoffs. Encore un record.

118 comme le nombre de victoires du Big Three des Spurs en playoffs

Manu Ginobili, Tim Duncan et Tony Parker sont à jamais entré dans la légende de leur sport. Rares sont les franchises et mêmes les clubs – tous sports confondus – à conserver le même noyau dur et le même entraîneur pendant plus de dix ans. Les trois stars jouent dans la même équipe depuis 2003. Ils ont remporté quatre titres ensembles. Ils ont fait les sacrifices nécessaires pour permettre à leur organisation de briller et de perdurer. Ils ont su rebondir. Et ils ont remporté 118 matches en playoffs, ensembles, un record ! Le « Big Three » des Lakers, composé de Magic Johnson, Michael Cooper et Kareem Abdul-Jabbar est désormais effacé des tablettes. Gino, Duncan et "TP" ont réalisé une performance unique et ils ont déjà gagné leur ticket d'entrée pour le Hall Of Fame.

14 comme le nombre de saisons consécutives à plus de 50 victoires pour les Spurs

Voici la statistique qui résume le mieux les San Antonio Spurs : Depuis 2000, la franchise a toujours remporté plus de 50 matches par saison, même lorsque le Lockout a privé les équipes d’une dizaine de rencontres en 2011. Les Texans ont su se renouveler, changer de style de jeu, acquérir des nouveaux joueurs sans attirer de stars et sans piocher dans le top 20 de la draft. Cette franchise est éternelle. A jamais dans la légende, vos San Antonio Spurs.  
Afficher les commentaires (40)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest