Channing Frye, le vrai leader des Cavaliers

Très peu souvent mis en avant, Channing Frye est pourtant un personnage clé dans la construction de l'équipe sacrée l'an dernier.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié

Il est difficile de prendre pleinement conscience de la valeur ajoutée par Channing Frye aux Cleveland Cavaliers sans avoir un accès au vestiaire de la franchise de l’Ohio. Nous, spectateurs, jugeons principalement la réalité du terrain. Sans avoir connaissance de ce qui se trame en coulisses. Pourtant, une équipe se construit principalement entre les matches.

Pour jouer le titre en NBA, il ne suffit pas d’empiler les meilleurs joueurs. Même si ça y ressemble parfois. Et là, encore une fois, c’est le simple regard extérieur. Pour aller au bout en disputant une centaine de rencontres et en multipliant les allers-et-retours aux quatre coins du pays toute l’année, mieux vaut un groupe soudé. Et c’est sur aspect-là que le vétéran de 34 ans, débarqué à Cleveland en février 2016, a fait la différence.

C’est tout le thème d’un papier très intéressant d’ESPN. Nous avons souhaité vous partager les grandes lignes et les déclarations passionnantes de cet article. Ce n’est pas une analyse, ni une réflexion personnelle sur le sujet mais il est toujours passionnant de comprendre comment se font les connexions au sein d’un vestiaire. Surtout pour une équipe aussi forte et aussi suivie que les Cavaliers.

« Nous avions un bon groupe avant que Channing arrive ici. Mais il a réussi à lier des joueurs importants. Il a trouvé une façon de connecter LeBron (James) et Kevin (Love) », explique Richard Jefferson.

Jefferson et Channing Frye se connaissent bien. Les deux amis sont proches depuis des dizaines d’années maintenant. Ils ont tous les deux grandi à Phoenix, dans l’Arizona, ont côtoyé la même faculté (pas en même temps) et tiennent ensemble un podcast génialissime. Quand les Cavs ont fait comprendre à LeBron James qu’ils envisageaient de se séparer d’Anderson Varejao, l’un des coéquipiers favoris du King, il a sondé R.J. sur le transfert.

« Tu vas l’adorer. Il va tous nous rapprocher », lui a répondu l’ailier de Cleveland.

 Aujourd’hui, tous les joueurs de l’effectif reconnaissent d'ailleurs le travail de l’ombre de leur pivot. Pas seulement celui qu’il mène sur le terrain, où il étire le jeu grâce à son adresse extérieure. Mais surtout celui qu’il a mené en dehors, en unissant des talents individuels pour former une équipe.

Channing Frye a su unir Kevin Love et LeBron James

Il fut le premier à lancer un groupe de conversation WhatsApp. Il fut le premier à pousser ses coéquipiers à sortir tous ensemble pour dîner pendant la saison régulière. Plus important encore, il est parvenu à mettre LeBron James et Kevin Love sur la même longueur d’ondes. Avec une tactique simple mais payante : accepter d’être la victime des moqueries de tous pour que les uns et les autres se trouvent des points communs. En affichant ses goûts décalés en matière de fringues, de films ou de musiques, Channing Frye a réussi à lier les uns et les autres contre lui. Toujours sur le ton de l’humour.

« LeBron, RJ et moi avons commencé à tourner les conversations en ‘Bash Channing’ sessions’. C’est quelque chose qui nous rassemblait », raconte Love.

L’intérieur All-Star lui doit beaucoup. Lui et LeBron avaient une relation assez froide. Ce n’est pas qu’ils ne s’appréciaient pas. Plutôt qu’ils n’étaient pas du même monde. Frye les a poussés à parler ensemble, et pas seulement de basket. Il a aussi fait comprendre à Kevin Love qu’il était assez cool d’avoir plein de tirs à trois-points ouverts quand ce dernier regrettait justement de ne « que avoir à shooter de loin ».

Quelques mois après son arrivée, les Cavaliers décrochaient leur premier titre. L’apport de Channing Frye sur le terrain dans ce sacre est presque anecdotique. Mais sans lui, Cleveland n’aurait sans doute jamais trouvé la force mentale pour remonter un handicap de 3-1 l’an dernier. Respect.

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest