Chris Paul aux Rockets : Les gagnants et les perdants d’un trade dingue

BasketSessionPar BasketSession Publié

Zoom sur ceux à qui profite l'arrivée de Chris Paul aux Houston Rockets et ceux qui s'inquiètent depuis la dernière "Woj Bomb".

Rappel du transfert : Les Houston Rockets reçoivent Chris Paul, les Los Angeles Clippers reçoivent un paquet de joueurs... bon, allez, on les cite : Lou Williams, Patrick Beverley, DeAndre Liggins, Sam Dekker, Montrezl Harrell, Kyle Wiltjer, Darrun Hilliard et un tour de draft (2018). 

Perdant et gagnant : James Harden

Le côté altruiste du barbu se félicite sans doute de pouvoir partager la gonfle avec Chris Paul. Mais le côté égoïste (et il est très marqué chez lui, malgré ses onze passes décisives par match) rappelle au côté altruiste d’Harden qu’il va DEVOIR partager la gonfle avec CP3. Dans ces conditions, difficile de rêver encore du MVP…

Perdant : le Utah Jazz

A première vue, ce transfert entre les Clippers et les Rockets n’a absolument rien à voir avec le Jazz. Alors pourquoi les avoir incrustés ? En signant Chris Paul, Houston se pose en premier outsider des Golden State Warriors. Ou au moins au niveau des San Antonio Spurs. Ce qui relègue Utah un peu plus loin, au quatrième rang… et à un statut de faire-valoir ?

La crainte de se casser les dents non seulement sur Golden State mais aussi sur Houston pourrait éventuellement convaincre définitivement Gordon Hayward de changer de Conférence. Les Celtics, renforcés par sa présence, seraient probablement en mesure d’aller plus loin en playoffs que le Jazz. Et ce même si la franchise mormone venait à conserver son All-Star.

Gagnant : Daryl Morey

Ah bah bravo Morey (...). *Silence gêné* (...) (C’est la combientième fois qu’ils font cette blague avec Morey ?) Félicitations quand même au GM des Houston Rockets. Il avait l’habitude de manquer les principaux free agents – Dwight Howard ne compte pas – de Carmelo Anthony à LeBron James. Là, il frappe fort en recrutant Chris Paul. Surtout que, ne l’oublions pas, son poste était en danger en début de saison. Le propriétaire des Texans gardait un œil sur Daryl Morey et il avait reconnu que son dirigeant n’était pas intouchable.

Un an plus tard, Houston a fait une très belle saison, décroché deux trophées individuels (meilleur coach et sixième homme) et les voilà maintenant en position pour s’installer semi-durablement dans le top 3 de la ligue.

Gagnant : Sam Dekker

Sam Dekker ne peut pas être perdant puisqu'il est fiancé à Olivia Harlan (la fille de Kevin "No Regard for Human Life" Harlan), la girl next door par excellence. Mais pour le business du couple, quitter Houston pour Los Angeles est une vraie victoire.

Olivia est journaliste sur Fox Sports et ESPN pour qui elle couvre les rencontres universitaires du coin et les matches des Hawks. Être mutée à LA où l'actualité sportive est trois fois plus riche qu'ailleurs ne devrait pas être trop compliqué pour elle. Quant à Sam, le projet de reconstruction des Clippers et ce qu'il a montré lorsque Mike D'Antoni lui a fait confiance laisse penser que son temps de jeu et ses opportunités vont monter en flèche.

🚗Home :)

Une publication partagée par Olivia Harlan (@olivia_harlan) le

Perdants : Austin et Doc Rivers

Le sujet a été abordé plus en détails ici (Pourquoi les Clippers doivent virer Doc Rivers) mais ce transfert et surtout les rumeurs liées au motif du départ de CP3 apportent encore un peu d’ombre à la famille Rivers.

Accusé de favoritisme, Doc était déjà critiqué avant le transfert de sa superstar. Si Los Angeles reconstruit de zéro, il y a moyen qu’il saute. Le contrat à 35 millions de son fils avec.

Gagnant : Blake Griffin

Jusqu'à ce que Chris Paul soit tradé et prenne tout le monde de court, on voyait bien Blake Griffin tenter une autre aventure. On l'imaginait pourquoi pas à Boston, pour devenir le poste 4 qui manque aux Celtics. Ou "chez lui", dans l'Oklahoma, pour former un duo explosif avec Russell Westbrook. Un départ n'est toujours pas à exclure, mais la décision de CP3 change quand même sacrément la donne.

Les rapports entre Griffin et Paul ont toujours été cordiaux, du moins officiellement, mais ce n'est pas le départ du meneur All-Star qui va faire entrer "Quake" en dépression. Griffin a aujourd'hui la possibilité de retrouver un statut de n°1 exclusif qu'il n'a connu que brièvement en début de carrière, au plus fort de sa hype, et qu'il ne trouvera nulle part ailleurs.

Aujourd'hui, plus besoin de composer avec l'exigence maladive et parfois irritante de Chris Paul. S'il reste, Griffin sera la pierre angulaire du projet. Un peu comme à son arrivée à LA en 2009, au final. Il aime la ville et s'était d'ailleurs fendu d'une belle lettre à son retour de suspension pour remercier les fans et la communauté. En prolongeant, il mettrait ses paroles en actes.

Gagnant et perdant : DeAndre Jordan

Gagnant parce que Chris Paul avait clairement un truc contre lui et qu'il était venu s'interposer dans sa bromance avec Blake Griffin. Les deux compères vont pouvoir à nouveau papillonner et chiller en binôme chez les Clippers.

Perdant, parce que les Clippers, CP3 compris, l'ont quand même à moitié séquestré pour qu'il n'aille pas à Dallas sur l'argument qu'avec un trio DJ-Blake-Chris, l'avenir s'annonçait radieux...

Par Shai Mamou et Antoine Pimmel