120 TOR
117 SAS
109 ORL
110 CHI
126 IND
111 NOP
123 CHA
110 WAS
122 ATL
125 DET
104 NYK
115 MIN
106 MEM
112 LAC
104 DAL
114 DEN
148 OKC
147 UTA

CQFR : Chandler sauve L.A., Brook Lopez est un sniper

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Voici ce qu'il fallait retenir des 6 matches de la nuit en NBA.

Les matches de la nuit en NBA

Hornets @ Pistons : 113-103

Pacers @ Rockets : 103-115

Magic @ Knicks : 115-89

Bucks @ Nuggets : 121-114

Celtics @ Blazers : 94-100

Hawks @ Lakers : 106-107

---

- L'état d'esprit des Lakers après leur victoire à l'arrache à domicile contre Atlanta ? Quelque chose de l'ordre de "l'important, c'est les trois points". Pour la première fois, les Angelenos sont dans le positif et virtuellement en playoffs. Donc qu'ils aient parfois eu l'air de girafons égarés et en perdition sur le parquet contre l'une des plus faibles équipes de la ligue importe peu pour le moment...

- Magic et Pelinka peuvent se féliciter de leur choix de relancer Tyson Chandler. Son contre à la dernière seconde sur Trae Young alors que le rookie d'Atlanta s'apprêtait à "casser Internet" avec un game winner au Staples Center, a été absolument crucial. Sa joie enragée derrière avec un hug de LeBron montre aussi exactement pourquoi les Lakers ont recruté l'ancien meilleur défenseur de la ligue.

- Quand on y repense, la fin de match a été assez folle. Pour la troisième fois depuis le début de la saison, LeBron a "choké" sur deux lancers de suite à 19 secondes de la fin alors que L.A. était mené d'un point. Après le rebond offensif et un raté de Kuzma, le "King" a repris le dessus avec une claquette pour passer devant. Est arrivée ensuite l'action défensive de Chandler. Une minute plus tôt, Vince Carter, 41 ans, avait claqué un dunk pour faire passer Atlanta devant. Quarante et un ans !

- A force de traîner avec des gamins, LeBron est en train d'en redevenir un. Regardez comment il s'est amusé à embêter Brandon Ingram pendant qu'il tentait tant bien que mal de refaire ses lacets...

- Attention, ça commence à se prendre pour les Harlem Globe Trotters chez les Lakers.

- Trae Young (20 points et 12 passes) montre juste ce qu'il faut en termes d'insolence pour qu'on l'apprécie sans critiquer ses choix audacieux. Le gamin commence à pointer les spots d'où il fait filoche à trois points...

- Mike Budenholzer est un génie. Il a transformé Brook Lopez en machine de guerre à 3 points. On savait que le moins besogneux des jumeaux de Stanford avait ça en lui depuis des années, mais la conjoncture ne lui permettait pas de l'exploiter. Cette nuit encore, lors du choc face à Denver, Lopez a claqué 8 (!) paniers à trois points et est en train de se transformer en méchant stretch-5. Un seul 7 footer avait rentré autant de paniers primés dans l'histoire : Lauri Markkanen l'année dernière. On rappelle que le garçon a été All-Star et il a visiblement envie que son nom soit mis en avant d'ici le mois de février. Avec des Bucks aussi séduisants, ça n'a rien d'insensé.

- A contrario, Giannis Antetokounmpo continue de ne pas scorer à longue distance (0/1) et il tente de moins en moins sa chance. A côté de ça, le "Greek Freak" a encore été épatant face aux Nuggets : 22 points, 9 rebonds et 8 passes. Le shoot extérieur est la dernière barrière qui le sépare du royaume des joueurs absolument indéfendables.

- Tony Parker continue de grimper les échelons au classement pour l'heure très hypothétique des meilleurs 6e hommes de la ligue. En prime time, "TP" a fait beaucoup de mal aux Pistons dimanche, avec 24 points et 4 passes à 11/18 en sortie de banc. L'ancien taulier des Bleus montre soir après soir qu'il n'est pas venu en pré-retraite en Caroline du Nord.

- Mitchell Robinson n'a jamais joué en NCAA et est encore un peu brut de décoffrage. Mais on ne claque pas 9 contres en 22 minutes dans un match NBA sans avoir un talent vraiment spécial. Les Knicks ont pris l'eau à la maison contre Orlando, mais le pivot rookie que Fizdale tente d'installer dans le cinq depuis 15 jours continue son apprentissage à vitesse grand V et c'est intéressant à suivre.

- En dehors de la block party de Robinson, c'était un match très, très, très oubliable pour les Knicks. New York a commencé par un quart-temps à 10 points, avant-goût parfait de la soirée à venir.

- Dire que David Fizdale a peu aimé l'entame de match de Frank Ntilikina est un euphémisme. Le coach des Knicks a benché le Français sans ménagement après 6 minutes et l'a laissé fêter l'Armistice depuis le banc jusqu'à la fin du match.

- Sans un Carmelo Anthony "malade" (voir notre article sur son possible départ), les Rockets ont retrouvé un peu la flamme en attaque : 20/47 à 3 points, la spécialité maison, et 40 pions pour James Harden avec séjour prolongé sur la ligne comme il l'aime tant (14/15).