All-Star Weekend : On a aimé/On n’a pas aimé

All-Star Weekend : On a aimé/On n’a pas aimé

Le All-Star Game 2020 a pris fin avec une victoire de la Team LeBron lors du match du dimanche. Retour sur ce que l'on aimé et moins aimé durant ce weekend.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Les festivités du All-Star Game 2020 à Chicago ont pris fin la nuit dernière. Les joueurs ont encore quelques jours pour couper avant que les hostilités ne reprennent en NBA. L'occasion de faire un retour sur les événements du weekend et ce qu'on en a pensé.

On a aimé : le nouveau format du match

On était assez sceptiques sur la pertinence de ce nouveau format où le score était remis à zéro après chaque quart-temps, avec 100 000 dollars distribués à une association au terme de chaque période. C'est véritablement le fait d'additionner les points pour le 4e quart-temps et de donner un score à atteindre qui a changé la donne. Après trois quart-temps de show et de camaraderie, il faut avouer qu'on ne s'attendait pas forcément à ce qu'on a vu. Antoine en parlait dans son focus du matin sur ce nouveau All-Star Game.

"On a vu des fautes. Des passages en force, comme celui provoqué par Kyle Lowry sur Kawhi Leonard. Des blocks, ceux de Giannis Antetokounmpo sur LeBron James et A.D., de l’engagement, du défi physique, des interceptions, de la défense, de l’intensité et même des décisions arbitrales contestées ! Même un entre-deux. Des joueurs qui se jettent sur le ballon. Et finalement peu de sourires et quasiment pas de dunks sur cette dernière période. Pour faire simple : on a vu du basket".

On attend maintenant de voir si cette intensité pourra se répéter tous les ans ou si c'était circonstanciel à cause du décès de Kobe Bryant.

On n'a pas aimé : le Rising Stars Challenge

On s'en doutait un peu et on l'avait déjà ciblé dans nos idées pour booster le weekend du All-Star Game. Ce Rising Stars Challenge n'est ni intense, ni intéressant. La complicité entre Luka Doncic et Trae Young sur le shoot du milieu de terrain du Slovène était certes très sympathique, mais le match n'a rien donné de très excitant. Il va falloir songer à le supprimer ou à trouver le moyen d'en faire un vrai numéro de lancement pour les concours et le match du dimanche. Le format USA vs World ne change pas grand chose à l'affaire.

On a aimé : Rudy Gobert

On ne savait pas trop quoi attendre de la présence de Rudy Gobert dans ce All-Star Game. Il y avait de la fierté, bien sûr, comme lorsque Tony Parker et Joakim Noah ont eu droit à cet honneur aussi. Mais il faut reconnaître que le style de jeu du pivot du Jazz ne semble pas forcément se prêter à un événement de ce genre. Rudy n'est généralement pas sur le terrain pour faire le mariole. Et bien figurez-vous que si la Team Giannis l'avait emporté, l'intérieur des Bleus aurait très bien pu être MVP de ce All-Star Game. Avec 21 points (record pour un Français au All-Star Game), 11 rebonds et l'envie de jouer le coup sérieusement qu'on lui connaît, plus quelques belles séquences avec Trae Young notamment pour dunker tout ballon qui passait dans son orbite, Rudy a été l'un des joueurs les plus en vue de ce match. On espère maintenant l'y revoir tous les ans !

On n'a aimé ET pas aimé : le Slam Dunk Contest

On ne fait pas partie de ceux qui pensent qu'Aaron Gordon a été victime d'un vol manifeste. Le joueur du Magic aurait très bien pu l'emporter vu l'ensemble de dunks de haut niveau qu'il a proposé, mais le sacre de Derrick Jones Jr n'est pas un scandale. Ce qui est plus problématique, c'est que cet affrontement formidable, le plus beau depuis le légendaire clash Gordon-LaVine de 2016, n'a pas été bien mis en valeur par le système de votes archaïque et un peu trop foutoir. On peut toujours dire que Dwyane Wade a fait gagner son poulain du Heat en sous-notant Gordon et d'autres candidats au 1er tour, mais lorsque deux dunkeurs de ce niveau s'affrontent, c'est à se demander s'il ne faudrait pas plutôt un jury de professionnels et une notation façon patinage artistique mêlant note technique et note artistique. On exagère un peu, mais brandir des pancartes pour mettre 9 ou 10 à n'importe quel dunk, c'est un peu sommaire et indigne de ce qu'ont proposé les participants.

A côté de ça, on a quand même passé un beau moment. Au 1er tour comme en finale, les dunkeurs ne s'y sont pas repris à 12 fois pour dunker et il y avait du level. Dwight Howard n'était pas au niveau des trois autres, mais le clin d'oeil à son passé et à Kobe Bryant étaient de circonstance. On a adoré Pat Connaughton, qui a débarqué grimé en Billy Hoyle de "White Men Can't Jump" et il est même possible qu'avec un système de vote plus adapté, il ait éliminé Derrick Jones au 1er tour... Son dunk après avoir eu le temps d'appuyer le ballon contre la planche, c'était quand même du lourd.

On a aimé : l'intro des joueurs par Common

Common s'est mué en MC pour la présentation des joueurs. Le rappeur de Chicago avait bossé son sujet et le flow est comme toujours, très, très bon.

On a aimé : le régime vegan de Chris Paul

Chris Paul joue en NBA depuis 2005 et jamais il n'avait réussi le moindre dunk sur alley-oop. C'est chose faite désormais, pour ce qui aura été l'une des actions les plus surprenantes du weekend. Du propre aveu du meneur d'Oklahoma City, s'il est en aussi bonne forme physique après avoir connu des années difficiles sur ce plan, c'est grâce à son régime alimentaire à base de produits issus de plantes. Si manger vegan produit cet effet, la mode risque de s'étendre à l'ensemble de la NBA pour prolonger des carrières !

On n'a pas aimé : les deux extra spots au concours à 3 points

On comprend l'idée, mais dans les faits, l'ajout de deux spots à très longue distance pour coller à la tendance NBA, a fait perdre en fluidité aux participants. Situés en plein milieu du circuit, les deux shoots ont cassé la dynamique de la plupart des participants et on aurait plutôt aimé voir un rack entier depuis le logo et possiblement en fin de parcours. A côté de ça, le concours était comme toujours rapide et divertissant. Une vraie valeur sûre du weekend du All-Star Game.

On a aimé : les hommages à Kobe Bryant et David Stern

La vidéo de Dr Dre, le discours de Magic Johnson, la chanson "For All We Know" interprétée par Jennifer Hudson, les évocations ici et là de l'héritage du Black Mamba et du Commish ont donné des frissons et provoqué une vive émotion, comme on pouvait s'y attendre. Les hommages ont été dignes et vibrants.

On a aimé : Pat le grand frère

Pat Beverley nous a bien fait marrer lorsqu'il a obligé les gamins qui voulaient lui faire signer leur maillot en marge du Skills Challenge à dire "s'il te plaît", avec le plus grand sérieux du monde. Si vous avez un gamin un peu récalcitrant et malpoli à la maison, envoyez le chez Pat le Grand Frère. Il reviendra changé et sans doute un peu plus agressif en défense.

On n'a pas aimé : l'hymne de Chaka Khan

On ne sait pas si c'est le retour-son qui a donné cette impression à la télévision, mais le "Star Spangled Banner" de Chakha Khan faisait drôlement mal aux oreilles. Ca ne remet pas en cause la carrière de cette grande artiste, mais on aurait limite préféré la voi débarquer pour un duo avec De La Soul sur "All Good".

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest