Charles Oakley aimerait que James Dolan soit sanctionné par la NBA

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Lassé des agissements de James Dolan, le propriétaire des New York Knicks, Charles Oakley espère qu’Adam Silver finira par intervenir.

Charles Oakley sait ce que ça fait de se faire virer du Madison Square Garden. Il y a deux ans, l’ancienne légende des New York Knicks était sortie manu-militari par la sécurité du building. Tout ça parce qu’il avait exprimé son mécontentement auprès de James Dolan, propriétaire de la franchise mais aussi de la salle. Un traitement que le milliardaire réserve à tous ceux qui osent critiquer sa gestion. Ou même à un fan qui lui a demandé de « vendre l’équipe ». Une remarque directement adressée à Dolan. Ce dernier n’a pas apprécié et il a fait éjecter son interlocuteur.

Ça en est trop pour Oakley. Il n’en peut plus de la tyrannie imposé par Dolan. Il demande même à la NBA d’intervenir.

« Le commissionnaire [Adam Silver] doit s’en charger. Il faut le suspendre ou quelque chose comme ça. Il persécute tout le monde. Il fait le tyran parce qu’il a de l’argent et du pouvoir. »

Charles Oakley risque d’être déçu. La NBA reste un business. Le commissionnaire ne peut pas imposer sa loi à un propriétaire comme bon lui semble. Même si James Dolan est un c**, les autres patrons de franchise prendront sa défense pour la simple et bonne raison qu’eux aussi veulent rester chefs dans leur propre enceinte. Ils ne voudront sans doute pas d’un cas de jurisprudence où la ligue vient sanctionner un proprio parce qu’il a fait expulser un fan. Adam Silver avait déjà fait un énorme pas en avant en bannissant Donald Sterling – un geste fort – pour ses propos racistes. Et Sterling n’avait pas attendu que Silver soit aux commandes pour être injurieux. Il s’en était sorti jusqu’alors, parce que les proprios sont protégés, même à tort.