CQFR : Damian Lillard est surréaliste, Steph Curry est clutch

CQFR : Damian Lillard est surréaliste, Steph Curry est clutch

Voici ce qu'il fallait retenir des 10 matches de la nuit en NBA.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article

Les résultats de la nuit en NBA

Knicks @ Magic : 89-107
Hawks @ Celtics : 122-114
Rockets @ Sixers : 113-118
Nuggets @ Wizards : 128-130
Pacers @ Wolves : 134-128, après prolongation
Pistons @ Bulls : 102-105
Blazers @ Pelicans : 126-124
Thunder @ Grizzlies : 113-122
Heat @ Warriors : 112-120
Jazz @ Clippers : 114-96

Dame-VP ?

- Le repos, c'est pour les faibles. Damian Lillard et Portland étaient en back to back avec la lourde tâche de gérer des Pelicans qui vont un peu mieux en ce moment. On savait que Dame allait être à nouveau obligé de porter l'équipe sur ses épaules. Pas qu'il y arriverait en faisant encore plus fort que la veille. Après son finish phénoménal contre OKC, Lillard a été divin pendant tout le match contre NOLA, tout en gardant la composante clutch qui fait de lui un extraterrestre de la NBA.

Le meneur des Blazers a conduit Portland vers une 6e victoire consécutive en claquant 43 points et 16 passes (!), une performance que seul Clyde Drexler avait accomplie dans l'histoire de la franchise. Mieux, il a encore étalé le sang froid qui habite ses veines, avec un shoot à 3 points crucial à 16 secondes de la fin pour permettre aux Blazers de virer en tête. Lillard a inscrit 11 points dans le 4e quart-temps, la plupart dans les 7 dernières minutes.

Encore un que l'on ne peut absolument plus écarter de la considération pour le titre de MVP cette saison.

Portland en galère ? Damian Lillard a activé le « cheat code » !

Steph à la rue, mais Steph clutch quand même !

- La soirée a été rude pour les Warriors, mais ils ont tenu le choc et appliqué la formule qui fonctionne plutôt bien pour eux en général : faire le dos rond et laisser Stephen Curry prendre feu lorsque le moment lui semble opportun. Cette nuit, Golden State était encore mené de 10 points par Miami à 10 minutes de la fin sans avoir jamais mené au score. C'est là que le "Baby-Faced Assassin" a surgi, en emmenant tout ce petit monde en prolongation et en s'y montrant absolument impitoyable.

Curry a permis aux Warriors de virer en tête sur un shoot à 3 points durant l'overtime, avant d'offrir une passe décisive à Andrew Wiggins, puis de tuer tout suspense derrière avec un nouveau coup de poignard from downtown. Malgré son vilain 5/20 (!) à 3 points après une dizaine de matches invraisemblables en termes d'adresse, Stephen Curry a quand même réussi à être décisif.

Le Jazz inarrêtable, Embiid fait le dos rond

- Les Clippers sont bien braves quand ils jouent sans Kawhi Leonard, ni Paul George. Ils ont même gagné deux matches de suite dans cette configuration. Mais contre la meilleure équipe de la ligue cette saison, le Jazz, c'est quand même un peu trop léger. Après quasiment trois quart-temps passés à tenir tête à Utah, les Clippers ont lâché prise. Rudy Gobert a dominé son sujet dans la peinture (23 pts, 20 rbds), pendant que Donovan Mitchell (24 pts) et Jordan Clarkson apportaient leur contribution au scoring. C'est tout simplement la 20e victoire en 21 matches pour le Jazz et la 9e de suite. Complètement fou et pas si prévisible que ça.

- Forfait de dernière minute deux jours plus tôt, Joel Embiid était bien là pour affronter Houston malgré ses problèmes de dos, au contraire de Ben Simmons, malade. L'absence de l'Australien, stratosphérique lors du dernier match, n'a pas empêché Philadelphie de dominer les Rockets, même si cela s'est avéré plus compliqué que prévu. Embiid a paru un peu fourbu, mais a tout de même terminé la rencontre avec 31 points, 11 rebonds et 9 passes - pas mal pour un fourbu - avec un shoot très important dans le money time pour assurer un écart suffisant et stopper la série de trois défaites de rang de son équipe.

- Les Rockets sans Victor Oladipo, Christian Wood et PJ Tucker, c'est plutôt niveau G-League malheureusement et les voilà sur une série de 7 défaites de suite. La loterie est bel et bien en vue.

Morant en 3D, Trae très fort

- Memphis est beaucoup plus irrégulier - euphémisme - que lors de sa très belle entame de saison, mais le contenu est toujours intéressant pour les Grizzlies lorsque la victoire est au rendez-vous, comme cette nuit à domicile contre OKC. Ja Morant a signé son premier triple-double de la saison (15 pts, 12 pds, 11 rbds) et le collectif s'est bien mis en place avec 6 joueurs entre 12 et 22 points.

- Ja Morant a quand même réussi le petit exploit de déséquilibrer Luguentz Dort deux fois sur cette séquence. Pas à la portée de tout le monde vu comment le Canadien défend bien et comme un mort de faim depuis son arrivée en NBA.

- Il a suffi qu'Orlando commence à retrouver un peu de corps disponibles capables de jouer au basket, comme Evan Fournier par exemple, pour renouer avec la victoire. Le Magic a battu les Knicks, notamment grâce à l'impact de Terrence Ross, qui a inscrit 18 de ses 30 points du soir en 2e mi-temps.

Au rayon des cagades, Derrick Rose, qui sortait de deux bonnes entrées avec les Knicks, a shooté à 1/10 en sortie de banc. Un banc dont n'est pas sorti Frank Ntilikina, de retour dans le groupe après avoir dû suivre le protocole Covid.

- Nate McMillan a retrouvé le rôle de head coach avec Atlanta, en l'absence de Lloyd Pierce, retenu par la naissance de son enfant. Les plus sceptiques au sujet de Pierce diront que les rôles devraient être inversés jusqu'à la fin de la saison, puisque les Hawks se sont imposés sur le parquet du TD Garden de Boston avec McMillan aux manettes. Le gros responsable se nomme quand même Trae Young, qui a claqué 40 points et 8 passes pour mettre fin à la série de 4 défaites de suite de son équipe.

Boston, qui jouait sans Kemba Walker, continue d'alterner le bon et le médiocre, mais on a au moins revu un Jayson Tatum avec un peu de jus (35 pts, 6 rbds, 6 pds), lui qui se plaint d'avoir encore des séquelles du Covid au niveau souffle et énergie.

Beal clutch, Wash enchaîne !

- Mais c'est que ça commence à frémir un peu du côté de Washington ! Les Wizards sont allés chercher une troisième victoire consécutive au courage et au finish contre Denver. Alors que l'on se dirigeait vers une prolongation, Bradley Beal (25 points, 10 passes) a obtenu (et transformé) deux lancers à... 0.1 seconde de la fin. Pour autant; le grand bonhomme de ce match ne sera pas All-Star comme Beal et galérait pas mal depuis le début de la saison : Davis Bertans.

Le Letton a pris complètement feu en sortie de banc et a fini avec 35 points au compteur grâce à 9 paniers à 3 points, deux records en carrière NBA pour l'ancien Spur. Après le match, Mike Malone était en mode Ghislaine Marchal et s'est contenté d'un "Bertans nous a tués".

- On sentait que les Wizards allaient gagner cette nuit. La tenue de Russell Westbrook, auteur d'un nouveau triple-double (12 pts, 13 rbds, 12 pds) montre qu'il commence à se sentir assez bien dans sa nouvelle équipe pour débarquer à la salle comme ça sans gêne.

- On ne sait pas si c'est de la maladresse où l'envie de tester la capacité de Facundo Campazzo de jouer pour les Pumas argentins lors de la prochaine Coupe du monde de rugby, mais Garrison Matthews a asséné un semi-plaquage de cochon au meneur des Nuggets, qui aurait pu se faire très, très mal sur l'impact.

Edwards a failli être héroïque

- Anthony Edwards a failli signer le premier game winner au buzzer de sa carrière NBA après un match très, très poussif niveau adresse (3/15), mais le cercle a été contrariant. Derrière, les Pacers ont fait parler leur sang froid en prolongation pour priver Minnesota d'une 8e victoire cette saison.

- Les Bulls ont réussi le plus gros comeback victorieux de la saison NBA à ce jour. Menés de 25 points contre les ex-rivaux des Pistons, les joueurs de Billy Donovan ont renversé la situation pour s'imposer sur le fil, notamment grâce au sang froid de Zach LaVine (37 pts).

- Jerami Grant, le meilleur joueur des Pistons cette saison et candidat très, très sérieux au titre de MIP, peut se targuer d'un accomplissement. Avec 43 points inscrits, son record en carrière, l'ancien joueur de Denver est devenu le recordman au scoring de sa famille en NBA (merci @mosdehuh pour l'info). Son père Harvey (41 pts), son célèbre oncle Horace (31 pts) et son frangin Jerian (21 pts) sont désormais derrière.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest