Pourquoi prolonger Andre Drummond n’a aucun sens pour les Cavaliers

Pourquoi prolonger Andre Drummond n’a aucun sens pour les Cavaliers

Andre Drummond et sa nouvelle franchise des Cavaliers souhaiteraient se mettre d’accord sur une extension de contrat cet été. On ne voit pas l’intérêt.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

C’est ce qui s’appelle faire une belle affaire. Ou, dans des termes plus olé-olé, mettre une grosse carotte. En février dernier, les Cleveland Cavaliers ont dépouillé les Detroit Pistons en récupérant Andre Drummond. Un pivot All-Star de 26 ans à plus de 17 points et 15 rebonds de moyenne par rencontre. La contrepartie ? La carcasse de Brandon Knight, John Henson et un second tour de draft… 2023. Autrement dit, rien du tout.

Les dirigeants de la franchise de l’Ohio ont profité de la panique de leurs homologues du Michigan. Les Pistons craignaient que Drummond quitte l’organisation en renonçant à sa dernière année de contrat cet été. Alors ils ont préféré l’échanger contre… quasiment rien que de le perdre sans rien obtenir du tout. Assez technique comme raisonnement, n’est-ce pas ?

Toujours est-il que « Dre » est désormais un joueur des Cavaliers. Mais pour combien de temps ? Et bien peut-être plus longtemps que prévu. Selon le Cleveland Plain Dealer, le joueur et le management réfléchissent tous les deux à une éventuelle prolongation de contrat signée en octobre prochain. L’intérieur serait alors lié au club pour plusieurs années supplémentaires.

Parce qu’entre temps, crise du coronavirus oblige, Andre Drummond a pris (va prendre – ce n’est pas encore complètement officiel) la sage décision d’honorer son deal et évidemment d’encaisser les 28,6 millions de dollars qui lui sont promis pour la saison 2020-2021. Il n’est plus question de tester le marché pendant l’intersaison, contrairement à ce qu’il avait annoncé il y a quelques mois. C’est ironique. Parce qu’au final, les Pistons auraient pu le conserver.

Mais revenons aux Cavs. Leur opération était un succès, ce n’est pas le moment de tout gâcher. Parce qu’il y a finalement peut d’intérêt à sécuriser Drummond sur le long terme dès maintenant. Déjà parce qu’il n’a joué que six matches avec sa nouvelle équipe (pour 17 pions et 11 prises). Un échantillon trop faible pour juger s’il colle bel et bien avec le groupe ou même le projet de reconstruction de la franchise.

S’il décide d’activer son option – ce qui, encore une fois, semble le plus probable – les Cavaliers auront un an de plus pour l’évaluer au côté des jeunes Darius Garland et Collin Sexton. Surtout, si ça ne fonctionne pas, ils pourront toujours l’échanger en février prochain. Même si la contrepartie est faible, ils auront tout de même fait une bonne affaire.

On comprend mal comment un joueur comme Andre Drummond peut s’inscrire à Cleveland dans le futur. Il n’est pas vieux, certes, mais il n’est pas non plus de la même génération que les principaux talents des Cavaliers. Son potentiel était très intéressant il y a quatre ou cinq ans. Il paraît de plus en plus limité à chaque saison qui passe. Le neuvième choix de la draft 2012 n’évoluait sans doute pas beaucoup plus.

C’est l’un des meilleurs rebondeurs de la NBA. Peut-être même de l’Histoire de la NBA. Mais c’est un défenseur très moyen – au mieux – et un attaquant très limité. Sa tentative osée et courageuse de devenir une menace à trois-points est un échec (28% en à peine plus d’un tir extérieur par rencontre) et jouer dos au panier n’est pas non plus son point fort. Les Cavaliers peuvent trouver mieux en rapport qualité/prix. Parce que Drummond est sans doute bien plus fort que de nombreux pivots mais il est aussi plus cher sans forcément faire une immense différence. Autant mettre l’argent ailleurs.

Surtout que deux pivots prometteurs se présentent à la draft cette année. James Wiseman et Onyeka Okongwu. Autant miser sur l’un des deux. Hormis les Golden State Warriors, aucune équipe n’a plus de chances de tirer le gros lot que les Cavaliers. Ils piocheront à minima en sixième position. Et probablement dans le top-3. Avec donc une opportunité de piocher Wiseman ou Okongwu. Prendre un joueur prometteur au poste cinq pour ensuite le coincer derrière Andre Drummond n’aurait aucun sens. Au final, les dirigeants feraient mieux d’attendre. Si vraiment leur pivot est brillant l’an prochain, ils pourront toujours essayer de le signer à nouveau en 2021.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest