7 raisons de supporter le Miami Heat en 2016

Le Miami Heat s'est construit une équipe sacrément séduisante pour la saison prochaine. On vous explique pourquoi il serait temps de supporter la franchise floridienne.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
7 raisons de supporter le Miami Heat en 2016

Un des cinq les plus complets de la ligue

Jugez plutôt : Goran Dragic et son premier pas supersonique à la mène, Dwyane Wade - que l'on ne présente plus - pour compléter l'un des backcourts les plus terrifiants de la ligue, Luol Deng, ciment de l'équipe à l'aile, Chris Bosh pour écarter le jeu et laisser de la place au bondissant Hassan Whiteside dans la peinture. Le groupe de départ du Miami Heat a peu de lacunes (manque peut-être d'un brin d'adresse extérieure au sein d'une ligue de plus en plus portée sur le tir à trois-points). Taille, vitesse, défense, talent... ce cinq fait peur, notamment au sein d'une Conférence Est moins relevée que sa voisine de l'Ouest.

Parce que Chris Bosh

On l'aime notre dinosaure ! Chris Bosh a été victime d'une embolie pulmonaire en cours de saison et on l'a finalement très peu vu sur le parquet, lui qui était censé prendre les commandes du Miami Heat suite au départ de LeBron James. On a hâte de retrouver l'intérieur longiligne sur les terrains. En plus d'être un excellent joueur - si souvent sous-estimé - Bosh a vraiment l'air d'un gars sympa et intéressant, plein d'humour. C'est un détail qui n'a rien à voir avec le basket (et dans le fonds, qui sont-ils vraiment comme diraient les rappeurs ?) mais c'est toujours rafraîchissant de supporter une équipe drivée par un mec cool. Demandez donc aux fans des Spurs ce qu'ils en pensent.

Le Miami Heat peut viser haut !

La Conférence Est est très ouverte, comme chaque saison ou presque. Les Cleveland Cavaliers devraient dominer mais ils ne sont pas à l'abri d'une blessure de l'un de leurs joueurs majeurs (Kyrie Irving, Kevin Love ?). Les Bulls sont dans l'attente après avoir changé de coach. Les Wizards, les Raptors et les Hawks sont talentueux mais le Heat n'a rien à leur envier. En réalité, la franchise floridienne peut - vraiment - viser la finale de Conférence. Après tout, c'est toujours mieux d'encourager une équipe qui gagne non ?

Débarrassé des fans de LeBron James, le Heat revient à d'autres valeurs

Bon, c'est une entrée qui fera polémique. L'arrivée de LeBron James au Heat s'est accompagnée d'une vague de "nouveaux supporteurs" mais aussi d'une déferlante de haine et de jalousie... les bangwagoners ont été pointés du doigt et ils sont désormais retournés sagement à Cleveland pour la plupart. Le Heat s'est ainsi débarrassé de son côté glamour qui correspondait un peu moins à l'histoire de la franchise ou plutôt aux premières équipes victorieuse de Miami. On pense à celles de Zo Mourning, Brian Grant, Anthony Mason, Tim Hardaway, Eddie Jones et consorts.

Parce que Justice Winslow

C'est à se demander si Pat Riley est un magicien ou une autre connerie du genre. Justice Winslow, champion NCAA, freshman super prometteur formé à Duke, convoité par plusieurs franchises NBA a finalement été drafté... en dixième position. Par le Heat, of course. Un coup de génie ou un coup de pot mais toujours est-il que les Floridiens ont mis la main sur un jeune ailier très athlétique dont le potentiel fait fantasmer les scouts et les dirigeants de la ligue. Le jeune homme pourra se former derrière Luol Deng tout en profitant des conseils de champions NBA de Dwyane Wade et Chris Bosh avec un coach talentueux comme Erik Spoelstra et un patron charismatique comme Riley. Le pied. Et puis, y'a pas à dire, Justice Winslow, c'est un putain de nom de vainqueur.

Gerald Green, Hassan Whiteside et James Ennis dans la même équipe

Bon, on présume ici que le Heat décide de conserver James Ennis, dont le contrat n'est pas encore complètement garanti pour la saison prochaine. Whiteside est un dunkeur très prolifique même s'il mise essentiellement sur la puissance. Ajoutez-y Ennis et surtout Green et... ouch, ça va envoyer du poster et du alley-oop à Miami cette saison ! Allez, cadeau. https://www.youtube.com/watch?v=hz25jYng2LA https://www.youtube.com/watch?v=LOu0fL0IR3g https://www.youtube.com/watch?v=2dDHWE9Pg0o  

Parce que Gabrielle Union

[caption id="attachment_126365" align="alignnone" width="563"] Gabrielle Union[/caption] Mea-culpa, Thierry Normandie a simplement souhaité participer à cette rubrique.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest