98 MIN
100 DEN
114 PHI
106 CHA
102 ORL
109 IND
119 OKC
121 MIL
87 NYK
108 CLE
138 PHO
112 BKN
124 POR
113 ATL
104 LAL
113 TOR

Rasoir, aspirateur, extincteur : les blessures insolites de la NBA

Alexis RabutéPar Alexis Rabuté Publié

Ne tombons pas tous sur Danilo Gallinari. Il a fait une erreur mais ce n’est pas le premier joueur NBA à se blesser bêtement.

Il y a quelques jours, Danilo Gallinari est devenu la risée de tous les réseaux sociaux. Et pour cause, l’Italien s’est fracturé le pouce après avoir voulu frapper un adversaire trop physique à son goût.

Mais que la nouvelle recrue des Los Angeles Clippers ne s’inquiète pas. Il n’est pas le premier joueur NBA à se blesser d’une façon ridicule. Il dispose de prédécesseurs qui ont déjà mis la barre très haute.

Victime sur son lieu de travail

Lorsqu’on pense à une blessure insolite, peu de gens identifient le gymnase comme une possible scène de crime. Et pourtant, c’est parfois à l’endroit le plus sûr qu’arrivent les plus grosses catastrophes.

Demandez donc à Kevin Love. A l’époque aux Minnesota Timberwolves, l’intérieur s’essayait à une série de pompes mais sur les poings. Un exercice qui lui a été fatal. Le joueur s’est cassé la main ! Un enchaînement de blessures très gênantes car lors de la pré-saison, il s’était blessé au coude.. en dormant. Et après, on s’étonne que sa réputation de fragile le poursuit.

Dans le genre intérieur maladroit, Carlos Boozer semble quand même avoir une longueur d’avance sur tout le monde. Le joueur, alors aux Chicago Bulls, marchait dans un endroit sombre, presque pas éclairé. Pas de chance pour lui, un sac de sport traînait par terre. Evidemment, Boozer se l’est pris et a trébuché. Il est ensuite retombé sur sa main droite qui s’est fracturée. Étant seul témoin de cette histoire rocambolesque, Boozer a dû attendre que les Bulls terminent une longue enquête interne pour être enfin pris au sérieux.

Le matériel, ce fléau, épisode 2. Il n’y a pas eu que Carlos Boozer comme victime de son équipement. Dans cette série, Steve Nash occupe un rôle intéressant. La fin de carrière du Canadien aux Los Angeles Lakers a été un calvaire. Lors d’un déplacement, Nash a eu le malheur de vouloir porter ses bagages. Il termina finalement avec un problème de dos. Pour une fois qu’un joueur NBA s’occupait lui-même de ses affaires, c’est quand même un comble..

Enfin, vient le clan des cogneurs ! Danilo Gallinari nous a récemment prouvé qu’il valait mieux contrôler ses coups de sang. Avant lui, Amare Stoudemire avait pourtant expérimenté la chose. Après une défaite frustrante avec les New York Knicks, le joueur a passé sa rage en frappant dans un extincteur. Résultat ? Main coupé, points de suture et playoffs finis pour lui. Sinon, Blake Griffin a lui aussi testé la résistance de son poing en le mettant dans la face d’un membre du staff des Clippers. Il en est ressorti avec une fracture de la main. Cette saison, Enes Kanter a de son côté mis un coup sur un siège du banc d’Oklahoma City. Il s’est fracturé l’avant-bras. Difficile de faire une meilleure campagne de prévention contre la violence.

Les accidents du quotidien

C’est lorsqu’on s’y attend le moins qu’une catastrophe arrive. Un geste simple du quotidien peut s’avérer dangereux pour un joueur NBA. Même pour une légende comme Kobe Bryant. Le Black Mamba est un être humain comme tout le monde. Sauf qu’à l’inverse de la plupart des gens, il parvient à se blesser en faisant le ménage. Alors en train de passer l’aspirateur chez lui, Bryant a soudain ressenti une forte douleur au niveau du dos. Il s’est retrouvé indisponible et a alors mis la faute sur l’engin. Il a évoqué une « discrimination contre les personnes de grande taille ». Car ce n’est jamais la faute de Kobe. Mamba Mentality.

Comment ne pas faire un classement sur les blessures sans évoquer une seule fois le cas de Greg Oden ? L’ancien numéro un de draft est à l’infirmerie ce que Ray Allen est au tir à trois points : un expert. À l’inverse de Bryant, il n’a même pas eu besoin de faire une activité pour se blesser. Assis un certain moment sur un canapé, peut-être occupé à briller sur internet, c’est au moment de se lever que le drame est survenu. Oden a ressenti une douleur au genou. L’IRM a ensuite détecté une micro-fracture. Le pivot a manqué la saison entière.

Brad Miller n’était pas le joueur le plus élégant, le plus gracieux de la NBA. Le pivot des Sacramento Kings notamment était plutôt du genre à jouer des coudes au rebond. Il a été l’un des rares à avoir réellement voulu se battre avec Shaquille O’Neal. Pourtant, c’est lors d’une tâche ménagère banale qu’il s’est blessé. Miller aidait à faire la vaisselle chez lui. Manipulant un couteau, il s’est entaillé la main par accident. Le joueur s’en sort finalement avec neuf points de suture à l’index et quelques matchs manqués.

Les blessures qui n’ont aucun sens

Parfois, les joueurs NBA font des efforts. Quitte à se faire mal, autant être original dans la manière. Certains l’avaient compris très tôt. En 1996-97, Luc Longley s’essayait au bodysurf. Une activité a priori sans grand danger. Sauf que lors de sa pratique, le joueur est renversé par une grosse vague. Il est alors retombé directement sur son épaule. Celle-ci était donc démise. Longley a été écarté des terrains pour sept semaines au total.

A ce jeu, ce n’est pas étonnant de voir Gilbert Arenas se démarquer. Le fantasque meneur de jeu n’aurait pas dû écouter les conseils de ses aînés.

« Quand j’étais nouveau en NBA, les vétérans de l’équipe m’ont convaincu de me raser, vous savez, plus bas.. Car ils disaient que les poils puaient », confie Arenas. « J’ai utilisé le rasoir de ma copine qui était rouillé, cela m’a donné des chéloïdes (des lésions au niveau de la peau). Les médecins m’ont prescrit des médicaments à appliquer légèrement mais j’ai tout étalé. Trois jours plus tard, je me suis réveillé en criant. La peau de mon scrotum, de ma raie, tout était brûlé. […] J’ai utilisé un spray anesthésiant pendant un mois jusqu’à ce que ça cicatrise. »

Difficile de faire mieux qu’Arenas en terme de gêne. Du coup, certains se sont distingués par l’originalité de leur pratique. Andrew Bynum a toujours été un très grand fan de bowling. Mais visiblement, il ne maîtrisait pas aussi bien cette discipline que Chris Paul. À l’époque aux Philadelphie Sixers, Bynum soignait son genou droit. En jouant au bowling, il s’est finalement blessé au genou gauche. Quand ça ne veut vraiment pas..

En terme de pratiques déconseillées, Monta Ellis a mis la barre très haute. Lorsqu’il évoluait aux Golden State Warriors, le joueur a réussi à se blesser en même temps à l’épaule et à la cheville. Comment ? L’arrière est tout simplement tombé en scooter. Il venait pourtant de signer un contrat de 66 millions sur six ans où une clause l’interdisait de conduire un deux-roues. Par conséquent, lors de ses trois mois d’indisponibilité, le joueur a été privé de salaire (soit environ 3 millions de dollars sur cette période).

Enfin, comment ne pas conclure avec Tony Parker ? La légende du basket français n’a pas souvent été blessée mais il est parvenu à se hisser dans le classement. Lors d’une soirée dans une boîte new-yorkaise, une altercation a éclaté entre Drake et Chris Brown. Deux artistes plutôt fragiles mais qui ont mis un bordel sans nom. Les bouteilles d’alcool ont fusé. À un moment, un éclat de verre a touché le visage de TP. Parker s’est finalement retrouvé blessé à l’oeil alors qu’il n’avait rien à voir avec l’embrouille en question.